Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Noam Chomsky- "Occupy"

Date de création: 22-06-2018 17:04
Dernière mise à jour: 22-06-2018 17:04
Lu: 32 fois


ECONOMIE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI NOAM CHOMSKY-« OCCUPY »

Occupy. Essai de Noam Chomsky (traduit de l’anglais par Myriam Denneby) . Editions Média Plus, Constantine 2013, 650  dinars, 114 pages.

Beaucoup (dans les pays développés) pensent que la crise économique mondiale ,qui a commencé en 2008 , est en voie d’être résolue. Mais peu savent que la crise est profonde, qu’elle n’est pas simplement due à un gouvernement donné ou à une institution particulière, mais « est plutôt celle d’un système ». D’autant que les sociétés occidentales contemporaines voient s’affronter trois types de forces : Celles, encore dominantes, qui pensent que la crise est passagère ou au moins gérable ; celles qui, avec Chomsky et (le mouvement) « Occupy (Wall Street) » cherchent un dépassement du système capitaliste, s’inscrivant dans le prolongement de la vision émancipatrice des Lumières ; et celles qui adoptent une attitude « réactionnaire » face à la dite crise des valeurs....Que dire alors de ce que pensent les citoyens des pays .......en développement qui subissent les effets de la crise toujours bien après, mais bien plus gravement et bien plus durablement.

Mouvement anarchiste, « Occupy » ? Tout simplement porteur agissant et très actif de revendications largement partagées par la société civile . En temps de crise économique :  indignation face aux inégalités, aux magouilles des institutions financières, à la complicité de l’Etat qui (aux Etats Unis) est venu à la rescousse des responsables de la crise et leur a permis d’en sortir ,plus riches et plus puissants que jamais, tandis que les victimes ont  été abandonnées à leur sort. Des revendications très concrètes !Objectif : générer un élan de solidarité...élan qui fait cruellement défaut à une société atomisée.

En fin d’ouvrage, un hommage est rendu d’un grand enseignant et historien américain engagé, Howard Zinn, aujourd’hui décédé.....un historien dont le principal souci , c’était « la multitude de petits gestes anonymes » qui, bout à bout, font « ces grands moments »  qui entreront dans les annales de l’histoire. L’« Histoire d’en bas » ! Auteur à succès, en 2003,  d’une « Histoire populaire des Etats Unis de 1492 à  nos jours »

 

L’Auteur : Théoricien américain du langage connu pour ses travaux dans le champ de la linguistique, philosophe et analyste , infatigable militant politique pour la la démocratie, la liberté et le libre-arbitre  . Plusieurs ouvrages et auteur parmi les plus cités au monde. 1998 : Prix de Kyoto en sciences fondamentales. Soutien du mouvement « Occupy » dès ses débuts.

Extraits « Autrefois, les membres du Congrès qui briguaient un poste honorifique étaient généralement récompensés à l’ancienneté ou au mérite. Désormais.......ils en sont réduits à monnayer leurs promotions et puisent à pleines mains dans les caisses du secteur financier » (p 29) , « A Wahington, on ne parle que du déficit.Or, les citoyens se contrefichent du déficit : pour eux, le véritable problème, c’est le chômage » (p 30),

Avis :  Pour comprendre (sauf pour les « anars »)  , pour apprendre.....pour participer à la transformation du monde (et de sa société ) de manière démocratique et constructive.  Ouvrage dédié aux 6 705 personnes qui ont été arrêtées pour avoir soutenu « Occupy »... et aux  80 premières personnes arrêtées alors qu’elles marchaient dans New York le 24 septembre 2011.

Citations : « Qui dit concentration des richesses dit concentration du pouvoir politique. Celle-ci, à son tour, amène à promouvoir des mesures qui ne font que conforter cette tendance » (p 28), « Il y a cent ans, en Grande Bretagne et aux Etats Unis,  nations qui étaient alors les plus libres du monde, les classes dirigeantes ont compris qu’elles ne pourraient plus contrôler le peuple par la force......C’est alors qu’on a inventé les relations publiques » (pp 42 - 43) , « Eduquer les citoyens, ce n’est pas simplement leur dicter ce qu’ils doivent penser : c’est les amener à faire leur propre apprentissage » (p 44), « Comprendre, c’est apprendre. Et l’apprentissage se fait par la participation » (p 45), « L’essentiel , c’est de lancer des propositions, de formuler des idées, sans qu’elles fassent forcément consensus » (p 45) , « En période de récession, on a besoin de croissance, pas d’austérité » (p 65) , « A propos de la collusion entre les milieux financiers et politiques, je citerai le sénateur Mark Hanna. Quand on lui demandait ce qui importait le plus en politique, il répondait : « Premièrement : l’argent ; deuxièmement : l’argent ; troisièmement : j’ai oublié ». C’était il y a près de cent ans. Depuis, la situation ne s’est pas arrangée » (p 84) , « Ce n’est pas l’ argent qui manque, mais la production réelle » (p 88), « Ceux qui font les frais de cette économie-casino, ce ne sont pas les riches et les puissants, mais les 99 %  restants » (p 89)