Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mascara

Date de création: 22-06-2018 17:20
Dernière mise à jour: 22-06-2018 17:20
Lu: 40 fois


ECONOMIE- REGION- MASCARA

 

Dix-neuf ans après son accession au pouvoir, Abdelaziz Bouteflika a tenu tous ses engagements. La réconciliation nationale a ramené la paix. Le retour de l’Algérie sur la scène internationale est une évidence. Les grands chantiers d’infrastructures, la construction de près de trois  millions de logements, la baisse du taux de chômage constituent de vrais motifs de satisfaction, nous dit Slimani, cadre gestionnaire dans une entreprise publique. «Le Président représente le  parachèvement du processus de développement national, lui qui a su ramener la paix et la sécurité à l’Algérie entière, après avoir prôné le plan de concorde civile et de réconciliation nationale», ajoute notre interlocuteur. Yacine, 42 ans, enseignant, assis à la même table, nous dit que «Bouteflika incarne toujours l’espoir de tous les Algériens pour une vie meilleure». On a tous prié pour lui, nos prières ont été entendues et exaucées, et le voilà parmi nous, n’en déplaise à nos ennemis. Mohamed, commerçant, n’y va pas par quatre chemins, pour dire que le peuple algérien doit beaucoup à  Bouteflika. Le bilan des réalisations économiques et sociales est plus que flatteur, nous disent à l’unisson ceux et celles que nous avons rencontrés  pour avoir leurs avis et opinion à l’égard du grand  changement qu’a connu la wilaya de Mascara. Les jeunes de la région de Béni Chougrane ont fait preuve de maturité étonnante à plus d’un titre, eu égard au degré de conscience politique qu’ils affichent en abordant les sujets d’ordre économique et social. Leur fierté n’a d’égale que la hauteur de cet événement historique. Il suffit, nous confie Sofiane, un jeune étudiant en droit commercial à l’université de Mascara, de voyager, pour constater de visu tous les changements, aussi bien en milieu urbain que rural. À titre d’exemple, il cite l’université où il est inscrit. Il se rappelle qu’il y  a quelques années, c’était un rêve. «Aujourd’hui, ajoute-t-il, il y a une université pratiquement dans chaque chef-lieu de wilaya.» Hamida, jeune cadre à la CNAS, nous décrit l’Algérie comme étant un grand pays en pleine mutation. Elle évoque l’autoroute Est-Ouest , le métro d’Alger, le programme du million de logements, le tramway, des réalisations concrétisées en l’espace d’un temps record. «Regardez autour de vous, nous dit-elle, notre wilaya a changé de look, et il y fait bon vivre à souhait.» Si Achour, un moudjahid, officier de l’ALN, nous dit que le rétablissement progressif de la  stabilité a permis au Président Bouteflika d’entamer, sur le plan intérieur, un vaste programme de refondation de l’État algérien, à travers la réforme des structures et des missions de l’État, du système judiciaire, du système éducatif, ainsi qu’un train de mesures économiques audacieuses, comportant, notamment, une réforme du système bancaire destinée à rendre l’économie algérienne plus performante. La wilaya de Mascara, à titre d’exemple édifiant de cet élan de développement global, est désignée pour faire figure de pôle régional agricole. Le choix n’est pas fortuit, car la région répond à toutes les conditions. Dans ce contexte, l’État n’a pas lésiné sur les moyens pour financer la concrétisation de cet objectif. À cet effet, la priorité a été accordée aux secteurs de l’agriculture et de l’hydraulique. À cela s’ajoute un  grand nombre de  projets et de réalisations sportives et éducatives. En un mot , la wilaya a pu renaître de ses cendres.