Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Infos' diverses 2015

Date de création: 05-01-2016 04:25
Dernière mise à jour: 05-01-2016 04:25
Lu: 147 fois


FINANCES - INFOS' DIVERSES - INFOS' DIVERSES 2015

- Le nombre de comptes d'affectation spéciales est de 75 en 2011. Il est passé à 67 en 2013 (pour 1 964 milliards de dinars) et il doit être réduit à 55 en 2015

-         Officiellement les Algériens résidant en Algérie n’ont pas le droit de détenir un compte bancaire à l’étranger. Mais 590 comptes ont été ouverts par des Algériens chez HSBC Private Bank à Genève, selon les révélations du journal français Le Monde avec une soixantaine de médias internationaux, coordonnés par l’ICIJ, consortium de journalistes d’investigation. Ces comptes ont été ouverts par des Algériens entre 1970 et 2006.

-         Au total, 440 clients liés à l’Algérie possèdent des comptes chez HSBC Private Bank à Genève. Ils détiennent des avoirs estimés à plus de 671 millions de dollars.

       Les documents publiés ne révèlent pas pour l’instant les identités des Algériens impliqués dans ce scandale mondial.

Les documents obtenus par les médias participant à l’enquête ne couvrent pas la période d’après 2007.

-         120 agences relevant de la CNMA ont été créées en 2014 à travers le pays

-         L’endettement total dans le monde a progressé de 57 000 mds usd entre 2007 et 2014 pour frôler les 200 000 mds usd  (Poids : 286% du PIB mondial en 2014 contre 269% en 2007) FINANCES

-         La gigantesque enquête menée par le Consortuim international des journalistes d’investigation sur les comptes bancaires qui étaient dissimulés en 2006 chez HSBC Private Banking à Genève n’a pas fini pas de faire des vagues.

Pour ce qui concerne l’Afrique, l’ensemble des comptes identifiés dans cette banque, et qui ont pu être rattachés à un pays, représente un volume global de 13,4 milliards de dollars, appartenant à 7765 clients africains.

L’Egypte (3,5 milliards pour 700 clients), l’Afrique du Sud (2 milliards pour 1787 clients) et le Maroc (1,6 milliard pour 1068 clients) occupent les premières marches du podium africain de l’évasion de capitaux. Viennent ensuite l’Erythrée (sic), l’Algérie, le Kenya, la Tunisie ou encore la Libye.

Il ne s’agit là que des comptes d’une seule banque à Genève. Ainsi, par exemple, au Maroc, les experts évaluent l’ensemble des capitaux évadés du pays entre 45 et 70 milliards de dollars. HSBC Genève n’en hébergeait donc qu’une infime partie, entre 2 et 3%. Ce qui donne la mesure de l’ensemble de capitaux africains évadés sur l’ensemble des banques de gestion de fortune de la planète.

- Le Fonds monétaire international (FMI), créé en juillet 1944 lors de la conférence des Nations unies à Bretton Woods, a officiellement vu le jour le 27 décembre 1945. Soixante-dix ans après, le FMI a bien changé.

Ils étaient 44 pays à décider de son instauration . Les pays membres du FMI sont actuellement 188 après les indépendances des dernières décennies et l'entrée de nouveaux membres.

Créé pour réguler les taux de change entre les monnaies, le fonds a évolué sensiblement à partir de 1971 et l'abandon des changes fixes. Dès 1973, le FMI devient un instrument de régulation financière et d'aide aux pays en développement. Il prête en contrepartie de politiques de rééquilibrage financier.

Avec la crise de ces dernières années il se réoriente vers le soutien aux pays développés en difficultés. En 2015 ses principaux emprunteurs étaient le Portugal, la Grèce, l’Irlande et l’Ukraine.

La montée en puissance des pays émergents modifie profondément les rapports de force au sein de l'institution. La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, est enfin parvenue à faire admettre par le Congrès américain des réformes qui augmentent ses moyens d'intervention et établit une meilleure répartition des pouvoirs en faveur des émergents, les pays les plus dynamiques de la planète.