Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Emblème national

Date de création: 20-11-2013 15:41
Dernière mise à jour: 20-11-2013 15:53
Lu: 689 fois


HISTOIRE - RESISTANCE - EMBLEME NATIONAL

 (perdue le 20 /11/2013 après opération d'actualisation, puis récupérée le même jour . Déjà plusieurs milliers  de consultations)

- Si la plupart des historiens renvoient la confection du premier emblème national à 1929 du temps de l' Etoile Nord africaine (Ena), ils s'accordent à dire, aussi, que la première apparition publique de l'emblème national date des manifestations du 1er mai 1934, à l'occasion des festivités de la Journée mondiale des travailleurs

Du temps de l'Emir Abdelkader, le drapeau national avait les mêmes couleurs: vert, blanc et rouge, mais ne possédait pas l'actuelle conception. Même du temps de Salah Bey dans le Constantinois, le drapeau avait fait son apparition lors des combats contre les forces d'occupation colonialistes. Cependant, les dimensions des couleurs et leur disposition n'étaient pas précises.
Avec l'Ena, en 1929, les trois couleurs furent définitivement adoptées représentant les trois pays de l'Afrique du Nord à savoir la Tunisie (vert), l'Algérie (blanc) et le Maroc (rouge).
En avril 1945, les dimensions réelles du drapeau furent arrêtées par un comité désigné par Messali Hadj. Lors des manifestations du 8 mai 1945, le drapeau fut porté haut et fort, à Sétif, Guelma, Kherrata…aux côtés des autres drapeaux des Alliés. Le premier martyr à tomber sous les balles colonialistes, à Sétif, fut un jeune scout de 12 ans brandissant l'emblème national. Par ailleurs, selon le docteur Chawki Mostefai ( 6 décembre 2006 ), qui faisait partie du groupe de militants du Ppa, avec Hocine Asselah et Chadli Mekki, chargés de le concevoir, l'emblème national actuel a été brandi pour la première fois à Alger, Rue d'Isly (aujourd'hui rue Larbi Ben M'Hidi), lors de la manifestation populaire du 1er mai 1945, au cours de laquelle Abdelkader Ziar, Belhaffaf El Ghazali et deux autres militants nationalistes sont tombés au champ d'honneur.La conception s'était effectuée dans la boutique cédée par Moufdi Zakaria au responsable du Ppa, Said Lamrani, pour tenir ses réunions, la nuit, alors que, durant la journée, le local était utilisé par un tailleur, Abderrahmane Sebai
A la veille des manifestations du 11 décembre 1960, les femmes algériennes ont confectionné des milliers de drapeaux.

Samedi 12 décembre 2009, lors d'un débat au Centre des études stratégiques d' Ech Chaâb, le Dr Amer Rekhila indiquait que l'emblème national actuel a été conçu le 3 avril 1962 par des responsables du GPRA , parmi lesquels figuraient Benyoucef Benkhedda et Said Amrani avec l'aide d'un tunisien Mokhtar Laâtiri.

Lundi 18 novembre 2013 : Lors d’un débat au Forum de la Mémoire (El Moudjahid, Alger) , Chawki Mostefaï,  militant du mouvement national, médecin , natid de M'sila vient de fêter en ce mois de novembre ses 94 ans.. il est revenu sur la création de l’emblème national.  :

Début de la fin de la guerre contre le nazisme.  «  La France coloniale commençait à mobiliser les troupes pour organiser des manifestations pour fêter la victoire contre l’Allemagne hitlérienne.
A la direction du Parti du Peuple Algérien (PPA), on sait à l’avance, que lors des défilés, ce sera le drapeau de la France coloniale, qui sera arboré. Il fallait à tout prix contrecarrer cette entreprise qui visait à montrer au monde que l’Algérie était un territoire français. Pour cela, des directives ont été données pour concevoir un drapeau algérien, et qui sera porté par des Algériens revendiquant leur algérianité, et le droit à l’autodétermination ». « A l’époque nous ne savions pas, qu’on allait confectionner le drapeau de la nation algérienne. Pour nous, il fallait juste lever un drapeau différent du drapeau français. » Le comité chargé de cette mission était composée de Hocine Asselah, Chadli Mekki et Chawki Mostefaï. Prenant pour référence, le drapeau algérien qui avait fait sa première apparition en 1937, lors du défilé organisé par Messali Hadj, Asselah Hocine était chargé de rechercher ce drapeau.   Le missionnaire avait découvert, alors, que ce drapeau n’a été conçu qu’en un seul exemplaire, mais un militant lui avait confié, que ce drapeau  était de 3 couleurs : vert, blanc et rouge, avec un croissant et une étoile.
Le chahid Asselah Hocine, avait demandé à Chawki Mostefaï de procéder à la réalisation des premiers croquis, pour les présenter aux autres membres. Le jeune médecin, qui avait des notions de géométrie, s’est attelé durant la fin du mois de mars à dessiner ce qui sera plus tard l’emblème national algérien. Pour garder l’esprit de ce qu’avait réaliser Messali Hadj, il gardera la couleur verte qui symbolise l’espoir et le progrès, le blanc, parce que nous sommes une nation de paix. Le croissant et l’étoile symbolisent notre religion l’islam. Le conférencier, rappellera que c’est sur injonction de Aïssat Idir, qu’il a été décidé d’organiser un défilé à l’occasion du premier mai, fête des travailleurs.
Une réponse au Parti communiste, pour dire que la force ouvrière est nationaliste et qu’elle refuse la présence coloniale.  Le 8 mai 1945,  lors des manifestations qui ont eu lieu dans plusieurs régions du pays, le brandissement du drapeau algérien a marqué le début de la fin de l'Algérie française et l'avènement de l'Algérie libre.
La France avait compris ce "message fort" en décidant d'abattre, ce jour-là, Saâl Bouzid. Les officiers français avaient alors des instructions pour abattre quiconque arborait ce drapeau.

Lundi 18 novembre 2013 : Rédha Amrani, de la fondation Casbah , lors d’un débat au Forum de la Mémoire (El Moudjahid, Alger) :

 « Il fallait manifester (le 8 mai 1945) et on n’avait pas de drapeau. Dr Chaouki Mostefaï, Chadli El Mekki, Asselah Hocine et Mohamed Bencherchali ont été chargés de proposer un projet de drapeau. Ils sont montés à Dar Essoltane, appelé à l’époque, le musée Franchet-d´Esperey. Là-bas, il y avait plus de 474 pièces récupérées par l’armée française, lors de la conquête de notre pays. Parmi les pièces qui s’y trouvaient, il y avait le drapeau de l’Algérie de 1830 et deux étendards de l’Emir Abdelkader.  Ils ont observé ces 3 drapeaux et ont chargé la seule personne au niveau du parti qui était habilitée à entrer en contact avec Mme Messali, Messali étant en prison, c’était Asselah Hocine. Asselah Hocine est allé la voir lui demandant si elle avait un exemplaire du drapeau qui a été exhibé lors des deux manifestations, le 1er mai 1937 et le 14 juillet 1937.  Les quatre, chargés de proposer un projet de drapeau,  se sont inspirés de l’écusson de l’Etoile Nord-Africaine qui était vert, avec l’étoile et le croissant rouge. Et c’est dans un appartement, un F2, situé au 18, rue Souk El Djemaâ, au 2e étage, qu’ont été confectionnés les drapeaux. Cet appartement est aujourd’hui fermé. J’ai demandé à ce qu’il soit versé au patrimoine national. Au niveau de cet appartement, situé juste en face du musée Khedaoudj El Amia, il y avait deux jeunes tailleurs, Abderrahmane Smahi et Ahmed Amrani. Ce sont ces deux jeunes tailleurs qui ont pris le dessin ramené par Chaouki Mostefaï et qui en ont fait un premier projet de drapeau. Il y avait également deux femmes dans cette maison. Mme Amrani Baya née Taleb et Zehour, sa sœur. Baya a reconstitué le drapeau selon les dimensions et dans la forme demandées. En somme, c’était très bien fait. Les deux femmes — qui sont toujours en vie et qui gardent l’esprit toujours lucide — ont confectionné des dizaines de drapeaux. Elles ont travaillé sans cesse, tout au long du mois d’avril 1945. Les paquetages de ces drapeaux ont été diffusés partout, de Saïda à Tébessa. »

Après l'Indépendance, le 25 avril 1963, la loi no 63/145 avait défini les caractéristiques précises de l'emblème national. Par la suite, la confection (décret 99-252 du 7 novembre 1999 entre autres) et la présentation publique ou semi-publique de l'emblème national devaient obéir à une réglementation très précise (Ordonnance 66-156 du  8 juin 1966 portant Code pénal, et le décret présidentiel du 3 novembre 1984 entre autres) .
Notes : - La longueur du rectangle du drapeau est égale à une fois et demie sa largeur (hauteur)….
Ce rectangle est divisé suivant la petite médiane en deux moitiés. La moitié de couleur verte est placée à l'intérieur, contre la hampe. La moitié de couleur blanche est placée à l'extérieur (…).
L'étoile est inscrite dans un cercle dont le rayon est égal au huitième de la hauteur du drapeau(…).

- L'emblème national est déployé de façon permente ,selon les textes réglementaires, sur  les sièges :

des édifices abritant les services des Institutions de souveraineté et les Administrations publiques dotées de prérogatives de puisance publique,

des Assemblées élues,

des Institutions de contrôles et des Institutions consultatives,

des Partis politiques, associations et organisations nationales.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Décret exécutif n° 13-108 du  17 mars 2013 modifiant et complétant le décret exécutif n° 99-252 du 7 novembre 1999 fixant les conditions d’exercice de l’activité de confection et de fabrication de l’emblème national, de l’écusson porteur de l’emblème national et du fanion et les modalités du contrôle sur les confectionneurs et les utilisateurs (Extraits)

 

Art. 2. . Les dispositions de l’article 2 du décret exécutif n° 99-252 du 28 Rajab 1420 correspondant au 7 novembre 1999, susvisé, sont modifiées, complétées et rédigées comme suit :

« Art. 2. . L’exercice de l’activité de confection et de fabrication de l’emblème national est subordonné à l’obtention d’une autorisation administrative préalable, délivrée par le wali territorialement compétent, après avis des services concernés, notamment les services de sécurité.

L’activité de confection et de fabrication de l’emblème national, de l’écusson porteur de l’emblème national et du fanion est exercée exclusivement sur le territoire national.

Ne peuvent être utilisés en Algérie que l’emblème national, l’écusson porteur de l’emblème national et du fanion fabriqués en Algérie conformément aux

dispositions du présent décret ».

Art. 3. . Il est inséré dans les dispositions du décret exécutif n° 99-252 du 28 Rajab 1420 correspondant au 7 novembre 1999, susvisé, un article 2 bis, rédigé comme suit :

« Art. 2 bis. . La liste des produits sur lesquels l’image de l’emblème national ne peut être apposée est fixée par arrêté conjoint des ministres chargés du commerce, de l’intérieur, des finances et des moudjahidine ».

Art. 4. . Les dispositions de l’article 5 du décret exécutif n° 99-252 du 28 Rajab 1420 correspondant au 7 novembre 1999, susvisé, sont modifiées comme suit :

« Art. 5. . La commission nationale de l’emblème national est composée comme suit :

. le ministre de l’intérieur et des collectivités locales ou son représentant, président ;

. un représentant du ministre des affaires étrangères ;

. un représentant du ministre des moudjahidine ;

. un représentant du ministre de l’éducation nationale ;

. un représentant du ministre du commerce ;

. un représentant de la sûreté nationale ;

. un représentant de la gendarmerie nationale ».

Art. 5. . Les dispositions de l’article 9 du décret exécutif n° 99-252 du 28 Rajab 1420 correspondant au 7 novembre 1999, susvisé, sont modifiées comme suit :

« Art. 9. . La commission de wilaya de l’emblème national est composée :

. du wali ou de son représentant, président ;

. du directeur de la réglementation et des affaires générales, membre ;

. du directeur des moudjahidine, membre ;

. du directeur de l’éducation, membre ;

. du directeur du commerce, membre ;

.du représentant de la sûreté de wilaya, membre ;

. du commandant de groupement de la gendarmerie nationale, membre ».