Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Exploration

Date de création: 11-05-2008 13:34
Dernière mise à jour: 16-10-2009 20:23
Lu: 609 fois


L'Afrique du Nord occupe une très bonne place dans les préférences de l'industrie pétrolière pour l'exploration. C'est ce qui ressort d'une enquête réalisée auprès de 150 entreprises pétrolières mondiales pour la firme britannique Fugro Robertson Ltd (Frl), spécialisée en géosciences.Le questionnaire est relatif à leurs projets dans 151 pays.
Pour l'année 2005, les trois pays qui viennent en tête sont la Libye, l'Algérie, l'Egypte dans l'ordre. Ces trois pays ont chacun progressé au classement, la Lybie ayant la 2ème place en 2004, l'Algérie ayant alors été classée quatrième et l'Egypte cinquième.
Facteurs déterminants dans le classement : importance du potentiel prouvé pétrolier et gazier, succès obtenus dans l'exploration, évaluation plus favorable en termes de risques politiques, nombre élevé d'opérateurs étrangers activant dans ces pays..
Seuls deux pays industrialisés figurent dans les dix premiers (Royaume-Uni, classé premier en 2004, numéro 4 en 2005 et l'Australie qui occupe la 5ème place (6ème en 2004)
La Russie recule de la 10ème à la 15ème place. L'Iran, l'Angola et le Brésil ainsi que l'Irak perdent également du terrain

Notes :- Selon le Pdg de Sonatrach (11 septembre 2005, Chaîne III), ,les réserves pétrolières de l'Algérie peuvent couvrir entre 30 et 40 années des besoins en hydrocarbures
En dépit des efforts entrepris depuis la décennie 90, l'Algérie réalise actuellement 9 puits d'exploration sur les 10 000 km2, alors que la moyenne mondiale est de 100 puits. En 2005, Sonatrach réalise 30 puits et l'objectif est d'atteindre rapidement 60 puits par an.
Sonatrach couvre aujourd'hui 40% du domaine minier et environ 80 permis d'exploration
La capacité algérienne de production de pétrole est estimée entre 1,35 million à 1,4 million de barils /jour et l'objectif est d'atteindre 1,5 million de barils/jour à la fin de l'année 2005 ou au début de l'année 2006 et 2 millions en 2010.
Sonatrach prévoit de porter le niveau de ses exportations de gaz naturel et en Gnl à 85 milliards de m3 et à 100 milliards de m3 en 2015.
En 2005, Sonatrach opère déjà au Pérou et en Libye. Elle doit opérer aussi au Niger et au Nigéria.

- Mardi 23 juillet 2008, un rapport du ministère de l'Energie (repris par l'APS) indiquait qu'en termes de chiffres, le nombre moyen de puits forés est passé à 57 par an pour un laps de temps allant de 2000 à 2007 avec un pic de 114 puits en 2007, contre 36 par an pour la période allant de l'indépendance jusqu'à 1999..

La moyenne annuelle des investissements engagés dans l'activité amont , liée au secteur des hydrocarbures , a avoisiné les 3 milliards de dollars durant la période 2000-2007, contre une moyenne annuelle de 1,2 milliard de dollars antérieurement à 1999.

La seule activité d'exploration menée par SONATRACH et ses partenaires étrangers a absorbé 4,6 milliards de dollars entre 2000 et 2007, consacrés au forage de près de 460 puits.

- Durant la période 2000-2008, on a noté 555 puits d'xploration sur l'ensemble du territoire national. Ces 555 puits ont donné lieu à 106 découvertes, soit un taux de succès de 19% . Sur 260 puits forés en effort propre (par Sonatrach), 54 découvertes ont été enregistrées soit un taux de succès de 21%.

Sur 295 puits forés en association, 52 découvertes ont été réalisées durant cete période, avec un taux de succès de 18%.