Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Exportations - Allemagne

Date de création: 24-11-2013 17:04
Dernière mise à jour: 24-11-2013 17:04
Lu: 361 fois


DEFENSE – ETRANGER –EXPORTATIONS - ALLEMAGNE

 Les exportations d’armements de

l’Allemagne ont enregistré une

«nette baisse» en 2012, selon un

rapport gouvernemental publié

mercredi 20 novembre 2013. Les «autorisations d’exportation

» de matériels de défense

ont baissé de 13% par rapport à

2011 à 4,7 milliards d’euros, affirme

ce rapport rédigé par le ministère

de l’Economie. Moins de la

moitié du total (2,1 milliards

d’euros) concernait des ventes à

des pays de l’Union européenne

ainsi qu’à des pays de l’Otan ou

affiliés. Quelque 2,6 milliards

d’autorisations d’exportation concernaient

des pays tiers.

Le premier client des systèmes

d’armements allemands était en

2012 l’Arabie Saoudite (1,24 milliard

à elle seul), grâce notamment

à un gros contrat pour la sécurisation

des frontières du pays. Elle

devançait les Etats-Unis (596 millions),

l’Algérie (286,7), le Royaume-

Uni (234,4), le Canada (208,3)

et la France (168,9). Dans le détail,

l’Allemagne a surtout vendu

des «systèmes de guidage» (1,06

milliard d’euros) et des véhicules

terrestres à roues ou à chaînes (1

milliard d’euros).

Suivent l’électronique militaire

(354,7 millions d’euros),

les munitions (297,7) et les matériels aéronautiques,

dont des avions, pour

271,7 millions d’euros. Le ministère

de l’Economie a souligné

que «les exportations réelles d’armes

de guerre» avaient baissé de

26% en 2012 à 946 millions

d’euros, passant sous la barre du

milliard d’euros pour la première

fois en dix ans.

Il a rappelé qu’un rapport de l’institut

de recherche suédois Sipri, publié

au mois de mars, classait l’Allemagne

en troisième position des

plus gros fournisseurs d’armements

dans le monde sur la période

2008-2012, avec une part de

marché de 7%, derrière les Etats-

Unis (30%) et la Russie (26%),

juste devant la France (6%) et la

Chine (5%). Cependant, les autorités

allemandes estiment que ce classement

doit être considéré avec

«prudence», car il se fonde, selon

elles, sur des «valeurs fictives».

Le ministère de l’Economie cite

un autre classement publié par l’Institut

international des études stratégiques

(IISS) basé au Royaume-

Uni. Selon ce classement, l’Allemagne

arrivait en 2011 en septième

position, derrière les Etats-Unis, la

Russie, le Royaume-Uni, Israël, la

France et l’Italie.

.