Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Innovation - Global innovation index 2013

Date de création: 31-08-2013 19:52
Dernière mise à jour: 06-10-2013 14:21
Lu: 407 fois


ECONOMIE - ETUDES ET ANALYSES - INNOVATION - GLOBAL INNOVATION INDEX 2013

Le Global Innovation Index – l’indice mondiale de l’innovation - vient de rendre publique son édition  2013 du classement mondial des nations autour du thème de l’innovation comme moteur de la croissance économique et de la prospérité.

 L’Algérie a perdu 14 places et périclite à la 138e position sur les 142 pays que compte ce classement mondial réalisé par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI dépendant de l’ONU) en collaboration avec la Johnson Cornell University et l’INSEAD, l’institut européen spécialisé dans la formation en business management. L’étude fait la part belle à l’innovation élargie à tous les domaines de l’activité socio-économique, en dehors de la technologie et de la recherche et développement. Pour réaliser ce classement, le Global innovation index (GII) s’est basé sur sept critères pour calculer le niveau d’introduction de l’innovation dans chacun des 142 pays étudiés : le cadre institutionnel ; le capital humain et la recherche ; les infrastructures ; le niveau de modernisation du marché ; l’environnement des affaires ; la connaissance et les produits technologiques et la créativité et les produits innovants.

Dans la plupart des critères utilisés par le GII pour évaluer les performances de chaque pays, l’Algérie occupe une position peu enviable en comparaison à ses richesses. Ce constat inclut aussi bien le classement mondial, que celui de l’Afrique du Nord où elle occupe la queue du peloton en comparaison avec ses voisins du Maroc et de la Tunisie. Dans le critère en relations avec le cadre institutionnel qui englobe l’environnement politique, législatif et économique, l’Algérie est à la 118e place, très loin derrière la Tunisie (61e) et le Maroc (81e). Dans la case « capital humain et recherche », l’Algérie est à la 79e place, contre la 74e pour le Maroc et la 68e pour la Tunisie. Du point de vue infrastructures, qui inclut l’accès à internet, la production d’électricité et le lancement de projets de développement durable, les retards dans le développement de l’internet ont lourdement pesé sur le classement de l’Algérie qui occupe la 93e position sur ce critère, malgré les centaines de milliards de dollars injectés dans les projets d’infrastructures.

S’il est un secteur dans lequel l’Algérie est à la traîne des nations, c’est la créativité et la production technologique, un critère qui comprend l’enregistrement de nouvelles marques, l’exportation de produits et services innovants, la production audiovisuelle destinée à l’export et la créativité online. Pour tous ces aspects l’Algérie occupe la 140e position. Elle dépasse certes l’Ouzbekistan (141e) et le Soudan (142e ), mais elle est loin derrière la Tunisie (33e) et le Maroc (107e).