Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Situation 2013

Date de création: 16-04-2013 14:44
Dernière mise à jour: 16-04-2013 14:44
Lu: 357 fois


 TOURISME - DEVELOPPËMENT - SITUATION 2013

«En 1978, l’Algérie disposait de 18 000 lits. 35 ans plus tard, elle dispose de la même capacité d’accueil dans les structures publiques.» (le ministre , Mohamed Benmeradi , lundi 14 avril 2013, Assises nationales  du Tourisme, Alger)

Sur les 713 projets dans le secteur touristique ayant obtenu l’accord, soit l’équivalent de 82 000 lits et offrant 23 000 postes d’emploi, début 2013,  405 sont en phase de construction (près de 60% d’avancement), 120 projets (12 000 lits et 6000 postes d’emploi) ont été arrêtés faute de financement et 130 projets (15 000 lits et 7000 postes d’emploi) sont encore à l’état embryonnaire, les travaux n’ayant pas été entamés à cause de l’absence des plans d’aménagement du territoire dans les zones d’expansion touristique (ZET).. Benmeradi incombe les prolongations de délais au retard enregistré dans la préparation et l’agrément des plans d’aménagement touristique (PAT) ainsi que les schémas directeurs d’aménagement touristique de wilaya (Sdat-W). Le fait est, d’après lui, que 85% des projets touristiques en construction se trouvent en dehors des zones d’expansion touristiques et que pas moins de 98% de la surface foncière destinée à ces zones reste à ce jour inexploitée.

.En tout et pour tout, une enveloppe de 70,5 milliards de dinars (sous forme de crédits du Trésor public) a été allouée pour la réhabilitation et la modernisation des infrastructures publiques. Le montant des investissements privés dans les projets touristiques est de l’ordre de 220 milliards de dinars, dont 25% de fonds étrangers.

Hadj Saïd, secrétaire d’Etat auprès du ministre du Tourisme, estime, pour sa part, que l’émergence des technologies de l’information exige des efforts supplémentaires et une vigilance accrue. «Aujourd’hui, explique-t-il, un touriste insatisfait, c’est 1 à 2 millions de touristes qui ne viendront pas, car lorsqu’un touriste publie une photo en temps réel de son séjour, la destination peut en subir un coût irrémédiable.» Aussi considère-t-il que la politique touristique de l’Algérie ne doit pas se faire dans la précipitation. «Devant notre profond désir de redorer le blason de l’Algérie, faut-il accélérer la cadence et prendre des raccourcis ?», s’interroge-t-il en insistant sur la nécessité de préserver les spécificités de l’Algérie. A en croire les prévisions du programme Afrique de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), les destinations du Moyen-Orient et de l’Afrique prendront le pas sur les destinations traditionnelles d’ici 2030.

Le directeur régional du programme Afrique de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), Ousmane Ndiaye, table sur la réception de 85 millions de touristes en 2020 et 134 millions à l’horizon 2030 en Afrique, soulignant que la part de l’Afrique dans le tourisme mondial est actuellement de 5%, et passera à 6,3% en 2020 et 7,4 en 2030. Il a relevé que l’Afrique a, pour la première fois, dépassé la barre des 50 millions de visiteurs. «Le continent est passé de 49,2 millions de touristes en 2011 à 52,3 millions en 2012», s’est-il félicité, ajoutant que l’arrivée de touristes internationaux dans le monde avait atteint, en 2012, le chiffre de 1,035 milliard de personnes, soit une progression de 4% par rapport à 2011. L’emploi «judicieux» et la mise en valeur des immenses richesses naturelles de l’Algérie peuvent contribuer au développement «durable» de son tourisme.
Encore faut-il ne pas rater les opportunités de développement du secteur pour faire barrage à la «dictature du gaz et du pétrole».

1136 hôtels à travers le territoire :

- 1136 hôtels, soit l’équivalent de 96 000 lits, dont 74% d’établissements privés, 18% publics et 4% à capitaux mixtes (partenariat
public- chaînes étrangères)
-  673 établissements en milieu urbain (49%)
-  217 établissements balnéaires (32%)
-  185 établissements au Sahara (12%)
-  47 établissements thermaux (6%)
-  14 stations climatiques 14 (1%)

Flux touristiques:

1,7 million de touristes en Algérie, dont 34% d’étrangers et 66% de nationaux non résidents, en augmentation de 33% depuis 2008, en 1999, 35 000 Européens étaient en visite en Algérie.
Ce nombre est aujourd’hui de 250 000 (en excluant les Turcs)  1,5 million de touristes algériens à l’étranger, en augmentation de 24% depuis 2008