Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Etudes revue Naqd- "Economie de la rente et culture rentière"

Date de création: 31-05-2018 16:39
Dernière mise à jour: 31-05-2018 16:39
Lu: 67 fois


ÉCONOMIE- BIBLIOTHÈQUE D’ALMANACH- ÉTUDES REVUE NAQD –« ÉCONOMIE DE RENTE ET CULTURE RENTIÈRE »

Economie de rente et culture rentière. Naqd, Revue d’études et de critique sociale, n°36, Alger  ,mars-avril (printemps –été) 2018  , 700 dinars, 262  pages(51 en arabe et 211 en français)

 

Il est évident que la présence  de ressources provenant de réserves naturelles, minières ou autres (donc, en Algérie, ce sont surtout  les hydrocarbures : gaz et pétrole brut) , et leur dépendance par rapport aux marchés extérieurs  finissent par avoir un effet dévastateur sur les modes de production et d’échange des richesses ....l’échange marchand généralisé devenant ,pour l’essentiel, un échange sans équivalent travail .

Il est évident alors qu’une économie de la rente va s’installer finissant par avoir un effet sur la culture dominante

Il est tout aussi évident que l’absence de la valeur-travail dans toute société ne peut laisser place qu’à des dérives de toutes sortes : corruption, clientélisme, absence de liberté , violence sociale...

Mais il n’est pas du tout évident de « décrypter »  ces mécanismes devenus, par la force des choses ...ainsi que par des volontés perverses,  de véritables systèmes , mis en place dans les Etats rentiers.Tache difficile mais non insurmontable, confiée à des chercheurs éminents avec, pour objectif, chacun dans le domaine qui lui est propre,  devant  tenter d’éclairer les logiques créant et produisant à grande échelle les pratiques rentières « prédatrices et liberticides »

Smail Goumeziane va s’appliquer à définir la notion de rente et celle de rentier.

Youcef Benabdallah va tirer les conséquences économiques et politiques du système rentier.

Rachid Ouaïssa va mettre l’accent sur la formation des classes moyennes en Algérie et sur le rôle qu’elles jouent dans le système rentier.

Rachid Sidi Boumedine , pour sa part, analyse la rente dans l’urbanisme et l’immobilier...en Algérie

Hannes Warnecke-Berger   se penche sur la violence politique, sociale ou encore symbolique  formée par les processus de formation de rente et des rentiers.

Serguei Vladimirovitch Biryukov, quant à lui,  va développeer son analyse de la relation entre rente et cliéntélisme  (dans la Russie du temps présent) 

 

 

 

Les Auteurs : Daho Djerbal (présentation)/ Smail Goumeziane (ancien ministre dans le gouvernement de M. Hamrouche) /Hartmut Elsenhans/ Youcef Benabdallah/ Rachid Ouaïssa / Rachid Sidi Boumedine/ Hannes Warnecke-Berger/ Serguei Vladimirovich Birtukov

Extraits : « L’économie-monde, la globalisation de la production et de la commercialisation des biens ont des conséquences telles, que dans les Etats rentiers, l’échange marchand généralisé devient pour l’essentiel un échange sans équivalent travail » (Daho Djerbal, p 5), « Depuis le début du XXè siècle, la rente connait une brutale résurrection. Désormais, sous de multiples formes, elle s’impose comme le modèle planétaire du parasitisme économique et politique. Principalement dans les pays à régimes autoritaires » (Smail Goumeziane, p13), « En Algérie, il n’existe pas une classe sociale qui accumule son capital en produisant. L’embourgeoisement veut dire plutôt richesse : il se fait par l’accumulation des rentes, mêmes transformées sous différentes formes » ( Rachid Ouaïssa, p 129)

Avis :De la rente et des rentiers (Etats, individus, entreprises...)  dénoncés à pleines pages ! Chez nous, chez eux, partout....métastase. Du travail , de la production.....chez eux. Que de décryptages et de diagnostics ! Et les solutions ? Bien sûr, la culture de la rente est un « désastre », mais « Que faire ? »

Citations : « La rente pétrolière rend l’exercice du pouvoir facile et attractif. Elle garantit immunité et longévité. N’étant pas contraint par la rareté des ressources, l’Etat peut acheter la paix sociale, corrompre la classe politique  et faire taire les récalcitrants en développant un appareil coercitif. L’Etat rentier est à la fois généreux , répressif et clientéliste  » ( Youcef Benabdallah, p 96)  , « Dans le système cliéntéliste et distributif, la panne de l’Etat est ,de fait , une panne générale » (  Youcef Benabdallah, p 116), « Les classes moyennes ne sont pas intrinsèquement démocratiques. L’histoire nous a appris que les classes moyennes peuvent bien servir de pilier pour les mouvements extrémistes et fascistes » ( Rachid Ouaïssa, p 126), « L’économie rentière a fait du peuple algérien des sujets et des clients.......Le rente de l’économie minière a impulsé un processus d’ascension sociale, mais en donnant les moyens non pas de produire, mais de consommer » ( Rachid Ouaïssa, p 133),