Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Presse écrite- Ennahar

Date de création: 05-07-2018 10:55
Dernière mise à jour: 05-07-2018 10:55
Lu: 3 fois


COMMUNICATION- GESTION- PRESSE ECRITE- ENNAHAR

 

©www.bourse-dz.com, 30-1-2018

 

Ennahar, édité par El Athir Presse associant Mohamed Mokeddem alias Anis Rahmani et son épouse Souad Azouz, se place comme troisième tirage arabophone du pays après Ech-chorouk et El Khabar et aussi en termes de chiffre d’affaires. Mais, il est autant endetté que Ech-chorouk, même s’il est plus rentable que le journal de Ali Fodil.

En effet, Ennahar a enregistré une croissance soutenue depuis sa création en 2007. Et, s’il a connu une contraction de son activité en 2015 et 2016, il a continué à dégager des bénéfices.

Ainsi, le journal a réalisé un chiffre d’affaires de 102 milliards de centimes de dinar en 2016, dégageant 2,3 milliards de centimes de bénéfices. En 2015, il a réalisé un chiffre d’affaires de 133 milliards de centimes et 21 milliards de centimes de bénéfices. Une baisse de régime si l’on prend les deux années 2013 et 2014 comme référence où le journal a fait respectivement 140 et 145 milliards de centimes de chiffre d’affaires, dégageant 12 puis 10 milliards de centimes. Une forte croissance par rapport à 2011 et 2012 où les bilans de l’entreprise affichent 94 et 117 milliards de centimes de chiffre d’affaires pour des bénéfices tout aussi importants : 9,5 puis 11,5 milliards de centimes.

Certes, le taux de profitabilité de l’entreprise évolue en dents de scie (entre 2 et 15%) mais, sa rentabilité financière (résultat net/capitaux propres) est en constante progression, passant de 7% en 2011 à 20% en 2016.

Or, ce qu’il faut souligner au sujet de cette entreprise c’est qu’elle est fortement endettée. Elle a réévalué deux fois le bâtiment qui abrite son siège à Said Hamdine, sur les hauteurs d’Alger, en 2012 et 2013, pour contracter 40 milliards de centimes de crédits afin de financer les investissements nécessaires au lancement de la chaine de télévision Ennahar TV dans laquelle, faut-il le préciser, El Athir Presse, est associée aux côtés de deux autres entreprises appartenant à Anis Rahmani associé-gérant de la chaîne: Big Yacine Communication (agence de voyage) et une boite de communication (Eurl Sept Com).  Aussi, la masse salariale du journal a augmenté significativement à partir de 2013 à cause des passerelles érigées entre le journal et la chaîne de télévision qui font que les personnels du journal contribuent aux productions de la chaîne de télévision. De 8,6 milliards de centimes en 2012, elle a atteint près de 25 milliards de centimes en 2016. Les deux médias emploient désormais 600 travailleurs, toutes catégories confondues.

En tout cas, si les actifs du journal ont atteint 113 milliards de centimes en 2016, ses capitaux propres, et malgré leur progression constante, n’ont pas dépassé les 23,5 milliards de centimes au bout du même exercice.  L’entreprise devait encore 31 milliards de centimes aux banques. Et bien l’entreprise est rentable sur laquelle les annonceurs privés misent beaucoup, elle reste exposée aux aléas de la conjoncture économique et politique marquée par une baisse des investissements publics  et donc de la publicité de gérée par l’ANEP dont El Athir presse est important partenaire commercial.

Il convient, enfin, de noter que l’entreprise éditrice de la chaîne de télévision  connait une appréciable croissance aussi. En 2015, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 100 milliards de centimes, quadruplant son chiffre d’affaires de 2013 qui n’était que de 25 milliards de centimes. Quant aux bénéfices, ils ont baissé dans un mouvement inverse à 2,5 milliards de centimes après avoir atteint 10 milliards de centimes en 2013. Et ce, à cause des investissements engagés durant l’exercice 2015 : plus de 64 milliards de centimes.