Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Presse écrite- El Watan

Date de création: 05-07-2018 10:58
Dernière mise à jour: 05-07-2018 10:58
Lu: 64 fois


COMMUNICATION- GESTION- PRESSE ECRITE- EL WATAN

 

©www.bourse-dz.com, 1-2-2018

 

Malgré la dégradation de son chiffre d’affaires qui a baissé de moitié entre 2013 et 2016, le journal El Watan continue à dégager des bénéfices et à rembourser ses dettes.

En 2016, le journal El Watan a réalisé un chiffre d’affaires de 66 milliards de centimes de dinar (près de cinq millions d’euros), dégageant un résultat net de 7,5 milliards de centimes (560 000 euros environ). Ce faisant, le journal, premier tirage francophone du pays avec 90 000 exemplaires/jour commercialisés à 20 DZD l’exemplaire durant ledit exercice et un bouillon de 20% en moyenne, a porté ses actifs à hauteur de 175 milliards de centimes (près de 13 millions d’euros). Les actifs du journal comptent des constructions et des terrains comptabilisés respectivement à hauteur de 34 milliards de centimes (2,5 millions d’euros) et 7 milliards de centimes (500000 euros), des bénéfices d’exercices antérieurs dont l’affectation a été reportée sur les exercices ultérieurs de l’ordre de 72 milliards de centimes (5,3 millions d’euros) et des réserves de 7 milliards de centimes (520000 euros).

 

En effet, El Watan a les reins solides et résiste à la chute de ses recettes publicitaires grâce au matelas financier constitué pendant les années fastes où la rentabilité des activités de l’entreprise dépassait celle des entreprises commercialisant les produits de première nécessité comme l’huile et le sucre.  La plus belle année du journal a été 2013 où il a réalisé un chiffre d’affaires de 130 milliards de centimes (12 millions d’euros), dégageant 30 milliards de centimes de bénéfices (2,8 millions d’euros), soit un taux de profitabilité de 23,41% et une rentabilité financière (résultat net/capitaux propres) de 34,27%.  Ainsi, El Watan a vite paré au manque de liquidités auquel il a fait face en 2010 et 2011 à cause des montants investis dans la construction de son nouveau siège à Kouba –la construction totalement achevée en 2016 n’a pas pu être utilisée à cause de la violation du permis de construire délivré par les autorités urbanistiques, le journal ayant construit deux étages de plus de ce qui était autorisé–. Empruntant aux banques une vingtaine de milliards de centimes (près de 2 millions d’euros) à partir de 2012, le journal a presque payé la totalité de ses dettes et, en 2016, il lui restait à peine 5,6 milliards de centimes à rembourser.

Aussi, faut-il le signaler, le journal n’a pas réduit son personnel, maintenant la masse salariale à son niveau des années d’opulence. La masse salariale qui était de 27 milliards de centimes en 2010 (2,5 millions d’euros) a augmenté, passant à 29 milliards de centimes en 2016 (2,8 millions d’euros), enregistrant un pic de 32 milliards de centimes en 2014 (2,9 millions d’euros).  Il convient également de noter que les 18 actionnaires touchent un tiers du budget consacré aux salaires et leurs 200 employés du journal se partagent les deux autres tiers. El Watancommercialisé depuis février 2017 à 30 DZD l’exemplaire,  a réduit son tirage à 60000.