Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Chômage 2013

Date de création: 02-01-2014 10:01
Dernière mise à jour: 02-01-2014 10:01
Lu: 352 fois


TRAVAIL – EMPLOI – CHOMAGE 2013

Le taux de chômage en Algérie a connu une baisse à 9,8% en septembre dernier, par rapport au même mois de 2012 (ONS, mardi 31 décembre 2013). 

L’ONS qui réalise annuellement une enquête par sondage sur l’emploi auprès des ménages a relevé «une régression du volume de la population en chômage de 78.000 en septembre 2013, par rapport à septembre 2012, ce qui a eu pour conséquence de réduire le taux de chômage à 9,8 %», selon un communiqué de l’Office. L’enquête de l’ONS a noté que «la situation du marché du travail en septembre 2013 se caractérise essentiellement par une augmentation en volume de la population occupée  du moment, soit un différentiel de 618.000 occupés par rapport à la même période en 2012» ajoute-t-on  de même source. En 2011, le taux de chômage en Algérie avait atteint 10%, avec une  baisse significative chez les universitaires où ce taux était passé de 21,4% en 2010, à 16,1%, rappelle-t-on. Selon l’Office, les résultats de cette enquête ont permis de dresser une situation du marché du travail à un moment donné afin de connaître, notamment  le volume de la population active, l’effectif des chômeurs et le taux de chômage et les caractéristiques des personnes présentes sur le marché du travail. L’enquête a été fondée, a-t-on précisé, sur le principe de la population active du moment issu des recommandations du Bureau international du travail (BIT).

Importantes mesures en 2013 pour impulser le développement dans le Sud
 Pour  renforcer le programme de développement en faveur des régions du Sud et des Hauts Plateaux dans les secteurs de l’agriculture,  des ressources hydriques, des transports, de l’éducation et de l’enseignement supérieur, le gouvernement a pris en 2013, un éventail de mesures exceptionnelles  en faveur des wilayas du Sud qui ont touché les secteurs de l’emploi et de la formation, ainsi que l’encouragement des compétences. L’exécutif a procédé l’an dernier, à la règlementation de la sous-traitance dans le domaine de l’emploi et qui a concerné les compagnies  des services pétroliers et autres. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, donnera dans ce sens, une instruction liée à la gestion de l’emploi dans le Sud afin de pallier les disparités enregistrées dans les salaires d’un même poste pour les travailleurs des compagnies de sous-traitance en comparaison avec ceux en vigueur dans les grandes sociétés mères, ces dernières  n’assurant pas de formation pour la qualification des nouveaux employés comme  énoncée par la loi.
Toujours au titre des mesures prises par l’Etat pour appuyer l’emploi de jeunes dans le pays, en général, et dans le Sud en particulier, une révision à la hausse du plafond du microcrédit bonifié a été décidée en 2013, en vertu d’un décret présidentiel. Selon le décret en question, les bénéficiaires du microcrédit peuvent  bénéficier d’un crédit bonifié destiné à l’achat des matières premières indispensables à l’entame d’une activité à condition que le coût ne dépasse pas 100.000 DA  contre 30.000 DA précédemment. Ce montant peut aller jusqu’à 250.000 DA pour les wilayas du Sud comme Adrar, Béchar, Tindouf, Biskra, El Oued, Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Illizi  et Tamanrasset. Dans un autre décret exécutif fixant les conditions d’aide aux bénéficiaires du microcrédit, le taux a été fixé à 100% du coût global des matières premières, alors qu’il était de l’ordre de 90%, auparavant.