Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Benyounès Amara

Date de création: 07-07-2015 11:39
Dernière mise à jour: 07-07-2015 11:39
Lu: 326 fois


POLITIQUE- PERSONNALITES-  BENYOUNES AMARA

 

Né en 1958 à Ain El Hammam, Amara Benyounès est actuellement ministre du Commerce. Membre du gouvernement depuis 1999, il fut en charge auparavant de quatre autres ministères.

Amara Benyounès ne fête pas son anniversaire. C’est comme ça depuis 1958. Il est ce qu’on appelle un « présumé ». Fils de chahid, il n’a pas eu la chance de connaître son père ni sa date de naissance. Élevé par sa mère, le futur ministre passe une partie de son enfance en Kabylie, près de Tizi Ouzou. Jeune étudiant, il s’implique dans le Mouvement Culture Berbère, qu’il anime entre ses 22 et 25 ans. À la même période, il est aussi très engagé dans la troupe de théâtre Debza. En 1983, licencié en sciences économiques, option économie financière, l’homme rêve déjà d’être ailleurs.

Ses ambitions et son diplôme en poche, Amara Benyounès s’envole pour Paris. Il y parachève un troisième cycle en économie internationale et développement à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne en 1986. Deux ans passent et le voilà nommé au ministère de la Santé au grade d’administrateur. Il est chargé de mission puis conseiller du secrétaire général chargé du suivi des dossiers des transferts pour soins à l’étranger et celui du médicament.

En parallèle, son engagement associatif prend un tour politique. Octobre 1988 est passé par là. Avec d’autres, il fonde le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), dont il est secrétaire national et porte-parole. En 1990, Amara Benyounès quitte le ministère de la Santé pour se consacrer à sa tâche de directeur de cabinet du RCD. On le retrouve en 1993 parmi les membres fondateurs – là encore ! – du MPR, le Mouvement pour la République créé pour tenir tête aux intégristes islamistes.

En 1997, l’homme prend la lumière. À la faveur des législatives anticipées, il entre à l’Assemblée Populaire Nationale et prend dans la foulée la présidence du groupe parlementaire RCD. L’année suivante, il devient le vice-premier président du mouvement. Repéré par Abdelaziz Bouteflika, le jeune député est nommé ministre en 1999, en charge de la Santé et de la Population. Un an et le voilà aux Travaux publics. Un an plus tard, le voilà contraint à la démission par son parti qui quitte le gouvernement avec pertes et fracas après le Printemps berbère.

La fâcherie avec le pouvoir ne durera pas longtemps. En 2004, Amara Benyounès crée l’Union pour la Démocratie et la République (UDR) et en devient le secrétaire général. Membre de la direction de campagne d’Abdelaziz Bouteflika – comme en 2009 et 2014 -, il réintègre le gouvernement en 2012. Entre temps, l’homme est devenu patron de presse grâce à La Dépêche de Kabylie, fondée en 2002.

2012 est aussi l’année de la création de son tout nouveau parti, le Mouvement Populaire Algérien (MPA). Amara Benyounès en est toujours le secrétaire général. Successivement ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville, puis du Développement industriel et de la promotion de l’Industrie, il est aujourd’hui l’homme fort du Commerce algérien.

DOMAINE D’ACTIVITÉ :

Politique

PRÉCÉDENTE ACTIVITÉ :

Administration.

ÉTUDES :

Sciences économiques.

SES GRANDES DATES : 

1958 : Naissance à Ain El Hammam

1986 : Troisième cycle en économie internationale à Paris I – Sorbonne

1989 : Création du RCD. Il en est l’un des membres fondateurs

1999 : Nommé ministre pour la première fois, en charge de la Santé et de la Population

2001 : Démission du gouvernement

2004 : Divorce avec le RCD

2012 : Création du MPA

2012 : Ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville

2013 : Ministre du Développement industriel et de la promotion de l’Industrielle

2014 : Ministre du Commerce

VIE PRIVÉE :

Amara Benyounès est marié et père de deux enfants.