Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Chômage 2015

Date de création: 15-01-2015 13:13
Dernière mise à jour: 15-01-2015 13:25
Lu: 142 fois


TRAVAIL – EMPLOI – CHÔMAGE 2015

Le taux de chômage en Algérie s'est établi à 10,6% en septembre 2014 correspondant à 1,214 million de chômeurs, avec un  taux de plus de 25% chez les jeunes et de plus de 16% chez les universitaires (Office  national des statistiques (ONS), lundi 12 janvier 2015) . Après avoir connu une stagnation autour des 10% de 2009 à 2013, le taux de chômage en Algérie a grimpé en septembre dernier à 10,6%, enregistrant une hausse de 0,8 point par rapport à avril 2014 lorsqu'il était à 9,8%. 

Ces nouvelles statistiques proviennent des résultats de deux enquêtes sur l'emploi auprès des ménages réalisées par l'ONS en avril et septembre derniers, une nouvelle approche permettant de prendre en considération les fluctuations saisonnières de l'activité économique, et ce, pour une meilleure appréhension du marché de travail, explique la directrice des statistiques de la  population et de l'emploi auprès de cet office, Mme Amel Lekhal. La population en chômage a atteint 1,214 million de personnes en septembre 2014, avec un taux de chômage de 9,2% chez les hommes et de 17,1% chez  les femmes, contre 1,151 million de personnes en avril dernier. Quant au taux de chômage des jeunes (âgés entre 16 et 24 ans), il a atteint 25,2%, soit un jeune actif sur quatre, selon les résultats de l'enquête.                    


Selon l'ONS, cette augmentation du taux de chômage global est due essentiellement  à la hausse du nombre des chômeurs diplômés dont principalement les universitaires
. En effet, après avoir connu une baisse sensible durant la période 2010-2013, passant de 21,4% à 14,3% pour atteindre 13% en avril 2014, le taux de chômage des diplômés de l'enseignement supérieur a connu une augmentation en  septembre dernier pour atteindre 16,4% avec des disparités significatives en genre : 10,9% pour les hommes et 22,1% pour les femmes, observe la même responsable.
Le chômage chez les diplômés des instituts de formation professionnelle a enregistré une hausse de 0,8 point à 12,7% en septembre dernier par rapport à avril, alors que chez les personnes sans qualification, le taux a connu une  légère hausse de 0,2 point avec 2,7%. Le taux de chômage en milieu urbain reste le plus important avec 11,4% (886.000 personnes), tandis que celui en zone rurale est de 8,9% (328.000 personnes), indiquent les résultats de cette enquête sur l'emploi menée auprès de 21.502 ménages répartis sur le territoire national. En moyenne, un chômeur sur trois est en quête d'un poste d'emploi  depuis moins d'une année (36,8%), soit un nombre de 447.000 chômeurs,  enregistrant un accroissement du chômage de courte durée par rapport à avril dernier (32,4%), soit 372.000 personnes. Par ailleurs, les chômeurs ayant déjà travaillé dans le passé sont estimés à 549.000 personnes, formant ainsi 45,2% de la population en chômage.
Il s'agit d'une population qui travaillait essentiellement comme salariés  non permanents (79,7%) et dont les trois-quarts (74,4%) exerçaient dans le secteur privé. En septembre 2014, la population active ou en âge de travailler, selon le concept du Bureau international du travail (BIT), a atteint 11,453 millions  de personnes, dont la population active féminine a été estimée à 2,078 millions correspondant à 18,1% de l'ensemble de la population active, note l'ONS. Quant au taux de participation à la force de travail de la population âgée de 15 ans et plus (ou taux d'activité économique), il se situe à 40,7%.            


En fait, explique Mme Lekhal, la situation du marché de travail s'est  caractérisée, en septembre dernier, par une baisse du nombre de la population active de 263.000 personnes par rapport à avril 2014. Par contre, la population occupée du moment est estimée à 10,239 millions de personnes, soit un taux d'occupation de 26%. Le nombre de femmes occupées est de 1,722 million de personnes,  représentant ainsi 16,8% de la population occupée totale.  Le salariat continue à constituer la forme d'emploi dominante et touche en moyenne sept personnes occupées sur dix (69,4%), selon l'Office qui relève une régression en nombre de l'auto-emploi (les employeurs et les indépendants)  avec un solde négatif de 306.000 individus en septembre et par rapport à avril 2014. L'enquête précise également une régression de l'emploi salarié permanent de 145.000 personnes à la même période de comparaison, mais une progression  du salariat non permanent de 115.000 individus. En fonction du secteur d'activité, la structure de l'emploi fait ressortir que le secteur des services absorbe 60,8% de la main-d'œuvre totale, suivi du BTP (17,8%), de l'industrie (12,6%) et de l'agriculture (8,8%). Par secteur juridique, l'enquête montre une dominance du  secteur privé ou mixte avec une part de 60% alors que le secteur public absorbe 40% de l'emploi total.
L'enquête fait aussi ressortir que l'emploi féminin se caractérise par  une plus grande concentration dans le secteur public avec un taux de 62,8% de l'emploi féminin total.

 

Plus de 350.000 placements d'emploi ont été effectués en 2014 par l'Agence nationale de l'emploi (ANEM) dans le secteur économique.

Sur les 350.000 placements réalisés l'année passée, 100.000 l'ont été dans le cadre du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP), dont 87% dans le secteur économique, alors que 46.000 ont concerné les Contrats de travail aidé (CTA).
70% des recrutements sont assurés par le privé. 

Quel bilan pour les agences Ansej, Angem et CNAC ?

 

 

Le marché du travail en Algérie est fortement dominé par le salariat. L’enquête de l’Office national des statistiques (ONS), relève que les Algériens ne sont pas attirés par la création d’entreprises.

Contrairement aux chiffres communiqués officiellement sur le nombre de micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs Ansej, Angem et CNAC, cette étude affirme que 7 personnes sur 10 sont des salariées. L’ONS note même une régression en nombre de l’auto-emploi (les employeurs et les indépendants) avec un solde négatif de 306 000 individus en septembre et par rapport à avril 2014.

 

La dernière enquête de l’ONS sur l’emploi révèle une autre catégorie de chômeurs qui n’entre pas dans le calcul général du taux de chômage en Algérie. Il s’agit, selon cette étude, de ceux que les statisticiens qualifient de «halo du chômage».

Ce sont, précise l’ONS, des personnes en âge d’activité (16 à 59 ans), déclarant être disponibles pour travailler mais qui n’ont pas effectué de démarches effectives de recherche d’emploi durant le mois précédant l’enquête ; elles sont par conséquent considérées inactives.

Leur nombre s’élève, en septembre 2014, à 986 000 personnes (soit une régression de 2,3 % par rapport à avril 2014), dont 488 000 hommes et 498 000 femmes. «Cette frange de la population est caractérisée par sa jeunesse (57,4% ont moins de 30 ans), par son faible niveau d’instruction (74% n’ont aucun diplôme), précise l’enquête.

Parmi cette population, 22,5% (soit un effectif de 222 000 personnes) n’ont pas effectué des démarches pour trouver un emploi au cours du mois de septembre «car elles pensent qu’il n’y a pas d’emploi», 12,4% (122 000) «parce qu’elles n’ont pas pu trouver un emploi par le passé» et 7,3 % (72 000) «attendent les résultats des démarches déjà effectuées».