Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Détournements

Date de création: 11-05-2008 12:36
Dernière mise à jour: 11-05-2008 12:36
Lu: 896 fois


De 1962 à 2001, il y a eu 161 238 hectares qui ont été "distraits" et détournés de leur vocation pour servir à d'autres usages. Sur ces 161 238 ha, 10 112 sont des terres irriguées.
Ces prélèvements sont essentiellement le fait de décisions prises par des autorités administratives (Apc, Daira, Apw) sur la base de projets d'utilité publique. Les plans directeurs d'aménagement urbain (Pdau), élaborés au niveau des wilayas sous la poussée de la tendance vers l'extension des villes ont contribué à rogner sur les superficies agricoles
Les services du ministère de l'Agriculture estimaient qu'à partir de 2002 et sur une période de 20 ans, 112 000 ha de terres seront distraits
Notes: - Un recensement administratif mené au début de l'année 2005, au niveau national, par les services du ministère de l'Agriculture (10 août 2005) fait état de 50 000 hectares de terres détournées, après 15 000 transactions opérées , depuis 1987, et cela uniquement dans le cadre de la concession des terres agricoles par l'Etat.
Au mois de juin 2005, 60% des transactions "pourraient s'avérer illégales", concernant 10% des exploitants (total national de 200 000 exploitants agricoles).
L'enquête administrative révèle aussi que c'est la wilaya de Tiaret qui vient en tête, suivie de près par Sidi Bel Abbès, en termes de dossiers litigieux. Ici, les terres "détournées" ont gardé leur vocation agricole. Par contre quatre wilayas phares sont concernées par les détournements des terres de leur vocation: Alger, Boumerdès, Blida et Oran.
- Selon la Gendarmerie nationale (mercredi 28 décembre 2005), plus de 15 600 enquêtes sur l'état des lieux des exploitations agricoles, à l'échelle nationale, ont été transmises à la justice (2520 concernent les wilayas du Centre , 5872 l'Ouest et 7237 les wilayas de l'Est du pays .
- Hadjas Brahim, propriétaire de l’Union Bank (poursuivi par la Justice en 2006 et en fuite) s’est approprié, à partir de 2002, par l’intermédiaire d ‘un réseau et avec la complicité d’une notaire corrompue, , près de 321 hectares de terres fertiles au niveau des anciens domaines de Bouchaoui, Ouled Fayet, Ain Benian et Staouéli , pour la somme de 25 milliards de centimes (puisés dans les caisses de la banque, aujourd’hui mise en liquidation )
- En janvier 2007, la Gendarmerie nationale a fait état de 6 366 ha de terres agricoles détournées de leur vocation agricole au niveau de 2092 Eac et Eai (35 757 ha) dont 2628 pour utilité publique