Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Récupération - Marché mondial- Rapport Winter Green Research 2014

Date de création: 20-04-2014 15:43
Dernière mise à jour: 20-04-2014 15:47
Lu: 243 fois


 

ENERGIE – ETUDES ET ANALYSES - RECUPERATION – MARCHE MONDIAL – RAPPORT WINTER GREEN RESEARCH 2014

 Le marché mondial de la récupération de l’énergie perdue devrait atteindre 4,2 milliards de dollars en 2019 contre 131 millions de dollars en 2012, selon un rapport élaboré (publication mi-avril 2014) par le cabinet américain Winter Green Reaserch spécialisé dans les études de marché.

Au moment où l’énergie se fait de plus en plus rare, l’industrie s’attelle à développer de nouvelles techniques de récupération, un gisement qui passera à 4,2 milliards de dollars en 2019, relève le même rapport. Susan Eustis, l’auteur du rapport en question, note que «la conversion de l’énergie ambiante en électricité utilisable par des appareils est une technologie d’avenir».  Dix techniques majeures sont essentielles à l’essor de ce marché ; en tête figure la transformation de l’énergie générée par la chaleur perdue des pots d’échappement des véhicules. Environ 5 millions de tonnes de diesel pourraient être économisées chaque année si tous les camions étaient équipés d’un système permettant de transformer la chaleur perdue en électricité grâce à des matériaux thermoélectroniques, explique l’étude. 

Emmagasiner l’énergie lumineuse captée par les surfaces vitrées disponibles sur les toits des habitations, vitres latérales, abribus et même écrans de téléphones portables pourrait être également restituée et transformée en énergie électrique. Chaque année, les ordinateurs des data-centers qui tournent à plein régime consomment près de 2% de l’énergie mondiale. Une solution écologique proposée aux banques par les laboratoires de recherche devrait délocaliser cette énergie dans le chauffage des édifices, sachant que l’activité de trois ordinateurs suffirait à chauffer une pièce, détaillent les auteurs de l’étude.

Celle-ci souligne aussi qu’il est possible de produire de l’énergie à partir de la différence de pression des tuyaux où circulent 85% de l’eau utilisée par l’homme dans le monde. Comme il est possible de produire de l’électricité à partir du trafic routier, notamment via les cristaux de matériaux capables de se charger en électricité sous l’effet d’une contrainte mécanique, sachant qu’un tronçon d’un kilomètre produit environ 200 kilowatts/heure à raison de 500 voitures par heure. L’étude aborde par ailleurs la possibilité de transformer encore en électricité les vibrations induites par le passage des trains, ce qui permettrait d’économiser jusqu’à 10 millions de dollars en coûts d’alimentation des chemins de fer. Parmi les techniques les plus susceptibles de permettre la récupération de l’énergie perdue figurent en outre la transformation de la vapeur de l’eau de la douche, les décibels enregistrés lors d’appels téléphoniques et la conversion des ondes wifi en énergie électrique grâce à des méta-matériaux.