Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Démographie 2013

Date de création: 10-04-2015 15:29
Dernière mise à jour: 10-04-2015 15:29
Lu: 327 fois


POPULATION – DEMOGRAPHIE - DEMOGRAPHIE 2013                          38,7 Millions d’habitants au 1er Janvier 2014

39,5 Millions d’habitants au 1er Janvier 2015

963 000 Naissances vivantes, 168 000 Décès

et 388 000 Mariages en 2013

Au 1er janvier 2014, la population résidente totale en Algérie a atteint 38,7 millions d’habitants.

La situation démographique en 2013 est marquée essentiellement par une régression du volume des naissances vivantes, ainsi que celui des décès, un recul timide du niveau de la mortalité infantile, et une progression importante des mariages.

ÉVOLUTION DE LA POPULATION

En 2013, la population résidente totale a connu un accroissement naturel de 795 000 personnes, soit une régression de 14 000 par rapport à l’année précédente. Le taux d’accroissement naturel est passé ainsi de 2,16 à 2,07‰. Ce fléchissement est imputé à la baisse significative du volume des naissances vivantes associée à un recul relativement modéré du volume des décès.

Si, ce niveau de croissance devait se maintenir, la population résidente totale atteindrait 39,5 millions au 1er janvier 2015.

STRUCTURE DE LA POPULATION

L’estimation de la structure par âge donnée par le tableau N°4 fait ressortir que :

· La part de la population âgée de moins de cinq ans continue sa progression, passant de 11,2% à 11,4% entre 2012 et 2013.

· La part de la population âgée de moins de 15 ans connait elle aussi une remontée, passant de 27,9 % à 28,1% durant la même période.

· La population en âge d’activité (15 à 59 ans) continue d’enregistrer une régression, passant ainsi de 64,0% à 63,6%, entre 2012 et 2013, alors que la part des personnes âgées de 60 ans et plus continue toujours sa progression, et passe de 8,1% à 8,3% au cours de la même période, soit un volume de 3 188 000 personnes.

· D’autre part, le volume de la population féminine en âge de procréer (15-49 ans), a connu une augmentation de 100 000 par rapport à 2012 ; atteignant ainsi 10,6 millions de femmes.

En volume, la population résidente est passée de 34 590 000 à 38 297 000 entre les 1er juillet 2008 et 2013, soit un accroissement brut de 3 706 000 personnes, ce qui correspond à un taux d’accroissement annuel moyen de 2,06%. Cependant, il est à noter, que le dynamisme enclenché au début des années 2000 par la reprise du volume des naissances, associé à la transition démographique entamée à la moitié des années quatre-vingt ont conduit à des modifications structurelles dans la pyramide des âges de la population. Ainsi, durant cette période, nous assistons à une régression du volume de la population âgée de 10 à 24 ans, (soit une baisse de 378 000 pour la catégorie âgée de 10 à 14 ans et 524 000 auprès des 15-24 ans entre 2008 et 2013) En revanche, notons l’augmentation du volume de la population résidente totale touchant d’une manière différenciée les autres groupes d’âges ; plus importante auprès des moins de 5 ans, des 30-35 ans et des 5-9 ans. Ces modifications sont perceptibles à travers la pyramide des âges donnée ci-dessous.

 

NATALITE et FECONDITE

 L’année 2013 a connu l’enregistrement de 963 000 naissances vivantes, soit une moyenne de plus de 2 600 naissances vivantes par jour. La répartition de ces naissances par sexe exprimée par le rapport de masculinité donne 105 garçons pour 100 filles. Il est à noter que le volume des naissances a connu un recul pour la première fois depuis 2003, enregistrant une baisse de 15 000 naissances vivantes par rapport à 2012 (baisse relative de 1,6%), cependant le volume reste plus important que celui enregistré en 2011. Cette régression a conduit à une baisse du taux brut de natalité qui est passé de 26,08 ‰ à 25,14 ‰ entre 2012 et 2013. De même, l’indice conjoncturel de fécondité a connu une baisse, passant de 3,02 à 2,93 enfants par femme durant cette période. En revanche, l’âge moyen à l’accouchement continue sa baisse avec le même rythme observé les années précédentes, soit un recul de 0,1 point par année, atteignant 31,4 ans.

 

MORTALITE Le volume des décès a atteint 168 000 en 2013, soit une baisse relative de 1,1 % par rapport à 2012, et qui s’est traduite par une régression du taux brut de mortalité qui est passé de 4,53 ‰ à 4,39‰ entre 2012 et 2013.

Par ailleurs, l’effet de cette diminution a conduit à un gain de 7 mois sur l’espérance de vie à la naissance par rapport à 2012 (0,6 point) qui est passé de passant de 76,4 à 77,0 ans. Notons tout de même des légères disparités selon le sexe, ce gain est de plus de 8 mois auprès des hommes (0,7 point) et de 06 mois auprès des femmes (0,5 point).

La mortalité infantile

Le volume des décès de moins d’un an a atteint 21 586 en 2013, soit une légère baisse par rapport à l’année précédente, ceci a conduit au recul du Taux de Mortalité Infantile (TMI), estimé à 0,2 point, pour atteindre 22,4‰. Cette baisse peut être considérée assez modérée comparativement au rythme enregistré par le passé.

Notons que sur la période (2002-2013), le TMI a enregistré une baisse de 12,3 points, cependant le rythme d’évolution de la baisse durant la période 2002-2007 était nettement plus accéléré puisque le TMI a enregistré une baisse moyenne de 1,7 point/année. En revanche, la période 2008-2013 a enregistré une baisse, certes de cet indicateur, mais avec un rythme relativement plus lent, soit une régression moyenne estimée à 0,6 point par an.

 

Evolution du taux de mortalite infantile (2002-2013)

 

La mortalité infanto-juvénile La probabilité de décès entre la naissance et l’âge exact de 5 ans exprimé par le quotient, a connu une stagnation entre 2012 et 2013, et qui est due à la diminution très modérée du niveau de mortalité infantile associé à une augmentation du quotient de mortalité des 1-4 ans, qui est passé de 3,5‰ à 3,7‰ durant cette même période. L’examen de l’évolution de cet indicateur entre 1990 et 2013, montre que le niveau de mortalité infanto- juvénile s’est réduit d’un peu plus que la moitié ; en passant de 55,7 ‰ à 26,1 ‰.

 

La mortinatalité

L’année 2013 a connu l’enregistrement de 15 009 mort-nés, soit une baisse en volume par rapport à 2012 où l’effectif de cette population était de 15 795. Par conséquent, le taux de mortinatalité s’est réduit de 0,5 point, en passant de 15,9‰ à 15,4‰ durant cette même période.

 

NUPTIALITÉ

L’année 2013 a connu une augmentation très significative du volume des mariages, les bureaux de l’état civil ont connu, l’enregistrement de 387 974 unions, soit un accroissement relatif de 4,6% par rapport à 2012. Le taux brut de nuptialité a connu ainsi une augmentation passant de 9,90‰ à 10,13‰ entre 2012 et 2013