Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Séisme- Activités sismiques- Craag

Date de création: 27-05-2013 14:27
Dernière mise à jour: 27-05-2013 14:28
Lu: 703 fois


ENVIRONNEMENT- SEISME - ACTIVITES SISMIQUES-CRAAG

Les activités sismiques ont fortement évolué ces dernières années, passant de 72 mouvements en 1998 à 1.278 en 2010, selon un rapport (mai 2013) du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag) sur l’évolution de l’enregistrement sismique sur la base du nombre d’événements enregistrés. En effet, l’année 2003 a enregistré 145 événements sismiques dont le plus important a été le tremblement de terre de Boumerdès qui a causé la mort de 2.278 personnes et des blessures à 11.000 autres et l’effondrement de 16.715 bâtisses. Le rapport du Craag signale que l’activité sismique a enregistré la plus grande évolution en 2009. Les experts ont dénombré 1.409 événements soit le double par rapport à l’année 2008 qui a enregistré 576 secousses qui n’ont fait aucun dégât. Pour le directeur du Craag, Karim Chaouch Yellès, « les leçons ont été tirées après le séisme de Boumerdès en 2003 ». Pour preuve, le Craag a renforcé son réseau de surveillance sismique composé actuellement de 80 stations, de 35 stations du réseau télémétré et 45 stations digitales acquises récemment. Ce réseau couvre aujourd’hui la plus grande partie de la région nord du pays, là où se produit la plus grande activité du pays, mais aussi dans la région de Tamanrasset où une station est localisée au niveau de l’Observatoire du chef-lieu. Un total de 150 stations sera mis en place d’ici l’année 2014 avec l’installation de trois stations régionales à Oran, Constantine et Sétif. « L’objectif est d’assurer une meilleure maîtrise du phénomène et faire dans la prévention afin de réduire les pertes matériels et humains », souligne le Craag. D’autre part, ce centre a également lancé 50 projets scientifiques dont 4 projets pilotes pour une meilleure compréhension du phénomène. Parmi les autres mesures prises par le Craag, la mise à jour de la carte sismo-tectonique. Il s’agit d’une une cartographie sismique précise où sont recensées les régions à hauts risques. En outre, le respect des règles parasismiques peuvent réduire considérablement ce risque mais surtout les pertes humaines. Pour ce faire, le ministère de l’Habitat a procédé à l’adoption de certaines techniques de construction. Le centre national d’études et de recherches intégrées du bâtiment a élaboré des cartes de zonage liées aux aléas naturels dont la neige, le vent et la température. « Ces cartes mettent à la disposition des utilisateurs de la réglementation technique de la construction des valeurs de référence de calcul », souligne des chercheurs du centre. A l’exemple du zonage du vent qui étudie les valeurs de la vitesse de référence, les températures de référence d’hiver utilisées pour l’installation des équipements de chauffage ainsi que la ventilation d’air conditionné.