Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Classement mondial

Date de création: 11-05-2008 13:17
Dernière mise à jour: 22-07-2014 10:30
Lu: 3394 fois


EDUCATION - UNIVERSITE - CLASSEMENT MONDIAL 

Dans le classement mondial 2007 des universités , réalisé, par l’Observatoire des activités académiques et scientifiques et de publications sur le web (Webometrics workranking) et l’Institut d’enseignement supérieur de l’université Jiao Tong de Shanghai et diffusé par la presse algérienne en juillet 2007, l’Algérie est représentée ,au classement par continent, par l’université de Tlemcen qui occupe la 39è place, suivie de celle de Batna (48è), de Boumerdès (69è place) alors que l’Usthb n’occupe que la 72è place , suivie de celle de Blida à la 74è place. Le Maroc, la Tunisie, l’Egypte , la Tanzanie ..raflent les meilleures places.
Dans une étude publiée dans El Watan (samedi 4 août 2007), le Pr Mostefa Khiati fournit les résultats d’autres classements : Au niveau des pays islamiques , un classement du Sesrtcic d’Ankara , publié en avril 2007, montre – sur la base du nombre d’articles scientifiques publiés - que sur 49 pays (sur les 57 pays membres de l’Oci) et sur les 1 460 universités répertoriées ( il y en a 9 760 dans le monde) ,l’Algérie n’est pas dans le « Top » 20 de celles qui ont publié le plus grand nombre d’articles scientifiques (l’Algérie n’a publié, durant la période 2004-2006, que 1 682 articles ….alors que la Turquie en a publié 43 630).
Autre classement, celui basé sur plusieurs indicatifs plus qualitatifs : La première université algérienne, l’Usthb, est classée 94è alors que celle de Boumerdès est à la 243è place sur un total de 323 universités de l’Oci classées.

Dans le classement mondial effectué par le site Ranking web of world Universities (septembre 2009), l'université Djilali Liabès de Sidi Bel Abbès ne figure qu'au 4116è rang mondial et au 29è rang arabe et au 27è  rang africain. L'université Aboubekr Belkaid de Tlemcen  se positionne, en Afrique à la 24è place, suivie par la faculté de Batna à la 47è place des pays africains et à la 5 548è place du classement mondial (sur les 6000 universités concernées par ce classement). La surprise vient de l'USTHB qui n'arrive qu'à la 65è position africaine et à la 7 008è place mondiale, se retrouvant ainsi largement en-deçà des 6000 universités en compétition.

Début 2011, le classement réalisé par le Laboratoire de Cybermetrics, un groupe de recherche appartenant au Consejo Superior de Investigaciones Cientificas (CSIC) , un organisme espagnol, l'Université Mentouri- Constantne (UMC) a pris la première place en Algérie, devant l'université Aboubakr Belkaid de Tlemcen et l'USTHB de Bab Ezzouar. L'UMC est classée 1ère sur le plan maghrébin, 19è sur 635 universités en Afrique, 26è dans le monde arabe et 2 664è sur 20 000 universités dans le monde ....devant la New York city colège of technology.

En juillet 2011, le Conseil supérieur de la recherche scientifique (organisme relevant du ministère espagnol de l'Education) publie son classement annuel des universités mondiales : sur les 12 006 iuniversités concernées l'Algérie  arrive, avec son meilleur établisement ...à la 2142è position (Université Mentouri de Constantine). L'université Aboubakr Belkaid de Tlemcen est à la 2 576è place, l'USTHB de Bab Ezzouar est à la 3 286è place, l'Université Ferhat Abbas de Sétif est à la 4 771è place et celle de Bel Abbès, l'Université Djilali Liabès est à la 4 831è place.. L'université de Khenchela est à la 4 831è place. .

La King Saudia University est à la 186è place et la King Fahd University of Petroleum and Minerals à la 302è place.

Le Massachussets Institute of Technomology (MIT) de Harvard  est à la première place . Oxford est à la 27è place,  devancée par l'Université nationale de Taiwan. La France vient à la 189è place mondiale avec l'Université Pierre et Marie Curie...54è européenne.

En août  2011, le classement 2011 (Academic Ranking of World Universities, ARWU, de l'Université de Jiao Tong de Shanghai, ne classe pas l'Algérie dans le Top 500 (on y  retrouve une université égyptienne, celle du Caire , deux universités saoudiennes, une turque, celle d'Istanbul et une université iranienne, celle de Téhéran). Pour 2010, pour ce qui concerne les publications scientifiques , l'Algérie en a eu  2 652  (4322 en Tunisie, 8 177 en Egypte, 14 945 en Israel, 91 703 en France, 2210 au Maroc...)

Sur les 500 meileures universités du monde, 151 sont américaines, 39 sont allemandes, 37 britanniques, 35 chinoises, 21 françaises...

17 universités américaines se retrouvent parmi les 20 premières  . Et,  Harvard, Stanford, Berkeley et Massachussets Institute of Technology sont les quatre premières diu monde

La première université algérienne est à la 3 200 è place (3 509 l'année dernière)

 

Note: Le classement de l'ARWU évalue essentiellemnt des établissements en matière de recherche : nombre de prix Nobel, de médailles Fields et nombre de publications dans des revues scientifiques.

 

- Au classement mondial 2012 des meilleures universités, le meileur établissement d'enseignement supérieur algérien  , qui est l'Université Mentouri de Constantine , est classé en 1 837è position (2142è en 2011 sur 12 000 universités) au niveau mondial sur 20 368 universités classées, selon le laboratoire de Cyvbermetrics des universités, dans son édition de janvier 2012. 

Ce classement est considéré comme étant le seul à pouvoir classer tous les établissements d'enseignement supérieur d'une manière fiable , puisqu'il prend en compte le Web qui est la plate-forme la plus adéquate pour l'internationalisation des établissements universitaires. De plus, ce critère est la meileure approximation pour décrire la performance globale des universités au XXIè siècle. Contrairement au classement de Shanghai qui est toujours critiqué en raison de ses méthodes de sélection, notamment le nombre de publications dans deux revues scientifiques et le nombre de prix Nobel attribués aux étudiants et aux équipes pédagogiques.

Sur les 90 établissements d'enseignement supérieur que compte le réseau universiatire algérien, seulement 10 universités figurent au classement des 100 meilleures universités africaines: Mentouri de Constantine (22è arabe et 1 837è mondiale) / USTHB (30è arabe et 2 276è mondiale) /  Badji Mokhtar de Annaba (38è arabe et 2 884è mondiale) /  Belkaid de Tlemcen (49è arabe et 3 487è mondiale) /  Ferhat Abbas de Sétif (50è arabe et 3 509 è mondiale) / Djilali Liabès (60è arabe t 4 391è mondiale), /  Oran (63è arabe et 4 391è mondiale) / Ecole nationale supérieure de l'Informatique (81è arabe et 5 427è mondiale) / Batna (85è arabe et 5 541è mondiale) /  Moloud Mammeri de Tizi Ouzou (95è arabe et 5 878 è mondiale)...et l'Université d'El Tarf est classée dernier en occupant le 15 707è rang mondial.

 

Ainsi, l'Algérie se positionne à la 22è place arabe derrière les universités saoudiennes , notamment la King Saud University, classée au 214è rang mondial, et les universités égyptienns, libanaises et bien d'autres.

Au niveau de l'Afrique, l'Algérie occupe la 26è place derrière les universités d'Afrique du Sud qui se trouvent à la 387è position au niveau mondial.

Au haut du classement, les 500 Top universities sont en majorité américaines (Harvard, suivie du MIT et de Standford), puis viennent les universités canadiennes et japonaises....

NOTE: - Voir l'étude de A.Slimani, universitaire , publiée in Le Quotidien d'Oran,  page 6 , contribution , en date du samedi 29 décembre 2012 : "L'université algérienne à vau-l'eau...". Il présente et analyse les quatre grandes causes du niveau médiocre de la formation à l'Université algérienne (Baisse drastique du niveau de la formation dispensée dans les cycles inférieurs / Politique d'arabisation entamée à l'université qui a eu des conséquences désastreuses / Départ massif des coopérants étrangers, arabisation de plusieurs disciplines , problème d'insécurité./ Appauvrissement du corps enseignant qualitativement et quantitativement ...) 

CLASSEMENT AFRICAIN 2013

Le classement 2013 des meilleures universités d’Afrique consacre la deuxième place à l’Algérie, en ballotage avec le Maroc. Un classement des 100 meilleures universités africaines, établi par le site web International Colleges and Universities, fait ressortir que les établissements universitaires d’Afrique du Sud et ceux d’Egypte arrivent en pôle position.

L’Egypte ouvre la marche avec 18 campus, suivi de l’Algérie et du Maroc, tous deux à la 8e place. La deuxième place régionale revient à l’Afrique australe, avec 28 universités, et ce, grâce à l’Afrique du Sud qui tient le haut avec 20 universités. Dans cette course au leadership, l’Algérie n’a pu caler que huit campus dans le Top 100 des universités. L’Usthb de Bab-Ezzouar arrive à la 29e place alors que l'Université d’Alger s’est placée à la 47e position. 

Le campus des Frères Mentouri de Constantine arrive au 48e rang alors que l'Université Badji-Mokhtar d’Annaba occupe la 49e place. Le classement attribue également la 50e place à l’Université d’Oran, la 64e position à celle de Batna, la 78e à l’Université Aboubakr-Belkaïd de Tlemcen  et, enfin, la 87e place au campus Mouloud-Mammeri de la ville des Gênets. Il faut souligner, toutefois, qu’à l’échelle mondiale, l’Université Mentouri de Constantine, qui occupe pour la cinquième année consécutive la première place en Algérie et qui est très bien située au Maghreb et en Afrique francophone, se place à la 2 168e  place à l’échelle planétaire, suivie de Tlemcen qui arrive à la 2 454e  position. Au même titre que l’Algérie, le Maroc, qui a réussi à placer 8 établissements dans le Top 100 africain, fait mieux que l’Algérie puisque le meilleur campus du royaume, à savoir Mohamed VI Agdal, est à la 20e place au niveau africain. En revanche, la Tunisie se place à la 5e position et la Mauritanie ferme la marche avec une seule université. 

Il faut souligner, cependant, que ce classement qui se base sur les publications scientifiques mises en ligne par les universités prend en compte le nombre de publications et de pages publiées sur la Toile, la visibilité, les supports ainsi que le contenu. Ce classement, dit «webométrique», reste, de l’avis de spécialistes, très fiable compte tenu des résultats qu’il donne. Ce nouveau classement peu reluisant des universités algériennes n’est pas sans soulever de nombreuses interrogations sur le devenir de l’enseignement supérieur. Des spécialistes mettent en avant les moyens financiers dont dispose l’Algérie pour propulser ses campus à un meilleur rang mondial et considèrent aujourd’hui que le côté quantitatif est en train de l’emporter sur le qualitatif.

- 2013: Dans le classement de Shanghai  (publié mi-août é013) des 500 meilleures universités dans le monde , on ne retrouve aucune université algérienne  (ceci date déjà de 2003) .....La Chine, Taiwan et Hong Kong s'imposent avec 42 universités parmi le Top 50 (16 seulement il y a dix ans). La France n'arrive qu'au 37è rang avec l'Université Pierre et Marie Curie, suivie de celle de Paris -Sud Orsay à la 39è place puis de l'Ecole normale supérieure de Lyon à la 71è place. Sur les 17 000 examinées, le Etats Unis arrivent à se positionneer avec 20 universités parmi les 500 classées 

Aucune université algérienne, tunisienne ou marocaine ne figure dans le nouveau classement des 1 000 meilleures universités dans le monde, établi ( juillet 2014) par le Centre des classements mondiaux des universités (Center for World University Rankings, CWUR). Après le classement semi-annuel de Cybermetrics, publié début juillet, le classement CWUR vient, ainsi, confirmer la mauvaise performance des universités algériennes et même maghrébines dans le monde, incapables, selon toute vraisemblance, à se hisser au rang des établissements universitaires les plus compétitifs en termes de production scientifique. Certains pays arabes, l’Arabie Saoudite et l’Egypte notamment, arrivent à tirer leur épingle du jeu. Ces deux pays ont, en effet, pu placer quatre établissements universitaires chacun dans ce Top 1 000 des meilleures universités. L'université saoudienne du roi Saoud, considérée comme la meilleure université arabe, pointe à la 420e place, suivie de celle du Caire à la 820e place et de celle des Emirats Arabes Unis (924e). La présence des universités saoudiennes est, pour les observateurs, une confirmation de leur qualité déjà constatée dans d'autres classements. En 2013, quatre universités saoudiennes ont été classées dans le Top 500 du prestigieux Academic Ranking of World Universities - ARWU de l'université de Jiao Tong (Shanghai) qui fait autorité dans le monde universitaire. Ce classement prend en compte, indique-t-on, la performance des universités sur la base du nombre de prix Nobel, de médailles Fields et nombre de publications dans des revues spécialisées. La King Saud University a été classée à 152e place, la King Abdulaziz University à la 201e, la King Fahd University of Petroleum & Minerals à la 301e et la King Abdullah University of Science and Technology à la 401e. Ces classements traduisent, selon les experts, la réalité d’un investissement conséquent de la part des Saoudiens dans le domaine du savoir. Les mêmes remarques valent pour l’Iran et la Turquie, où la qualité de certaines universités est reconnue. Dans le classement du Center for World University Rankings, CWUR, on trouve dix établissements turcs avec à leur tête la Middle East Technical University à la 396e place tandis que l'université d'Istanbul apparaît au 602e rang. L'université de Téhéran, elle, figure à la 749e place. Le haut du classement 2014 est dominé sans surprise par les Etats-Unis : l'université de Harvard est à la première place, suivie de celle de Stanford, deuxième, et du Massachusetts Institute of Technology. 15 des 20 premières universités dans le monde se trouvent aux USA. Au total, 229 universités américaines figurent dans cette liste, ce qui met les Etats Unis à la première place, suivis de la Chine (84), du Japon (74), du Royaume-Uni (64) et de l'Allemagne (55). Pour établir ce classement, le CWUR prend en compte la qualité de l'éducation, mesurée grâce au nombre de prix, de récompenses et de médailles remportés sur le plan mondial par les diplômés d'une université, le taux de recrutement des diplômés d'une université, la qualité des facultés, le nombre de publications scientifiques produites chaque année, l'influence de l'établissement ainsi que le nombre de brevets internationaux déposés.