Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Indicateurs multiples -Enquête Mics4/2015 (II/II)

Date de création: 30-06-2015 11:18
Dernière mise à jour: 30-06-2015 11:18
Lu: 195 fois


SANTE- ETUDES ET ANALYSES – INDICATEURS MULTIPLES- ENQUETE MICS 4/ 2015 (II/II)

 

Le mariage et la polygamie

Le mariage des moins de 15 ans a concerné 1% du total des femmes en âge de procréer 15-49 ans et 1% de celles âgées de 20-49 ans. En ce qui concerne la proportion des femmes mariées avant d’atteindre l’âge de 18 ans, elle est de 6% chez les femmes âgées de 20-49 ans. Cependant, la précocité du mariage semble affecter particulièrement les anciennes générations du fait que la proportion augmente avec l’âge de la femme, passant de 0,1% pour les femmes âgées de 15-19 ans mariées avant l’âge de 15 ans à 3% chez les femmes âgées de 45-49 ans. Le même constat est fait pour les femmes mariées avant l’âge de 18 ans. La proportion est de 3% parmi les femmes âgées de 20-24 ans et augmente régulièrement pour atteindre 17% des femmes âgées de 45-49 ans. La polygamie est relativement peu répandue, en ce sens que la proportion de femmes mariées avec des hommes polygames est estimée à 3%. La proportion des femmes mariées à un conjoint polygame augmente avec l’âge passant de  1%  chez les femmes âgées de 15-19 ans à 6% chez les femmes âgées de 45-49 ans.

Violence familiale

Dans l'ensemble, 59% des femmes estiment qu’un mari a le droit de frapper ou de battre son épouse au moins pour l’une des diverses raisons avancées. Des différences notables sont observées selon le milieu de résidence : une plus grande acceptation du phénomène est relevée en zone rurale avec une proportion de 66% contre 55% en zone urbaine. Il est à noter que les femmes actuellement mariées ou mariées par le passé semblent être relativement plus nombreuses (respectivement 62% et 60%) à accepter cette pratique en comparaison avec les célibataires (56%). En outre, ce phénomène est beaucoup plus toléré chez les plus âgées que chez les plus jeunes: 64% chez les femmes âgées de 45-49 ans  contre 55% chez les femmes âgées de 15-19 ans.

Les femmes sans niveau d’instruction ou vivant dans les ménages les plus pauvres acceptent cette violence à hauteur de 76% et de 70% respectivement.

Les enfants orphelins

La majorité des enfants âgés de 0-17 ans (94%) vivent avec les deux parents, 3% des enfants ont l’un ou les deux parents décédés et 0,2% des enfants sont orphelins des deux parents.

Connaissance de la transmission du VIH et conceptions erronées sur le VIH/SIDA

Dans l’ensemble, 9% des femmes âgées de 15-49 ans et 9% de celles âgées de 15-24 ans ont une connaissance approfondie de la prévention du VIH. Les proportions les plus élevées sont enregistrées parmi les femmes de niveau supérieur avec respectivement 23% parmi celles qui sont âgées de 15-49 ans et 20% parmi celles âgées de 15-24 ans. Les plus faibles proportions sont relevées chez les femmes âgées de 15-49 ans sans instruction (3%) et parmi celles âgées de 15-24 ans de niveau primaire (2%). Selon la tranche d’âge, la proportion la plus élevée est observées parmi celles âgées de 25-29 ans avec 12% et la plus faible parmi les 40-49 ans avec 7%. Selon le quintile de richesse, les femmes appartenant aux ménages les plus riches ont une connaissance approfondie de la prévention du VIH à hauteur de 16% pour celles âgées de 15-49 ans et de 17% pour celles âgées de 15-24 ans. Cette connaissance est de 4% des femmes qui appartiennent aux ménages les plus pauvres.

Attitudes bienveillantes envers les personnes vivant avec le VIH/SIDA

Environ 92% des femmes interrogées qui ont entendu parler du SIDA sont d’accord avec au moins une attitude bienveillante à l’égard des personnes vivant avec le VIH et ce quel que soit le milieu de résidence. On ne relève pas également de différences importantes entre les milieux socio-économiques. L’écart atteint près de 13 points entre le Nord Centre, le Nord Est et les Hauts Plateaux Centre (94%) et les Hauts Plateaux Ouest (81%).

Connaissance d’un endroit pour le dépistage du VIH, conseils et tests au cours des soins prénatals

Près de 17% des femmes connaissent un endroit où l’on peut se rendre pour effectuer un test du VIH. Ce pourcentage atteint 36% chez les femmes de niveau d’instruction supérieur -et 29% parmi celles qui évoluent dans les ménages les plus riches. Elles sont de l’ordre de 20% en milieu urbain et 12% dans le rural. Elles sont environ 21% dans le Nord Centre et le Nord Est contre 14% dans les wilayas du Sud du pays et 10% dans les Hauts Plateaux Est. Par ailleurs, 5% des femmes âgées de 15-49 ans ont déjà été testées dont 2% parmi elles ont effectué le test au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête et 2% ont reçu le résultat du test. Parmi les femmes ayant accouché au cours des deux années précédant l’enquête, le pourcentage de celles ayant bénéficié de conseils et de dépistage du VIH lors des soins prénatals est de 2% seulement avec 1% qui ont bénéficié du test de dépistage du VIH/Sida.

Maladies Chroniques

Liée à la structure par âge et à la transition épidémiologique, les maladies chroniques augmentent d’année en année en Algérie. Les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies respiratoires et les cancers sont citées parmi les maladies les plus fréquentes.

Parmi la population âgée de 15 ans plus des ménages enquêtés, 14% ont déclaré souffrir d’au moins une maladie connue, dont  96% des cas ont été confirmés par un personnel qualifié. Par sexe, les femmes semblent plus touchées par les maladies chroniques que les hommes avec respectivement 17 % contre 11 %.

Selon le milieu de résidence, la  prévalence des maladies chroniques est relativement plus élevée parmi la population urbaine (15%) que parmi celle évoluant en milieu rural (12%).

Selon l’espace de programmation d’appartenance, les prévalences les plus élevées sont constatées dans les EPT du nord du pays notamment dans les EPT Nord Centre et Nord Ouest avec une prévalence de 15 % chacun.  La prévalence la plus faible est relevée dans le sud du pays.

La population enquêtée ayant déclarée souffrir d'une seule maladie chronique représente 10% et celle souffrant de deux (02) maladies 4%

La répartition des malades chroniques selon les différents types de maladies montre que l’Hypertension Tension Artérielle (HTA) occupe la 1ère place avec un taux de prévalence de 6% touchant ainsi 39 % de la population des malades chroniques, suivie par le Diabète avec 3%. L’asthme, les maladies articulaires et cardiovasculaires viennent en troisième position  avec une prévalence de l’ordre de 1 % chacune.   Le cancer, tous les types confondus, concerne 0.2 % de la population âgés de 15 ans et plus.

Handicap

Au total, 7% des ménages enquêtés comptent, parmi leurs membres, des personnes qui présentent un état physique ou mental qui limite leurs activités normales soit un handicap.

La proportion des personnes se trouvant au moment de l’enquête en situation de handicap c'est-à-dire présentant un état physique et ou mental qui dure depuis 6 mois ou plus, qui les empêche ou limite leur participation à des activités normales propres à des personnes de leur âge s’élève à 1% (2% parmi les hommes et 1% chez les femmes). Cette proportion augmente sensiblement avec l’âge. Elle est de l’ordre de 4 % parmi les 60 ans et plus contre moins de 1% chez les 0-4 ans et les 5-19 ans. Les 60 ans et plus constituent plus du 1/5ème (22%) des personnes présentant un handicap contre 6% des 0-4 ans. Selon le milieu de résidence, la proportion de personnes souffrant de handicap est quasiment la même autour de 1 % tant en milieu urbain qu’en milieu rural. Selon les EPT, les résultats montrent que cette proportion est relativement importante dans l’EPT regroupant les wilayas du Sud du pays (2%).

La répartition des personnes ayant déclaré qu’ils présentent un état qui limite leurs activités normales selon le type de déficience montre que 31% d’entre elles ont des problèmes de mouvement et de locomotion (34% parmi les hommes et 27% chez les femmes) et 28% ont des problèmes de compréhension et de communication (29% chez les hommes et 26% parmi les femmes). Le problème de l’ouïe est évoqué par 6% des personnes et celui de la vue par 11%. Les données de l’enquête montrent également que près d’un quart (24%) des personnes en situation de handicap présente plus d’une déficience (20 % chez les hommes et 30 % parmi les femmes).

Accident domestique

8% d’enfant de moins de 15 ans ont été victimes d’un accident grave au moins une fois au cours de leur vie. Ils sont 9% parmi les garçons et 6% parmi les filles. Les résultats de l’enquête révèlent également que les accidents sont relativement plus fréquents parmi les enfants habitant l’urbain que ceux habitant le milieu rural (9% contre 6%). Les accidents semblent relativement plus élevés dans l’EPT regroupant les wilayas du Sud du pays (11%) et dans l’EPT Nord Centre avec 9% des enfants âgés de moins de 15 ans.

Mortalité Générale

La répartition des décès selon le lieu de survenance du décès montre que ces derniers surviennent autant en milieu hospitalier qu’à domicile (47% chacun). Les données de l’enquête MICS4 révèlent également que 2% de décès ne sont toujours pas enregistrés à l’état civil (3% parmi les femmes décédées et 2% parmi les hommes). Le non enregistrement est de l’ordre de 3% en milieu rural contre 2 % en urbain. Selon les EPT d’appartenance, le non enregistrement est constaté davantage dans l’EPT des Hauts Plateaux Centre et dans l’EPT du Sud du pays avec respectivement 5% et 3 % des décès non enregistrés.