Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Rapport Ept/Unesco 2014

Date de création: 10-02-2014 08:25
Dernière mise à jour: 10-02-2014 08:25
Lu: 316 fois


EDUCATION – ETUDES ET ANALYSES – RAPPORT EPT/UNESCO 2014

Les objectifs mondiaux de l’éducation, adoptés en 2000 pour être atteints en 2015, ne le seront pas totalement par l’Algérie. C’est ce que l’édition 2013-2014 du Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous (EPT), une publication indépendante de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), permet de constater.
Selon ce rapport dont cette édition, la onzième du genre, traite en plus de 400 pages du thème : Enseigner et Apprendre – Atteindre la qualité pour tous, le système éducatif algérien ne sera pas totalement au rendez-vous de 2015, concernant la concrétisation des six objectifs de l’EPT. Fixés par le Forum mondial de Dakar de 2000, les six objectifs sont l’éducation et la protection de la petite enfance, l’enseignement primaire universel, les compétences des jeunes et des adultes, l’alphabétisation des adultes, la parité et l’égalité entre les sexes dans l’éducation et la qualité de l’éducation. Au-delà des nombreux constats établis et des mesures préconisées, le rapport de suivi de l’EPT estime que les objectifs mondiaux de l’éducation ne seront pas atteints par tous les pays d’ici 2015. Se basant sur plusieurs indices et données relatives à l’enseignement préprimaire, ce rapport indique que l’Algérie compte parmi les pays qui devraient atteindre à 70% le premier objectif, fixé en matière de promotion de l’éducation.
Concernant l’enseignement primaire universel, l’objectif fixé devrait être atteint à plus de 95% selon ce rapport. Toutefois, la même source indique que l’Algérie ne devrait atteindre l’objectif relatif à l’alphabétisation des adultes (15 ans et plus) qu’à hauteur de 80% (87% pour les garçons et 73% pour les filles).
Ce rapport qualifiera, ainsi, les progrès attendus par l’Algérie, de «lents ou éloignés» des objectifs fixés.
Concernant la parité entre les sexes dans l’éducation, le rapport prévoit un taux de 95%. Notons également que le rapport de suivi se réfère à l’indice de développement de l’EPT (IDE), un indice composite, une moyenne des taux atteints dans 115 pays dans la réalisation de quatre objectifs (enseignement primaire universel, alphabétisation des adultes, parité entre les sexes et qualité de l’éducation).
Sur une échelle croissante de 0 à 1, l’IDE de l’Algérie se situe entre 0,80 et 0,95% à l’instar des autres pays à revenu moyen supérieur.
Certes, les taux cités démontrent que des avancées ont été réalisées par l’Algérie notamment durant la période 2000-2014, le rapport se référant principalement à l’année scolaire 2011, et que des actions ont été accomplies et des efforts déployés.
Néanmoins, ces avancées restent mitigées, malgré la rhétorique et les statistiques auxquelles se réfèrent de manière récurrente les pouvoirs publics concernant la démocratisation de l’enseignement, l’amélioration de l’environnement et des conditions socioprofessionnelles des différents acteurs du système éducatif. De fait, la problématique du système éducatif en Algérie reste posée, même si ce rapport n’en fait pas expressément état. Ainsi, les enseignants restent encore insuffisamment valorisés, soutenus en Algérie, la corporation ne cessant ses actions de protestation et de revendications.
Mais aussi d’autant que le développement d’un système d’apprentissage
efficient reste encore aléatoire, l’amélioration de la qualité et des modalités d’enseignement s’avère encore incertaine,
l’analphabétisme des adultes et des jeunes perdure, la déperdition scolaire persiste....
Et dans le contexte où la quête de la bonne gouvernance socioéconomique (réduction des déficits infrastructurels, suppression des inégalités sociales, des conditions assurées en matière d’épanouissement des jeunes notamment...) se poursuit, l’amélioration de la visibilité et de la lisibilité politiques demeure incertaine, l’accès à une meilleure valorisation des ressources financières dont dispose l’Algérie reste encore bloqué....

 

.