Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ministre - Derdouri Zohra

Date de création: 15-09-2013 07:56
Dernière mise à jour: 28-09-2013 16:27
Lu: 506 fois


TELECOMMUNICATIONS – GOUVERNEMENT - MINISTRE – DERDOURI ZOHRA

Dans le nouveau gouvernement de A. Sellal du 11 septembre 2013, une seule femme fait son entrée : Zohra Derdouri, en charge de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. Elle est l’inconnue du bataillon de nouveaux entrants.

 Zohra Derdouri remplace Moussa Benhamadi . Elle quitte donc la fonction de présidente de l’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT) où elle a gagné une  réputation de femme de caractère.

Zohra Derdouri est titulaire d’un magistère en informatique de l’Université des Sciences et des Technologies Houari Boumediene. Durant sa carrière, et durant une vingtaione d'années, elle occupe  de nombreux postes comme celui d’enseignante, gestionnaire et de chercheur.  Elle a formé des générations d'ingénieurs à l'ex-Institut national de l'informatique (INI, actuellement Ecole supérieure d'informatique) et a participé à la création de l'Institut d'informatique à l'université d'Es Sénia (Oran) à l'occasion de son passage dans la capitale de l'Ouest. A l'université de Bab Ezzouar (Alger), elle a été là aussi à l'origine de la création du département d'informatique avant d'être installée dans ses nouvelles fonctions en mai 2008 en tant que présidente du conseil de l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT), en remplacement de Mohamed Belfodil, par le ministre Boudjemâa Haïchour, l'ex-ministre de la Poste et des Technologies de l'information et des télécommunications. Des mois durant, Zohra Derdouri s’engage dans une lutte de pouvoir avec son prédécesseur. Elle s’oppose à Moussa Benhamadi lors de l’imbroglio autour du cahier des charges du projet de loi sur les télécommunications, estimant que le rôle de l’ARPT est minimisé.

En février dernier , dans un accès de colère (considérant qu'elle n'avait pas été traitée comme il se devait protocolairement) , elle quitte précipitamment l’hémicycle de l’APN, l’Assemblée Populaire Nationale, lors d’une journée d’études consacrée à cette même loi....un projet de  loi qui sera retirée fin septembre 2013.