Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Production

Date de création: 11-05-2008 13:34
Dernière mise à jour: 08-11-2011 13:01
Lu: 648 fois


ENERGIE - ELECTRICITE - PRODUCTION

Selon un rapport de la mission économique de l’Ambassade de France (diffusé en août 2006), d’ici à 2011, la demande nationale d’électricité croîtra de 7% chaque année.
L’utilisation domestique augmente de plus en plus pour atteindre 4 millions d’abonnés au réseau de Sonelgaz. Ce qui représente la moitié de la consommation énergétique globale du pays en 2005.
Avec une capacité installée de 7 077 mégawatts (Mw), la couverture des besoins du pays est au taux de 96%.
Le secteur des hydrocarbures est le plus gros consommateur avec une part de 47% pour la haute tension. Il est suivi par le secteur des matériaux de construction avec 24% et les Ismme avec 21%.
La hausse constante a amené des délestages dans le but de rééquilibrer un appel de consommation devenu trop important.
Cela n’a pas empêché l’Algérie de créer des systèmes d’interconnexion avec le Maroc et la Tunisie et de projeter l’exportation vers l’Espagne (via le Maroc) et l’Italie (Sardaigne et Sicile).
D’ici à 2010, l’Algérie a prévu la mise en exploitation d’une dizaine de centrales électriques (investissement de 5,3 milliards de dollars prévu avec un apport de 1,3 milliard de dollars par les partenaires) et une capacité supplémentaire de lignes de transports et d’interconnexion de l’ordre de 4 000 km pour la très haute tension et de 2 100 km pour la haute tension.
Autres données : Plus de 20 000 postes de transformation et 1,250 million de compteurs sont prévus dans le programme de développement. Réalisation de 100 000 km de lignes moyenne tension (Mt) et de basse tension (Bt) ainsi que de 50 000 postes de transformation Mt et Bt de 100 à 400 Kva.
Dans le Grand sud, 10 millions d’euros vont être investis dans les systèmes photovoltaiques.
Dans le solaire, figure la centrale hybride de cycle combiné solaire-gaz à Hassi R’mel (150 millions de dollars).
Projet éolien à Tindouf (10 à 13 millions d’euros)…….

Notes : - La loi du 5 février 2002 consacre l’ouverture totale du secteur de l’électricité à la concurrence et à l’investissement privé. Par le biais de ses filiales, le groupe Sonelgaz exerce les activités de transport et de distribution de l’électricité et du gaz naturel. Son réseau de distribution est estimé à 19 600 km en linéaire et il permet une alimentation d’une manière directe de 35% des ménages.
Seul le transport reste le monopole de l’Etat, géré par une société du groupe. Par conséquent, le secteur de la production est ouvert à tout opérateur national ou étranger capable d’investir. La loi a donc encouragé le lancement des premiers projets de producteurs indépendants d’électricité. A terme, selon les prévisions de Sonelgaz les producteurs indépendants produiront 30% de la production nationale d’électricité.
- Centrales mises en service en 2006 : Naâma (160 Mw), Berrouaghia (500 Mw) /Centrales mises en service en 2007 : Marsat El Hadjadj (80Mw), Oran (80 Mw), Alger Port (80 Mw), Annaba (80 Mw)/ Centrale mise en service en 2008 : Hadjret Ennus (1227 Mw)/ Centrales mises en service en 2009 : Terga (800 Mw), Koudiet Ed Draouch (800 Mw) . Le 26 octobre 2008, le PDG annonçait le renforcement du groupe SONELGAZ, à partir de 2009, avec 7 nouvelles centrales électriques:Laârba (Blida), Batna, Relizane, M'Sila, Annaba, Oran, Alger-Port 
- La demande d’électricité en 2008 (en hiver, période de pointe) atteindra, selon le Pdg de Sonelgaz (17 septembre 2006) 7 600 Mw (5921 en 2005)

- Selon un rapport du ministère de l'Energie et des Mines (septembre 2009),  la capacité installée totale de l'Algérie en électricité passera de 8 502 MW fin 2008, à 12 771 MW à l'horizon 2012.

- Selon un bilan du ministère de l'Energie et des Mines (avril 2010), en matière d'énergie électrique, la production d'électricite a augmenté en 2009 à 43 Tera watts heure (TWh) contre 40 TWh en 2008, ce qui a permis de porter le taux d'électrification nationale de 85,5% à 98,4% , soit une couvertutre quasi-totale du territoire national. La capacité de production électrique  installée  a atteint, quant à elle, 10. 381 MW, grâce à l'entrée en production de huit nouvelles centrales électriques.

- Selon le rapport d'activité de la CREG pour l'exercice 2009, le plus gros de la production a été assuré par la Société algérienne de production d'électricité (SPE), fililale du groupe Sonelgaz, avec une part de 62%. Les 38% restants sont partagés entre quatre sociétés de production, à savoir : Sharikat Kahraba Skikda (15%), SK Hadjret En Nous Tipasa (10%), SK Berrouaghia (10%) et Kahrama Oran (6%).

- Selon un blilan du groupe Sonelgaz (samedi 8 octobre 2011), la production d'électricité de l'Algérie a atteint 45,2 Tétrawatt-heure (TWh) en 2010, en hausse de 5,6% par rapport à l'année 2009.

Cette production  été réalisée à hauteur de 24,245 gigawatt-heure (GWh) par les moyens de production des sociétés de production (SPE) du groupe (53,7%) et 20,926 GWh par les producteurs tiers (46,3%).

La satisfaction de la demande d'électricité a connu une "amélioration notable" en 2010 avec un taux de réserve de 25% en moyenne

.