Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Monnaie - Plus grosses fortunes africaines

Date de création: 20-11-2013 17:07
Dernière mise à jour: 09-03-2014 15:31
Lu: 362 fois


FINANCES - ETRANGER - MONNAIE- PLUS GROSSES FORTUNES AFRICAINES 

Le magazine Forbes vient de publier (mi-novembre 2013) son classement des cinquante plus grandes fortunes africaines. Pour la première fois, un Algérien figure parmi les milliardaires africains : Issad Rebrab, patron de Cevital, le premier groupe privé d’Algérie. Sa fortune est estimée à 3,2 milliards de dollars.

En Afrique aussi, « les plus riches deviennent de plus en plus riches », si l’on en croit le classement 2013 des cinquante plus grandes fortunes d’Afrique, que vient de publier par le magazine américain Forbes. En 2013, l’Afrique compte 27 milliardaires (en dollars) contre 16 il y a un an.

Et pour la troisième année d’affilée, le nigérian Aliko Dangote occupe la tête du classement avec une fortune estimée à 20,8 milliards de dollars, en hausse de 8,8 milliards de dollars par rapport à novembre 2012. Parmi les onze nouveaux milliardaires africains recensés par Forbes, quatre ne figuraient pas dans le classement de 2012. Ainsi, Issad Rebrab, dont l’absence dans cette liste restait étonnante, fait une entrée remarquable avec une fortune estimée à 3,2 milliards de dollars. Le patron de Cevital, première entreprise d’Algérie, est selon le magazine le premier Algérien à détenir une fortune supérieure à un milliard de dollars.

Outre Issad Rebrab, trois autres absents de 2012 rejoignent le top 50 des africains les plus riches, avec une fortune estimée à plus d’un milliard de dollars : le Marocain Aziz Akhannouch et sa famille (1,4 milliard de dollars), le Kenyan Vimal Shah et sa famille (1,6 milliard de dollars) et le Tanzanien Azizi Rostam (1 milliard de dollars).

Re-évaluations

Autre percée remarquable, celle de l’Angolaise Isabel dos Santos dont la fortune, estimée à 500 millions de dollars en 2012, a été réévaluée cette année à 3,5 milliards de dollars, grâce notamment à la mise à jour de ses participations dans l’entreprise énergétique portugaise Galp et dans la compagnie de télécommunication angolaise Unitel.

La seconde femme à figurer top 50 de Forbes a elle aussi connu un « revirement de fortune » important entre 2012 et 2013 : grâce à un procès gagné en 2012, la Nigériane Folorunsho Alakija a pu récupérer ses parts dans le bloc pétrolier d’Agbami. Sa fortune, estimée à 600 millions de dollars en 2012, atteint désormais 2,5 milliards de dollars.

Hausse significative

Selon Forbes, la richesse totale des cinquante africains les plus riches atteint 103,8 milliards de dollars en 2013, soit en moyenne 2,1 milliards de dollars pour chaque membre de la liste. Le classement établi par Forbes diffère sensiblement de ceux établis par d’autres magazines, notamment Ventures Africa qui dénombre 55 milliardaires africains. En dépit des nombreuses différences méthodologiques entre ces divers classements, tous mettent en évidence une hausse significative de la fortune des plus riches africains au cours de la dernière décennie. Pour preuve, en 2003, Forbes ne recensait que deux milliardaires en Afrique, les Sud-africains Nicky Oppenheimer et Johan Rupert.

Les dix premiers milliardaires africains, leur nationalité, leur fortune estimée en 2013 (en dollars)

1 – Aliko Dangote, Nigeria, 20,8 milliards (11,2 milliards en 2012)

2 – Johann Rupert et sa famille, Afrique du Sud, 7,9 milliards (5,1 milliards en 2012)

3 – Nicky Oppenheimer et sa famille, Afrique du Sud, 6,6 milliards (6,8 milliards en 2012)

4 – Nassef Sawiris, Égypte, 5,9 milliards (5,1 milliards en 2012)

5 – Mike Adenuga, Nigeria, 4,6 milliards (4,3 milliards en 2012)

6 – Christoffel Wiese, Afrique du Sud, 3,8 milliards (3,1 milliards en 2012)

7 – Isabel dos Santos, Angola, 3,5 milliards (600 millions en 2012)

8 – Issad Rebrab, Algérie, 3,2 milliards (non-classé en 2012)

9 – Mohamed Mansour, Égypte,  3,1 milliards (1,7 milliard en 2012)

10 – Othman Benjelloun, Maroc, 2,8 milliards (2,3 milliards en 2012