Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Rapport Fnuap 2014

Date de création: 05-01-2015 14:53
Dernière mise à jour: 05-01-2015 14:53
Lu: 210 fois


POPULATION – ETUDES ET ANALYSES - RAPPORT FNUAP 2014

Le nombre de naissances est passé de 589.000 par an en 2000 à 963.000 en 2013

«L’âge moyen au premier mariage qui a reculé jusqu’en 2006 en atteignant 33.5 ans chez les hommes et 29.9 ans chez les femmes, semble se rétracter avec un léger rajeunissement pour les deux sexes, à savoir, 33.0 ans pour les hommes et 29.3 ans chez les femmes. En 1987, l'âge moyen au 1er mariage était respectivement de 27.7 ans et 23.7 ans». C’est ce qu’ a déclaré, mercredi 31 décembre 2014  ,à Alger, le directeur de la population au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Amar Ouali, à l'occasion de la présentation du rapport 2014 du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).
A. Ouali a expliqué que «le recul de l’âge au 1er mariage a eu pour corollaire l'augmentation du célibat pour les deux sexes, de façon plus accentuée chez les femmes. En 1987, 44.8% des hommes et 31.2% des femmes de 15 ans et plus, étaient célibataires. En 2008, ces valeurs sont passées à 51.1% et 40.4%, respectivement».    
Il a souligné qu’«en plus, la stabilité de la mortalité, la situation démographique en Algérie est marquée par l'augmentation du nombre des naissances, en passant de 589.000 naissances par an, en 2000, à 963.000, en 2013».
Il a, dans ce sens, mis en évidence les progrès réalisés dans le secteur de la santé et les efforts déployés pour l'amélioration du bien-être du citoyen algérien.
Néanmoins, il a estimé que «des défis sont à relever pour prendre en charge l'augmentation des naissances, celle de la population en âge de reproduction ainsi que celle de la catégorie des personnes âgées en termes de santé, de sécurité sociale, d'emploi et de logement».  
Dans sa présentation, le directeur de la population au ministère de la Santé, a indiqué que «la population algérienne est estimée à 39.5 millions d’habitants. Les moins de 20 ans sont estimés à 14.4 millions, soit 36.6%, les 20 à 59 ans sont de 21.7 millions, soit 54.9% et les plus de 60 ans représentent 3.4 millions, soit 8.5%, alors que les 10 à 24 ans sont de 9.9 millions, soit 25.1%».   
De son côté, la représentante du Fonds des Nations unies pour la population en Algérie, Mme Ouahiba Sakani a souligné que «le rapport 2014 de l'UNFPA s’est focalisé sur la jeunesse, en abordant les différents aspects relatifs à cette catégorie et en la considérant en particulier comme un acquis pour chaque pays dans son développement social et économique».
Mme Sakani a, à cet égard, soutenu qu'«il était nécessaire de faire en sorte que les politiques sociales répondent aux besoins de cette frange de la société, notamment dans les domaines de l'éducation, de la santé et ceux relatifs à son évolution au sein de la société. Le rapport de cette année met l'accent sur les moyens de développer les potentiels de la jeunesse, particulièrement dans les pays sous-développés et en voie de développement».
Soulignant que le potentiel que représente la jeunesse n'est pas à négliger, elle a rappelé que «l'Algérie a agi dans ce sens, à travers, entre autres, l'organisation des Assises sur la jeunesse, marquant une volonté politique pour investir dans cette tranche de la société». Selon le même rapport, environ 9 jeunes de 10 à 24 ans, sur 10 vivent dans les pays moins développés et dans 17 pays en développement.
Dans certains pays, le taux de croissance de la population jeune dépasse celui de l’économie et excède les capacités des institutions chargées de lui fournir des services. Quelque 120 millions de jeunes arrivent chaque année à l'âge de travailler.
Malgré les initiatives de politique publiques efficaces, les jeunes font toujours face à des obstacles qui s’opposent à leur entrée dans l'âge adulte et dans la force de travail.
En effet, en 2011, 57 millions d’enfants n’étaient pas scolarisés dans le primaire (UNESCO).
Dans le monde, 73,4 millions de jeunes de 15 à 24 ans sont sans travail et seuls 10% des jeunes hommes et 15% des jeunes femmes connaissent leur statut VIH.
Nacer Eddine Hammouda, du Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), a, quant à lui, mis l'accent sur l'importance de préserver la cohésion sociale, en accordant suffisamment d'importance aux jeunes, en leur assurant l'emploi et le logement.
Il a, dans ce sens, annoncé le projet d’une enquête multidisciplinaire quantitative et qualitative réalisée dans cinq pays arabes méditerranéens, à savoir l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Liban et l’Égypte, dont la population cible est 5.000 jeunes de 15 à 29 ans pour l’Algérie. Selon lui, l’objectif de cette enquête est d’étudier les changements socioéconomiques, culturels et politiques opérés sur la jeunesse algérienne et arabe.