Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Emploi et chômage - Enquête Ons 2013

Date de création: 09-09-2014 15:08
Dernière mise à jour: 09-09-2014 15:08
Lu: 295 fois


TRAVAIL – ETUDES ET ANALYSES – EMPLOI ET CHOMAGE- ENQUETE ONS 2013

L’Office national des statistiques (ONS) a  publié lundi 8 septembre 2014,  les résultats détaillés de l’enquête, “Emploi et chômage auprès des ménages pour l’année 2013”, menée auprès d’un échantillon de 21 502 ménages répartis sur le territoire national.

Les résultats se réfèrent à la dernière semaine de septembre 2013. Au-delà des chiffres sur le chômage, l’enquête fournit des données intéressantes sur le marché du travail. L’enquête fait ressortir que 42,4% des occupés ont déclaré ne pas être affiliés au régime de Sécurité sociale, soit un effectif total de 4 755 000 occupés, en augmentation aussi bien en volume qu’en structure par rapport à septembre 2012 (respectivement 4 249 000 et 41,8%).
Par sexe, l’emploi non affilié est moins présent auprès des femmes où il ne représente que 27,7% de l’emploi féminin total, alors qu’il constitue 45,6% de la main-d’œuvre masculine totale. Ventilés selon la situation dans la profession, 73,9% des indépendants ne sont pas affiliés au régime de la Sécurité sociale, la quasi-totalité sont des aides familiales, 59,6% des salariés non permanents et 27% des employeurs. La non-affiliation à la Sécurité sociale semble affecter l’ensemble des secteurs d’activité économiques du privé ; 72,1% de l’emploi total dans ce secteur.
Cependant, certaines branches sont touchées plus que d’autres, notamment l’agriculture (85,3%), le secteur du BTP (75,6%), le commerce (63,7%), le transport (42,9%) et les industries manufacturières (41,6%). Quant au profil des non-affiliés, il s’agit d’une population essentiellement jeune et sans qualification.
En effet, 88,2% des jeunes âgés entre 15 et 24 ans travaillant dans le secteur privé ne sont pas affiliés à la Sécurité sociale, cette part régresse à mesure que s’élève l’âge pour atteindre 60,9% auprès des occupés âgés de 55 ans et plus. En revanche, trois occupés sur quatre travaillant dans le privé et qui n’ont aucun diplôme ne sont pas affiliés, cette part baisse à 64,2% auprès des diplômés de la formation professionnelle, et chute davantage auprès des diplômés de l’enseignement supérieur pour ne former que 31,2%.
En septembre 2013, la population occupée du moment a atteint 10 778 000 personnes, soit un taux d’occupation de 28%, en augmentation d’un point par rapport à septembre 2012. Les femmes constituent un volume de 1 904 000 occupées, atteignant ainsi 17,6% de la population occupée totale, avec une progression d’un dixième de point par rapport à la même période. En volume, la population occupée s’est accrue de 618 000 personnes par rapport à septembre 2012, soit un accroissement relatif de 6,1%. Ainsi, nous assistons pour la deuxième année consécutive à un accroissement relatif du même ordre (5,9% entre 2011 et 2012). Le salariat continue à constituer la forme d’emploi dominant, et qui touche deux occupés sur trois (69%) tout en enregistrant un léger recul au profit de l’auto-emploi par rapport à septembre 2012 ; les salariés permanents forment 35,9% de la main-d’œuvre totale, alors que les salariés non permanents constituent 33%. La ventilation par sexe met en exergue une plus grande concentration du salariat permanent auprès des femmes comparativement aux hommes (40,5% de la main-d’œuvre féminine totale contre 34,5% chez les hommes). Selon le secteur juridique, l’enquête relève une dominance du secteur privé ou mixte, soit un volume de 6 349 000, et une part relative de 58,8% de l’emploi total. La structure de l’emploi, selon le secteur d’activité économique, fait ressortir un secteur tertiaire en progression continue (comprenant les services marchands et non marchands, le commerce, le secteur des transports et communications), celui-ci absorbe 59,8% de la main-d’œuvre totale, le BTP (16,6%), l’industrie (13%) et enfin l’agriculture (10,6%). 30,6% des femmes exercent des professions intellectuelles et scientifiques, alors que cette part n’est que de 6,8% chez les hommes.
Tandis que 19,8% sont des employées de type administratif (contre 4,5% chez les hommes). D’une manière générale, 68,3% de la main-d’œuvre féminine se concentre dans les professions intellectuelles et scientifiques, les employées administratives et les métiers qualifiés de l’industrie (principalement la couture et la coiffure). Chez les hommes, on relève une dominance du personnel de services directs aux particuliers (commerçants et vendeurs) qui emploient 28,6% de la main-d’œuvre totale, les métiers qualifiés de l’industrie et de l’artisanat (19,5%) et des professions élémentaires (professions sans qualifications).
En revanche, l’accès des femmes aux professions d’encadrement (directeurs, cadres dirigeants et de gérants) semble être sensiblement faible par rapport aux hommes (1,5% de l’emploi féminin total contre 2,7% auprès des hommes).