Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Pollution air -Décès dans le monde 2012

Date de création: 30-03-2014 21:47
Dernière mise à jour: 30-03-2014 21:47
Lu: 327 fois


ENVIRONNEMENT – ETRANGER – POLLUTION AIR – DECES DANS LE MONDE 2012

 

Un décès sur huit a pour cause la pollution de l'air. Une étude publiée  mardi 25 mars 2014  par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dresse ce constat et révèle que 7 millions de personnes sont mortes en 2012 à cause de cette pollution. Ces chiffres prennent en compte la pollution de l'air à l'extérieur, mais aussi à l'intérieur.

3,7 millions de personnes sont décédées en raison d'effets liés à la pollution extérieure et 4,3 millions en raison de la pollution de l'air domestique, c'est-à-dire les fumées et les émanations liées aux appareils de cuisson, chauffés au bois ou au charbon, ou les instruments de chauffage. De nombreuses personnes sont exposées à ces deux types de pollution. Dans ces conditions, les chiffres de 4,3 millions et de 3,7 millions ne peuvent pas s'additionner simplement. Le total de 7 millions de morts est donc une estimation, explique l'OMS dans son rapport.

L'Asie et le Pacifique les plus touchés

«La pollution de l'air est désormais le facteur environnemental le plus important affectant la santé. Tout le monde est touché, que ce soit dans les pays riches ou dans les pays pauvres», explique l'OMS. «Réduire la pollution de l'air pourrait sauver des millions de vies dans le monde», selon l'organisation internationale, qui est une agence de l'ONU. «Les régions de l'Asie et du Pacifique sont les plus touchées», avec 5,9 millions de décès.

Ces chiffres sont en forte progression par rapport à la précédente étude qui datait de 2008, également en raison d'un changement de méthodologie. Ils sont cependant «choquants et plutôt inquiétants», selon les mots du Dr Maria Neira, directrice du département de la santé publique à l'OMS. En 2008, lors de la précédente étude, l'OMS avait dénombré 3,2 millions de morts au total dus à la pollution de l'air en zone urbaine. L'étude de 2012 porte sur les zones urbaines et rurales.

Cancer du poumon, AVC et maladies cardiovasculaires

Les maladies les plus fréquentes développées par la pollution de l'air sont les maladies pulmonaires comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et les AVC (accidents vasculaires cérébraux). «Un air plus propre permet de prévenir des maladies non transmissibles et de réduire les risques chez les femmes et les groupes vulnérables, y compris les enfants et les personnes âgées», a déclaré le Dr Flavia Bustreo, sous-directeur général de l'OMS chargé de la santé de la famille, de la femme et de l'enfant. «Les femmes et les enfants pauvres paient un lourd tribut à la pollution de l'air intérieur, car ils passent plus de temps à la maison à respirer les fumées et la suie que dégagent les fourneaux à bois ou à charbon mal ventilés», a-t-elle ajouté. 2,9 milliards de personnes dans le monde vivent dans des foyers où l'on utilise le bois, le charbon ou la biomasse comme principaux combustibles pour la cuisson.

Le diesel est également dénoncé par l'OMS. «Le diesel est très mauvais, car il est cancérigène», a déclaré le Dr Carlos Dora, coordonnateur de l'OMS pour la santé publique. Les récentes décisions d'instaurer la circulation alternée à
Paris, où la pollution atmosphérique avait atteint des sommets, sont une «bonne mesure», selon le Dr Dora. «Instaurer la gratuité des vélolib et des transports publics» seraient des mesures également souhaitables, a-t-il ajouté. Selon lui, «une pollution atmosphérique excessive est souvent la conséquence des politiques non durables menées dans des secteurs tels que les transports, l'énergie, la gestion des déchets et l'industrie».