Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Ouettar Tahar - " "Les Martyrs reviennent cette semaine..."

Date de création: 23-06-2018 22:07
Dernière mise à jour: 23-06-2018 22:07
Lu: 7 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- OUETTAR TAHAR- « LES MARTYRS REVIENNENT CETTE SEMAINE...... »

Les martyrs reviennent cette semaine. Nouvelles traduites de l’arabe.Recueil  de Tahar Ouettar. Enag Editions, Alger 2002, 300 dinars, 127 pages

Sept nouvelles : Danses macabres / La noire et l’officier/ Le poisson ne mord pas/ Socialiste jusqu’à la mort/ La femme du poète / Art et snobisme..... et/ Les martyrs reviennent cette semaine. Toutes au titre évocateur. Une seule , la première , celle de l’amour de la danse et du chanteur et de la passion pour le chant et la  danseuse, relève d’un registre émotionnel.Toutes les autres sont assez politisées. Pour  l’époque, plus que ça.Sur -politisées. Et, il est vrai que seul l’auteur pouvait se permettre une telle liberté de ton. Etonnant, non ! En fait, dans l’esprit des « fonctionnaires de la liberté »  de l’époque, une époque assez surveillée, il fallait toujours préserver une marge réservée, bien sûr, à « la critique et  à l’auto-critique », pour se donner bonne conscience et offrir une image extérieure de « tolérance » . Bien d’autres ont eu bien moins de chance.

Presque toutes les nouvelles donc véhiculent des messages assez forts : L’amour fou pour la musique....la cohabitation presque forcée et hypocrite (et la lutte sourde) des pouvoirs (la Parti, l’Armée, la presse, les élus....), l’impuissance des Arabes qui s’escriment à vouloir pêcher n’importe quel poisson dans des eaux troubles et polluées, les « sacrifices » du nouveau militant « socialiste », la vie quotidienne et les « pensées » d’une épouse de cadre dit supérieur, les arnaques en matière d’exercice de l’Art ,........et , « the last but not the least », pour le dessert.....la grande question : Et, si les Martyrs de la guerre de libération nationale revenaient, que doit-on faire ? et, comment vont-ils réagir ?  La réponse est simple face à la panique générale (vous saurez pourquoi en lisant la nouvelle) des vivants : ils sont bien..... où ils sont !

 

 

 

 

 

L’Auteur : Né en 196 du côté de Sédrata, étudiant à l’Université Zitouna de Tunis, moudjahid (Organisation civile du Fln) , gestionnaire de journaux après l’Indépendance   puis,  de 1970 à 1983,  contrôleur du parti Fln (alors parti unique) . Retraité puis,  à partir de 1990,  Dg de la radio nationale (Enrs). Fondateur et animateur d’une association culturelle El Djahidyya jusqu’à son déçès.....Nouvelliste, romancier prolifique..... « rompu à l’exercice dépouillé  et poétique de la langue » (Achour Cheurfi) et ,bien souvent , volontairement provocateur .

Extraits : « Les principes sont sauf..... : le Peuple à droite, l’Armée au centre, l’Information à gauche. Cependant quelque chose cloche : le Parti ne peut se permettre , en présence de l’Armée, d’occuper la première place. Voiture, chauffeur, chef de délégation, tout est militaire. En pareil cas , l’organisation politique se contente de jouer un rôle honorifique » (p 19), « Première proclamation après l’indépendance de l’Algérie : nous sommes Arabes ! la première qualité révolutionnaire aux yeux des Arabes, c’est d’être Arabes. Tic ! tic ! En avant donc pour l’arabisation ! Tic ! tic ! l’arabisation avant l’autogestion ! Tic ! tic ! l’arabisation avant n’importe quelle tâche de construction ! »(p 50) 

 Avis : Ouvrage assez politique et assez critique...... .et la dernière nouvelle (titre de l’ouvrage ) n’est pas seulement étonnante pour l’époque de sa publication (Bagdad, 1974), mais aussi « détonnante »

Citations : « Pour que l’Armée cède aussi facilement la première place, elle a certainement en vue un objectif plus important » (p 20), « Oser qualifier la politique de travail !......Le seul domaine où les Arabes sont incapables de réussir est précisement la politique et, de toute évidence, c’est leur domaine de prédilection ; ils s’y réfugient pour échapper à l’action. Tous les politiciens arabes font figure d’artistes ratés : ils recherchent une évasion dans des prouesses imaginaires mais se trouvent à l’aise dans le système »  (p 41), « L’auteur de nouvelles, nul ne l’ignore, écrit sur tout le monde , sauf sur lui-même » (p 82),  « Une seule chose compte aujourd’hui : avoir une carte......Le passé révolutionnaire a besoin d’une carte pour prouver son existence. Le militantisme, une carte ! » (p 106)