Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Budget ménages - Enquête Ons 2011

Date de création: 07-07-2015 10:43
Dernière mise à jour: 07-07-2015 10:43
Lu: 250 fois


 ECONOMIE- ETUDES ET ANALYSES – BUDGET MENAGES - ENQUETE ONS 2011

La famille algérienne consacre annuellement une moyenne de 8% de son budget en matière d'habillement et de chaussure pour un montant moyen de plus de 58.000 DA par an, selon les résultats d'une enquête réalisée par l'Office national des statistiques (ONS).

En 2011, les dépenses des ménages en matière d'habillement et chaussure ont atteint un montant global de 363,5 milliards de dinars, indiquent les résultats d'une récente enquête de cet Office sur les dépenses de consommation et le niveau de vie des ménages. ''La part des dépenses en habillement et chaussures aurait été plus importante sans le phénomène de la fripe", souligne le directeur chargé des statistiques sociales et des revenus à l'ONS, Youcef Bazizi. La dépense annuelle moyenne par ménage en matière d'habillement-chaussure a atteint 58.021 DA, soit une dépense mensuelle moyenne par famille de 4.835 DA, alors que la dépense moyenne par tête était de 9.900 DA, précisent les résultats cette enquête. Les sous-groupes d'habillement homme et femme représentent chacun une part de 26,64% du montant global de la dépense moyenne annuelle par tête, suivis par celui d'habillement enfant pour 13%, la chaussure homme pour près de 10%, chaussure femme pour 6,9% (683 DA) et chaussure enfant et bébé pour 5,48%. En milieu urbain, la dépense annuelle globale en matière d'habillement et chaussures s'est établie à 261,87 milliards DA (72%), contre 101,63 milliards DA (28%) en milieu rural. "La dépense annuelle globale en matière d'habillement et chaussures est plus importante en zone urbaine car le taux d'urbanisation est plus important", explique Y. Bazizi qui est également superviseur de cette enquête. Les deux postes les plus importants des dépenses en habillement et chaussures sont ceux concernant les vêtements homme et femme avec 53% du budget, le reste (47%) concerne les enfants et bébés. Selon l'enquête, la part allouée aux vêtements est plus importante chez les femmes urbaines que ce soit par rapport aux hommes urbains ou aux femmes rurales. Par ailleurs, l'étude indique que pour la chaussure, la globalité des dépenses de la gent masculine a été de 36,2 milliards DA (10%), les femmes 25 milliards DA (6,9%) et près de 20 milliards DA (5,5%) pour les enfants et bébés.

Habillement : la dépense a presque triplé sur la dernière décennie
La dépense globale des familles algériennes en habillement a presque triplé durant la dernière décennie (2000-2011) au niveau national, passant de 132 milliards DA en 2000 à 363,5 milliards DA en 2011. En milieu urbain, la dépense des ménages en habillement est passée de 88,2 milliards DA à 261,8 milliards DA, tandis que dans le milieu rural, elle est passée de 43,7 milliards DA à 101,6 milliards DA. La dépense mensuelle moyenne par ménage a, quant à elle, doublé pour atteindre 4.835 DA en 2011 contre 2.377 DA en 2000. Les ménages qui habitent dans des villas ou immeubles dépensent en moyenne 5.045 DA et 5.205 DA/mois respectivement, soit une dépense supérieure à la moyenne nationale qui est de 4.835 DA. Par contre, l'enquête relève que les ménages qui habitent dans des constructions précaires dépensent le moins au niveau national avec 4.119 DA/mois. Mais la dépense la plus faible, qui est de 3.162 DA/mois, elle est enregistrée dans le milieu rural chez les ménages qui vivent dans des chalets, tentes et autres types de construction.
La dépense mensuelle moyenne des ménages augmente avec le nombre d'occupés (personnes qui travaillent), passant de 3.313 DA dans une famille sans aucun occupé à 6.455 DA dans un ménage avec 3 occupés et plus. L'enquête nationale sur les dépenses de la consommation et le niveau de vie des ménages réalisée en 2011, qui a duré une année sur le terrain afin de prendre en charge les effets de saisonnalité de la consommation, a concerné 900 produits et a porté sur un échantillon de 12.150 ménages ordinaires.