Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Saison estivale 2013 - Protection civile

Date de création: 01-11-2013 06:02
Dernière mise à jour: 01-11-2013 06:02
Lu: 287 fois



TOURISME- SAISON ESTIVALE 2013- PROTECTION CIVILE

89 décès ont été enregistrés cet été sur les plages d’Algérie, dont 63 sont survenus dans des plages interdites à la baignade. Tel est le bilan final de la campagne de la surveillance des plages de la saison estivale de 2013.

Avec près de 71 millions de personnes qui ont fréquenté les plages en été dernier, les services de la Protection civile ont eu du pain sur la planche pour assurer la sécurité et le bien-être des estivants. À cet effet, plus de 48.420 interventions ont été effectuées par les maîtres-nageurs ayant permis de sauver quelque 33.830 personnes d’une noyade certaine, alors que 12.346 personnes ont été soignées sur place pour 2.320 estivants évacués vers les centres de santé.
Les accidents causés par les engins nautiques se sont invités dans nos plages, et ce phénomène a tendance à s’amplifier d’année en année. En été dernier, on a compté 6 blessés à Alger et un autre à Annaba, alors que 247 personnes ont été sauvées à bord d’embarcation.
Pour revenir aux noyades mortelles, il faut savoir que la triste palme revient aux wilayas de Mostaganem et de Béjaïa qui ont enregistré chacune 14 décès dont la majorité ont été observés dans des plages non surveillées, notamment pour l’antique Salamandre qui a vu 13 victimes périr dans ces endroits interdits à la baignade. Boumerdès talonne de près avec 13 morts dont 9 dans des plages non surveillées, suivie de Jijel avec 9 noyades dont 5 dans des plages interdites à la baignade. 7 morts ont été enregistrés à Tipasa et à Skikda, 4 décès constatés à Alger, Chlef et El-Tarf et 3 autres victimes à Tizi Ouzou.
Les statistiques de la PC relèvent cependant l’absence de décès dans les plages autorisées à la baignade dans 4 wilayas, en l’occurrence Oran, Annaba, Tlemcen et Aïn Témouchent. Aussi, il est à signaler que sur 26 noyades, 6 ont eu lieu dans en dehors des horaires de surveillance, fixés, pour information, de 9h à 19h. En outre, on compte le décès de 4 femmes «seulement» sur les 89 noyades.
Il convient de rappeler que lors de l’été de 2012, ce sont 102 personnes qui sont décédées par noyade, dont 69 au niveau des plages non surveillées, tandis qu’en 2011, on a enregistré 114 noyades mortelles, dont 66 observées dans des plages interdites à la baignade. Concernant les noyades observées dans les réserves d’eau, le phénomène est encore plus alarmant si l’on se fie au nombre des victimes qui périssent loin des yeux des surveillants de la Protection civile. Au total, 110 personnes sont décédées, contre 123 morts en 2012. 40 victimes ont été enregistrées dans les mares d’eau et les retenues collinaires, 29 dans les barrages, 20 dans les oueds et 17 dans les piscines et bassins d’eaux, et 4 personnes dans les lacs.