Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Bilan Gn 2014

Date de création: 06-03-2015 16:56
Dernière mise à jour: 06-03-2015 16:56
Lu: 186 fois


SOCIETE-  VIOLENCE - BILAN GN 2014

L’agressivité des Algériens est loin de s’estomper. Bien au contraire. Elle est en augmentation. C’est ce qui ressort de la lecture rapide du bilan annuel de la Gendarmerie nationale.
Cette augmentation est de 3,43% en 2014. L’augmentation en question ne concerne que les milieux ruraux que gère, au plan sécuritaire, la Gendarmerie nationale.
Juxtaposés à celle des milieux urbains, où l’essentiel de la population est concentré ainsi que les problèmes qui en découlent, les chiffres de l’augmentation réelle dresseront, sans aucun doute, les cheveux sur la tête.
Ces chiffres réels ne seront certainement pas divulgués. Toujours dans le domaine des agressions contre les personnes, les services de la gendarmerie ont recensé à l’issue de l’année qui s’est achevée 18 623 affaires impliquant 19 786 individus alors qu’en 2013, ces chiffres étaient respectivement de 18 006 et 19 532. En incluant les agressions contre les biens, la famille et les bonnes mœurs ou la tranquillité publique, les chiffres des gendarmes indiquent que 41 619 affaires dont se sont rendus coupables 37 072 individus arrêtés en 2014 ont été prises en charge.
Comme on le constate, les agressions contre les personnes représentent 44,75% de la famille des agressions de tout genre. Il y a lieu d’indiquer, pour revenir sur la violence contre les personnes, que 11 772 (63,21%) affaires de crimes ou délits d’atteintes à personne cités plus haut (18 623) sont à classer dans la rubrique que gendarmes et policiers appellent communément CBV (coups et blessures volontaires).
Sur le classement par wilaya s’agissant d’atteinte aux personnes, Alger — 1 203 affaires — est classée en tête. La capitale est suivie de Sétif (974), d’Oran (911), de Béjaïa (781) et paradoxalement de Tipasa (760) en sachant que la population de cette région est tout à fait moindre par rapport à d’autres régions comme Annaba, Tizi-Ouzou, Constantine,…
Globalement, la gendarmerie a eu à traiter, selon le bilan  transmis par la cellule de communication du haut commandement de ce corps constitué durant toute l’année écoulée, 93 327 dossiers (toutes délinquances et crimes confondus) comprenant 4 499 crimes, 77 952 délits, 3 307 contraventions et 7 569 d’injonctions et autres mandats judiciaires. Durant la même période (année 2014) la gendarmerie a arrêté 95 272 personnes (89 246 en 2013). Sur la sociologie de ces délinquants, il est question dans ce bilan de 79,45% des délinquants ou criminels âgés entre 18 et 40 ans ayant comme niveau scolaire l’équivalent du moyen. 2 713 (2,85%) des délinquants sont des mineurs alors que 2 593 (2,72%) font partie de la gent féminine. Il est clair que le bilan de la GN ne reflète qu’environ 30% de la délinquance en Algérie.