Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Rapport 2018- Banque africaine de développement

Date de création: 22-06-2018 17:08
Dernière mise à jour: 22-06-2018 17:08
Lu: 7 fois


ECONOMIE- ETUDES ET ANALYSES- RAPPORT 2018- BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT

 La Banque africaine de développement (BAD) a estimé hier que la croissance en Algérie restait “fragile”, tout en relevant qu’elle ne générait pas d’emplois. C’est l’édition 2018 de “Perspectives économiques en Afrique”, un rapport phare que produit chaque année la Banque africaine de développement (BAD), rendu public hier, qui l’a relevé. Le document a été, en fait, présenté au cours d’une cérémonie officielle organisée au bureau régional de la BAD, à Tunis, et diffusé, simultanément, en vidéoconférence, dans de nombreux pays d’Afrique dont l’Algérie. Le rapport relève, ainsi, qu’il y a “reprise” de la croissance en Algérie. Mais qu’elle demeure “fragile”, ne “générant” pas d’emplois. Le document souligne que l’Afrique du Nord a enregistré le second taux de croissance le plus élevé d’Afrique, à 5,0% en 2017, en hausse par rapport aux 3,3% réalisés en 2016. Et que la croissance de la sous-région devrait s’accélérer pour atteindre 5,1% en 2018, puis ralentir pour s’établir à 4,5% en 2019. Quatre pays (l’Algérie, l’Égypte, la Libye et le Maroc), sur les six que compte l’Afrique du Nord, ont contribué à cette croissance sur le continent noir. Le rapport  souligne qu’un “plus large espace fiscal” et “monétaire” a permis à l’Algérie d’“atténuer” les effets “néfastes” des prix plus faibles du pétrole sur l’économie, évitant un “déclin plus prononcé” de la croissance après la chute des prix du pétrole. Confrontées à une baisse des revenus de l’État en 2017, les autorités algériennes, y est-il ajouté, ont réduit “significativement” les dépenses publiques (à 36% du PIB, en baisse par rapport aux 42% en 2016). Le rapport note que la reprise de la production pétrolière en Libye a soutenu cette croissance. En Afrique du Nord — hors Libye —, la croissance a augmenté de 1,8% seulement en 2017 et devrait augmenter de 2,3% en 2018, puis de 2,9% en 2019. Le PIB de la Libye a connu une hausse de 55,1% en 2017, après un déclin les années précédentes, mais la production est restée inférieure d’un tiers environ à celle enregistrée avant les Printemps arabes de 2011. La croissance “stable” de l’Égypte s’est poursuivie. Elle s’élevait à 4,1% en 2017, en légère baisse par rapport aux 4,3% enregistrés en 2016. La croissance a été bénéfique au regain d’investissements directs étrangers (IDE) et d’exportations nettes qui ont été stimulés par la dépréciation des taux de change réels après leur libéralisation. Les rédacteurs de ce rapport insistent sur le fait que le continent a enregistré, en 2017, une croissance comparable à celle de l’économie mondiale. La plupart de ces économies voient leur capacité d’amortir les chocs extérieurs fortement diminuée, à l’instar de la récente baisse des prix des matières premières. Et de détailler : la détérioration des prix des matières premières a “exacerbé” les déséquilibres macroéconomiques dans de nombreux pays africains dont les économies sont fondées sur l’exploitation de ressources naturelles. Par ailleurs, l’inflation a sensiblement augmenté, passant de 3,6% en 2015 à 5,4% en 2016 — soit un taux supérieur à ceux des régions comparables et du monde. Cette hausse a été en partie alimentée par la dépréciation des taux de change et l’accroissement des déficits budgétaires nourris par la crise des prix des matières premières.

Youcef Salami

La Banque africaine de développement (BAD) a estimé lundi 12 mars 2018  que la croissance en Algérie restait “fragile”, tout en relevant qu’elle ne générait pas d’emplois. C’est l’édition 2018 de “Perspectives économiques en Afrique”, un rapport phare que produit chaque année la Banque africaine de développement (BAD), rendu public hier, qui l’a relevé. Le document a été, en fait, présenté au cours d’une cérémonie officielle organisée au bureau régional de la BAD, à Tunis, et diffusé, simultanément, en vidéoconférence, dans de nombreux pays d’Afrique dont l’Algérie. Le rapport relève, ainsi, qu’il y a “reprise” de la croissance en Algérie. Mais qu’elle demeure “fragile”, ne “générant” pas d’emplois. Le document souligne que l’Afrique du Nord a enregistré le second taux de croissance le plus élevé d’Afrique, à 5,0% en 2017, en hausse par rapport aux 3,3% réalisés en 2016. Et que la croissance de la sous-région devrait s’accélérer pour atteindre 5,1% en 2018, puis ralentir pour s’établir à 4,5% en 2019. Quatre pays (l’Algérie, l’Égypte, la Libye et le Maroc), sur les six que compte l’Afrique du Nord, ont contribué à cette croissance sur le continent noir. Le rapport  souligne qu’un “plus large espace fiscal” et “monétaire” a permis à l’Algérie d’“atténuer” les effets “néfastes” des prix plus faibles du pétrole sur l’économie, évitant un “déclin plus prononcé” de la croissance après la chute des prix du pétrole. Confrontées à une baisse des revenus de l’État en 2017, les autorités algériennes, y est-il ajouté, ont réduit “significativement” les dépenses publiques (à 36% du PIB, en baisse par rapport aux 42% en 2016). Le rapport note que la reprise de la production pétrolière en Libye a soutenu cette croissance. En Afrique du Nord — hors Libye —, la croissance a augmenté de 1,8% seulement en 2017 et devrait augmenter de 2,3% en 2018, puis de 2,9% en 2019. Le PIB de la Libye a connu une hausse de 55,1% en 2017, après un déclin les années précédentes, mais la production est restée inférieure d’un tiers environ à celle enregistrée avant les Printemps arabes de 2011. La croissance “stable” de l’Égypte s’est poursuivie. Elle s’élevait à 4,1% en 2017, en légère baisse par rapport aux 4,3% enregistrés en 2016. La croissance a été bénéfique au regain d’investissements directs étrangers (IDE) et d’exportations nettes qui ont été stimulés par la dépréciation des taux de change réels après leur libéralisation. Les rédacteurs de ce rapport insistent sur le fait que le continent a enregistré, en 2017, une croissance comparable à celle de l’économie mondiale. La plupart de ces économies voient leur capacité d’amortir les chocs extérieurs fortement diminuée, à l’instar de la récente baisse des prix des matières premières. Et de détailler : la détérioration des prix des matières premières a “exacerbé” les déséquilibres macroéconomiques dans de nombreux pays africains dont les économies sont fondées sur l’exploitation de ressources naturelles. Par ailleurs, l’inflation a sensiblement augmenté, passant de 3,6% en 2015 à 5,4