Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Biopharm 2017

Date de création: 05-07-2018 09:49
Dernière mise à jour: 05-07-2018 09:49
Lu: 34 fois


INDUSTRIES- ENTREPRISE- BIOPHARM 2017

Le groupe pharmaceutique Biopharm a réalisé de bons résultats commerciaux en 2017, dans un contexte marqué “par de nouvelles mesures prises par les pouvoirs publics pour encadrer les importations de nombreux produits et faire face à la baisse des ressources en devise  du pays”. Le chiffre d’affaires consolidé du groupe Biopharm a atteint 58,6 milliards de dinars, en hausse d’environ 4% comparé à 2016. Cette croissance du chiffre d’affaires s’est accompagnée d’une hausse plus forte du résultat opérationnel de la société qui a augmenté de 13,4% “grâce à une bonne maîtrise de nos coûts”.
Le groupe affiche un bénéfice net de 6,5 milliards de dinars et le bénéfice net par actions, part du groupe, est de 53,11DA en augmentation de 17,2%. L’assemblée générale ordinaire a approuvé la distribution d’un dividende de 100DA par actions, au titre de l’exercice 2017, en hausse de 52% par rapport à l’exercice précédent. Pour le groupe pharmaceutique privé, coté à la Bourse d’Alger, “l’année 2017 aura été une année difficile”. Pour faire face à ce contexte difficile, Biopharm a pris l’option stratégique de mettre davantage l’accent sur le développement des activités de production. “C’est ainsi que nous avons procédé en 2017 au lancement de 13 nouveaux médicaments de la marque Biopharm. Nous avons également intensifié le développement de nos capacités de distribution et renforcé notre réseau de distribution vers les pharmacies”, souligne le groupe dans son rapport de gestion.
Le rapport évoque, aussi, “le lancement de nouveaux investissements dans le domaine industriel, permettant de fabriquer de nouvelles familles thérapeutiques et de nouvelles formes galéniques”. Le contexte économique et réglementaire, relève le groupe pharmaceutique Biopharm, a pesé “sur l’activité d’importation des produits pharmaceutiques qui continue de subir la pression sur les quantités et les prix exercés par le ministère de la Santé, ainsi que sur l’importation des produits non pharmaceutiques qui ont vu la mise en place de contingents quantitatifs par le ministère du Commerce”. À cela s’est ajoutée, pour la période d’octobre à décembre 2017, une instruction de la Banque d'Algérie qui a rendu obligatoire la constitution, 30 jours avant l’expédition de la marchandise, d’une provision financière couvrant 120% du montant de l’importation. “Cette mesure, qui a eu un impact sur le besoin en fonds de roulement pour la période concernée, a cependant été annulée en janvier 2018 quant aux importations des produits pharmaceutiques”, s’est réjoui Biopharm.
Le contexte économique a, également, pesé “sur l’activité de fabrication qui a fait face aux conséquences de la crise financière qui touche le pays à travers la baisse de la valeur du dinar et en l’absence de réajustement des prix des produits”. Ces restrictions, dues à la chute des prix du pétrole, ont eu pour e­ffet, ajoute le rapport, la baisse du taux de croissance du marché du médicament qui est passé de 13,8% entre 2012 et 2014 à 3% entre 2014 et 2016. Pour autant, le taux de production nationale continue d’augmenter pour atteindre 56,7% en 2017.