Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Bouamrane Chikh

Date de création: 11-06-2016 18:17
Dernière mise à jour: 11-06-2016 18:17
Lu: 143 fois


CULTURE- PERSONNALITES- BOUAMRANE CHIKH

Chikh Bouamrane est décédé jeudi 12 mai 2016 à Alger à l’âge de 92 ans, des suites d'une longue maladie.Chikh Bouamrane, qui comptait parmi les personnes les plus intellectuelles de son époque, voire du siècle dernier, a vu le jour dans la wilaya d'El Bayadh et a fréquenté très tôt l'école coranique de sa région où il obtient le certificat d'études primaires en 1938. Après quoi, Bouamrane s'envola vers la France et poursuivit ses études à l'Institut de philosophie à la Sorbonne.
Le cursus de Bouamrane à la Sorbonne a été couronné par l'obtention d'un doctorat en philosophie en 1956 qui le propulsa par la suite, à l'indépendance de l'Algérie, à l'enseignement de philosophie à l'université d'Alger puis la direction dudit institut.
Le défunt qui a eu à occuper dans l'Algérie indépendante plusieurs postes de responsabilité, entre autres, ministre de la Culture en 1990, président de l'Union des écrivains algériens 1995-1996. Mais, il ne s’est jamais éloigné du domaine de la philosophie et de l'écriture de livres. Bouamrane, en raison des longues heures qu'il passait dans ses lectures et recherches nocturnes, se présentait toujours, témoigne-t-on, au bureau avec des yeux cernés.
Le poste de président du Haut Conseil islamique qu'il a eu à occuper depuis le 31mai 2001, ne l'a jamais grisé pour faire valoir ses idées ou imposer sa vision des choses. Au contraire, il en a profité pour animer le maximum de conférences traitant de l'islam et de son aspect modéré et tolérant à l'intérieur du pays comme à l'extérieur. Pendant cette période, le défunt a écrit et traduit également de nombreux ouvrages en rapport avec la pensée islamique et la liberté humaine et au personnage historique et révolutionnaire l'émir Abdelkader. Chikh Bouamrane, s'est également distingué par ses positions fermes concernant le fonds de la zakat pour lequel il a toujours plaidé afin qu'il soit un fonds pour aider les pauvres et des nécessiteux et non pour le financement des projets ayant trait au secteur économique. Son attitude courageuse contre l'abolition de la peine de mort en toute circonstance en 2010, est également un point qui fera parler également de lui.