Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Air Algérie 2015

Date de création: 10-04-2015 15:23
Dernière mise à jour: 10-04-2015 15:23
Lu: 369 fois


TRANSPORTS – AVIATION - AIR ALGERIE 2015

"La compagnie aérienne Air Algérie va ouvrir treize nouvelles lignes internationales d'ici fin 2017 vers les États-Unis, l'Afrique et l'Europe", a annoncé, lundi 6 avril 2015,  son PDG, Mohamed Salah Boultif, lors du Forum du quotidien Liberté.

Des lignes seront ainsi ouvertes entre Alger et Addis-Abeba (Éthiopie) et entre Alger et N'djamena (Tchad) vers fin 2015 ou début 2016, à raison de  trois vols par semaine. Six autres lignes reliant Alger à, respectivement, New York (États-Unis), Libreville (Gabon), Douala et Yaoundé (Cameroun), Marrakech (Maroc) et Venise (Italie) devraient être lancées durant l'été 2016.
Pour 2017, quatre autres lignes sont prévues pour relier Alger à Conakry (Guinée), Banjul (Gambie), Cotonou (Benin) et Lomé (Togo).  En outre, une seconde ligne sera ouverte entre Alger et Istanbul (Turquie) à partir de l'été 2015, à raison de 2 à 7 fréquences par semaine. Pour couvrir ces nouvelles destinations, Air Algérie a tracé un programme d'acquisition de 16 avions neufs d'ici la fin 2016 pour le renouvellement de sa flotte. Ce programme vise à porter la flotte de la compagnie de 43 avions actuellement  à 59 fin 2016.
Deux avions de type ATR 72-600 et Airbus 330-200 sont déjà réceptionnés, en attendant la livraison de 6 autres avions durant cette année, le reste des avions seront réceptionnés avant fin 2016. Pour M-S. Boultif, ces acquisitions permettront de couvrir les nouvelles lignes envisagées et de renforcer les lignes existantes (37 lignes) dans le cadre du développement de sa politique de hub (transit).  Selon lui, le plan de développement de la compagnie sera orienté, dans les années à venir, vers l'ouverture de lignes vers l'Afrique centrale pour augmenter la part de marché d'Air Algérie qui est présente, à l'échelle subsaharienne, en Afrique de l'Ouest seulement.

Création de 4 filiales 3 autres en cours d’étude    
 La compagnie aérienne nationale Air Algérie va se doter de quatre filiales, tandis que trois autres sont encore à l'étude, a indiqué Mohamed Boultif. "Le Conseil des participations de l'État (CPE) a approuvé la création de quatre nouvelles filiales d'Air Algérie sous forme de sociétés par actions, qui prendront en charge les fonctions connexes au transport aérien, mais qui ne font pas partie de son métier de base", a expliqué M-S Boultif.
Le nouvel organigramme, approuvé également par les partenaires sociaux de la compagnie, vise essentiellement à corriger les dysfonctionnements et à améliorer le rendement d'Air Algérie, a-t-il souligné. Il s'agit, notamment de la création d'une société de catering (l'activité  de préparation des repas destinés aux passagers) qui a été mise en place en janvier dernier dans le cadre d'une opération-pilote.
Une autre filiale spécialisée dans le transport de marchandises sera lancée prochainement et sera opérationnelle après l'acquisition des deux avions  cargos qui seront réceptionnés, respectivement, en mai et septembre 2016.
La troisième filiale, qui sera créée après la prochaine saison estivale, sera dédiée au Handling qui consiste en la prise en charge des opérations commerciales et douanières à l'aéroport (embarquement, enregistrement des bagages... ). Le plan de restructuration prévoit également le lancement d'une société  qui assurera la maintenance et la réparation des aéronefs d'Air Algérie et d'autres compagnies aériennes.  
Par ailleurs, la compagnie nationale étudie le projet de création de  trois autres filiales dédiées, respectivement, à la vente et à la réservation  des billets d'avion, au nettoyage des aéronefs et aux œuvres sociales. Concernant l'activité de la billetterie, le premier responsable d'Air Algérie a annoncé le lancement prochain de la vente électronique des billets en utilisant la carte interbancaire (CIB).  Un accord avec le Crédit populaire d'Algérie (CPA) a été signé récemment  pour lancer ce nouveau service destiné au marché local, a-t-il ajouté. En 2014, la vente électronique des billets a représenté prés de 30 millions  d'euros pour Air Algérie qui propose, depuis quelques années, ce service à l'étranger  via des cartes de payement internationales.

Amélioration du chiffre d'affaires en 2014
 La compagnie aérienne nationale Air Algérie a enregistré  une augmentation de son chiffre d'affaires et de sa part de marché à l'international en 2014, et prévoit l'ouverture de nouvelles lignes internationales. Selon les chiffres avancés par son Pdg (6 avril 2015) , cette compagnie a réalisé une hausse de 10,5% de son chiffre d'affaires à 77,1 milliards de DA en 2014 contre 69,9 milliards de DA en 2013. Ces résultats ont été atteints grâce à l'évolution du trafic des passagers qui a augmenté de 10% à 5,2 millions de voyageurs transportés en 2014, contre 4,8 millions en 2013. La part de marché de la compagnie a progressé à 52% à l'international en 2014 (les 48% restants étant détenus par les autres compagnies desservant  l'Algérie) contre 49,3% en 2013, soit une croissance de 2,6%. En termes de respect des horaires de vols, le taux de ponctualité s'est relativement amélioré pour atteindre 62% en 2014 contre 59% en 2013, 61% en  2012 et 51% en 2011.
Toutefois, ce chiffre reste en deçà de l'objectif fixé par Air Algérie qui est de 72%, selon les précisions de M. Boultif. La compagnie compte maintenir ce rythme de croissance qui devra être  tiré notamment par la mise en oeuvre de son plan de développement qui prévoit l'acquisition de 16 avions neufs avant la fin de 2016. Il s'agit de trois ATR 72-600, trois Airbus 330-200, huit Boeing 737-800 et deux Boeing 737-700 Cargo convertibles. La flotte d'Air Algérie sera donc portée de 43 avions actuellement à 59 avions dotés d'une capacité de 8.326 sièges offerts, soit une évolution de 40%. Ces avions seront destinés à la couverture de nouvelles destinations  internationales et au renforcement des lignes existantes. La compagnie compte aussi se doter d'un hub (plate-forme aéroportuaire de correspondance permettant à la compagnie de concentrer ses avions en un point unique). Selon ses explications, cette infrastructure permettra à la compagnie  d'augmenter de 40% son trafic international à partir d'Alger (dont  25% de passagers connectant sur le hub) et d'améliorer le coefficient de remplissage  de ses avions à 75% (contre 66% en 2014).
Ainsi, le mode de gestion actuel "point à point", qui représente actuellement  97% de l'activité d'Air Algérie, passera à un mode de gestion "hub" qui permettra à cette compagnie de se protéger contre la concurrence, note son premier responsable. Sur le plan social, le Pdg d'Air Algérie a annoncé une grille de salaires pour les employés de la compagnie qui sera applicable dès l'été  prochain.
La révision du système de rémunération intervient suite à une étude commandée par Air Algérie auprès d'un bureau spécialisé. Cependant, M-S Boultif a souligné que la gestion du capital humain sera  soumise au principe de l'évaluation permanente.
En réponse à une question sur la grève du personnel navigant commercial (PNC), il a affirmé que les employés recrutés avant 2011 et non encore confirmés obtiendront prochainement leur contrat de travail à durée indéterminée , alors que le reste sera recruté en fonction des résultats des évaluations. Évoquant les résultats préliminaires du Bureau français d'enquêtes et  d'analyses (BEA) sur le crash de l'avion survenu en juillet 2014 au Mali, M-S Boultif a estimé que la compagnie qu'il dirige est en position de "victime" de cette affaire. L'enquête sur le crash de l'avion assurant le vol AH5017 reliant Ouagadougou à Alger a montré que l'équipage n'a vraisemblablement pas activé un système  anti-givre, ce qui a conduit au dysfonctionnement de certains capteurs.
"L'avion en question est affrété par Air Algérie en Acmi (affrètement complet : avion, équipage, maintenance et assurance) auprès d'une compagnie européenne (SwiftAir). Leurs pilotes, qui ont fait des actions inappropriées, ont des licences européennes contrôlées par l'Organisation européenne pour la sécurité aérienne", a-t-il affirmé.  "Notre rôle était de vérifier leurs licences, et nous l'avons fait", a-t-il soutenu.
Le BEA compte publier, en décembre 2015, son rapport final sur ce crash ayant fait 116 morts, tandis que les résultats devront servir de base à la publication prochaine de mesures correctrices visant à aider les équipages à  identifier et faire face à une situation similaire.