Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ons- Consommation ménages 2000/2011

Date de création: 04-01-2016 10:55
Dernière mise à jour: 04-01-2016 10:55
Lu: 258 fois


COMMERCE- ETUDES ET ANALYSES- ONS- CONSOMMATION MENAGES 2000/2011

 Les dépenses annuelles globales des ménages algériens en alimentation sont de l'ordre de 1.875 milliards de dinars (mds DA), soit  près de 42% de la totalité de leurs dépenses annuelles de consommation (Office national des statistiques , ONS, début janvier 2016). Entre 2000 et 2011, les dépenses alimentaires par les ménages ont presque  triplé puisqu'elles étaient de près de 683 mds DA en 2000, indiquent les résultats d'une enquête réalisée en 2011 par l'ONS sur les dépenses de consommation  et le niveau de vie des ménages algériens, publiés hier. Selon le milieu de résidence, les dépenses alimentaires annuelles en  milieu urbain ont atteint 1.281 mds DA en 2011 (contre 449 mds DA en 2000), tandis que dans le milieu rural, elles ont été de 594 mds DA (contre 281 mds DA). Il est constaté que la part budgétaire de la dépense alimentaire  dans les dépenses globales de consommation a baissé en 2011 pour s'établir à 41,8% contre 44,6% en 2000. Selon le niveau de vie des ménages, la part de ces dépenses est toujours supérieure dans le milieu urbain, souligne l'enquête qui relève que plus le niveau de vie augmente, plus l'écart entre les dépenses des deux milieux s'élargit en faveur de l'urbain.       
    
 Par groupes de produits, l'étude de l'ONS montre que les produits céréaliers occupent la première place dans le budget des ménages avec 17,5% de la dépense  alimentaire globale, suivis par les légumes frais (13,4%), la viande rouge (13,3%), les produits laitiers (8,4%), la viande blanche (8,3%), les huiles et graisses  (7,1%) et les fruits frais (5,1%). Quant aux autres dépenses alimentaires (restaurants, sandwich, cantines scolaires, gâteaux de cérémonie...), elles représentent 7,6% des dépenses globales alimentaires.        
Selon les catégories sociales que l'ONS répartit en cinq groupes, le niveau des dépenses augmente, évidemment, avec l'évolution du niveau de vie des ménages. Ainsi, pour le groupe au niveau de vie le plus élevé, il absorbe  31,4% de la dépense globale alimentaire contre 10,8% pour la catégorie sociale au niveau de vie le moins élevé. Par groupes de produits, la part de la dépense nationale destinée à l'achat de produits céréaliers et des légumes frais représente le double chez les ménages les plus favorisés par rapport aux plus défavorisés, tandis qu'elle triple pour la viande blanche et les fruits secs, quadruple pour la viande rouge et sextuple pour le poisson. En fonction du type d'habitat des ménages, les dépenses d'alimentation sont plus fortes chez ceux habitant des villas, alors qu'elles sont plus maigres chez ceux habitant des constructions précaires. Ainsi, la moyenne annuelle des dépenses en alimentation chez les ménages habitant une villa ou étage de villa est estimée à 314.000 DA, alors qu'elle est un peu moins de 300.000 DA chez les populations habitant des immeubles, de 280.000 DA dans les maisons traditionnelles (Haouch) et 230.000 DA dans les habitations précaires. En prenant comme critère par tête d'habitant (et non par ménage), la  dépense alimentaire annuelle est estimée à 51.076 DA, soit 52.634 DA en milieu urbain et 48.013 DA en milieu rural. Cette moyenne évolue sensiblement en fonction du niveau de  vie : Par tête d'habitant, la dépense alimentaire moyenne est de plus de 80.000 DA/an chez les plus riches et un peu plus de 27.000 DA/an chez les plus pauvres.