Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Football - Maarif Rachid - Article Mon Journal

Date de création: 07-05-2013 11:29
Dernière mise à jour: 07-05-2013 11:29
Lu: 611 fois


FOOTBALL - MAARIF RACHID- ARTICLE MON JOURNAL

 

Son nom n’a jamais autant circulé comme ces dernières années. Malheureusement, pour lui, on disait beaucoup plus de mal de lui que de bien. Et pour cause, c’est la période la plus triste de l’histoire du Mouloudia qui a vu son nom défrayer la chronique. Pourtant, il n’assumait aucune responsabilité officielle. Mais il était le maître à bord et rien ne se faisait chez le doyen des clubs algériens sans sa volonté. 

Ce maître à bord a pour nom Maarif Rachid.  Un nom inconnu chez les vieux Mouloudéens qui ont connu les Drif, Balamane, Zoheir Abdellatif, Laggoune, sans parler des Djazouli, Derriche, Kasbadji et Hassena pour ne citer que ceux-là. Le nom de Maarif est apparu à l’ombre de Drif quand s’était posée la question du retrait du Mouloudia d’Alger du giron de SONATRACH. 

Directeur du protocole à la Présidence, Maarif profite de ce poste pour jouer au décideur tout en étant derrière le rideau. Jouer le rôle de pouvoir occulte si cher à certains politiciens qui ont mené l’Algérie à partir d’un cabinet noir où les décideurs tenaient le pouvoir sans assumer la moindre responsabilité. Ce rôle, Maarif  le joue au Mouloudia. Mais  il le joue mal. Très mal, en causant beaucoup de tort au Mouloudia. Il fait mal au Mouloudia au point où il place un repris de justice aux commandes du club alors qu’il n’était qu’un simple chauffeur qui trouvait un malin plaisir à conduire les dirigeants du vieux club algérois.

Pour Maarif, il n’y a aucun mal à ce qu’un chauffeur préside aux destinées du club puisque lui-même a fait son entrée au Mouloudia, dans les années soixante-dix, comme porteur du seau d’eau qu’on trimballait autrefois avec cette fameuse éponge magique qu’on passait sur la jambe, le cou, le tibia ou le crâne du joueur quand il reçoit un coup sévère qui le met à terre.  C’est Youcef Hassena qui l’avait ramené au Mouloudia en allant le chercher au café « Le Bristol » qui se trouvait en face de l’ancien siège de la FAF à la rue Emir Abdelkrim El-Khettabi. Un café fréquenté par les supporters de l’USMA dont il faisait partie.

Son entrée au Mouloudia l’avait aidé à trouver un emploi à la wilaya d’Alger grâce à feu Boualem Keddache dit « Tapyouka », l’un des dirigeants influents du Mouloudia d’Alger à cette époque. Il quittera la wilaya d’Alger pour occuper le poste de directeur de l’unité de la Société nationale de semoule (SEMPAC). Ainsi, il entame un parcours qui lui fera gravir les échelons en passant par le ministère du Turisme, la direction de l’EGT Sahel avant de se retrouver secrétaire d’Etat au Tourisme. Une fois limogé de ce poste, il connaîtra une pénible traversée du désert.

Comme le Mouloudia lui a mis le pied à l’étrier de la fonction publique dans les années soixante-dix, le doyen des clubs viendra de nouveau à son secours par le biais de l’association El-Mouloudia créée sur une idée du président historique des années soixante-dix, Abdelkader Drif, et le capitaine des champions d’Afrique des clubs, le Dr Zoubir Bachi. Deux éminentes personnalités du grand Mouloudia d’ Alger qui avait écrit les plus belles pages de l’histoire du football algérien.

Il profitera de sa présence au sein de l’association El-Mouloudia pour établir sa feuille de route qui lui permettra de renouer avec les hautes sphères du pouvoir. Il n’y a pas meilleur tremplin que le Mouloudia pour se propulser haut, très haut. Et ça n’avait pas raté. Rachid Maarif est directeur du protocole à la Présidence de la République et ensuite ambassadeur d’Algérie à Rome. Ces fonctions lui servent, alors, pour écarter Drif et Bachi et s’introniser « président d’honneur » du Mouloudia. 

Sous la conduite du président d’honneur, les déboires se multiplient pour le doyen des clubs algériens jusqu’à se retrouver le seul club SDF en Algérie, endetté jusqu’au cou et ses dirigeants se chamailler comme des chiffonniers à chaque assemblée générale pour terminer sa trajectoire dans les bras d’un dealer repris de justice qui s’est taillé un poste sur mesure. A défaut d’être président, il est coordinateur de section. Mais il fait la pluie et le beau temps sous le parapluie du parrain, Rachid Maarif.

Ce parrainage, Omar Ghrib, le fameux coordinateur de section, le met à profit pour fouler au pied toutes les lois, se montrer d’une insolence inouïe envers tous les représentants de l’Etat pour finir par faire poireauter durant une heure tout le gouvernement et à sa tête le Premier ministre Abdelmalek Sellal ainsi que tous les corps constitués dont celui de l’armée. C’était, retenons bien la date, un 1er mai 2013 à l’occasion du déroulement de la finale de la Coupe d’Algérie qui opposait le Mouloudia d’Alger à son voisin l’USMA.

                                                                ©HICHEM ABOUD (article publié mardi 7 mai 2013, in Mon Journal)