Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Perspectives économiques mondiales 2013 - Rapport Banque mondiale

Date de création: 07-02-2013 21:52
Dernière mise à jour: 07-02-2013 21:52
Lu: 427 fois


ECONOMIE - ETRANGER - PERSPECTIVES ECONOMIQUES MONDIALES 2013 - RAPPORT BANQUE MONDIALE

 

La Banque mondiale a indiqué ,mercredi 18 janvier 2013, que le PIB de l’Algérie devrait croître de 3,4% en 2013 (contre 3% en 2012), et de 3,8% en 2014 avant d’atteindre 4,3% en 2015.

Avec ces nouveaux pronostics publiés dans son rapport sur les perspectives économiques mondiales, la BM a révisé légèrement en hausse la croissance du pays par rapport à ses prévisions faites en juin dernier dans lesquelles elle tablait sur une croissance de 3,2% en 2013 et de 3,6% en 2014, soit une hausse de 0,2 point.

Cette institution financière internationale impute ce rebond attendu aux programmes du gouvernement liés aux projets d’investissements publics, à une hausse de l’extraction de pétrole et de gaz et à des activités économiques non pétrolières, qui selon elle, "devraient porter leurs fruits".

Par contre, l’institution de Bretton Woods a revu en baisse la balance des comptes courants en la situant à 4,7% du PIB en 2013 (contre une prévision de 9,8% faite en juin dernier) et à 4,1% en 2014 (contre 7,6%) pour diminuer encore à 3,8% en 2015.

Par ailleurs, la BM considère que face à une demande intérieure croissante en énergie imputée essentiellement à la forte hausse du parc des véhicules, "l’Algérie devrait encourager davantage les investissements étrangers dans l’exploration et le raffinage dans le secteur des hydrocarbures".

Elle a également souligné que le pays devrait poursuivre ses efforts pour attirer également l’investissement hors-hydrocarbures afin de diversifier davantage son économie.

Concernant la croissance dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), la BM observe qu’elle continue de subir les contrecoups du climat d’incertitude politique et des troubles qui persistent dans plusieurs pays de cette zone.

Après avoir progressé de 3,8% en 2012, la hausse du PIB de la région MENA devrait être ramenée à 3,4% en 2013 pour remonter à 3,9% en 2014 et à 4,3% en 2015 mais en supposant, évidemment, "une amélioration du climat politique et social qui connaît des incertitudes et l’apaisement des troubles qui sévissent actuellement, ainsi qu’un renforcement du secteur touristique et une reprise des exportations à mesure que la demande mondiale continuera de se raffermir".

La croissance moyenne des pays exportateurs de pétrole de cette région devrait être de 3,3% en 2013 (contre 4,6% en 2012), de 3,7% en 2014 et de 4,1% en 2015.

Quant aux pays importateurs, leur croissance moyenne devrait s’établir à 3,5% en 2013 (contre 2,5% en 2012), à 4,4% en 2014 et à 4,7% en 2015.

Selon la BM, les incertitudes politiques prolongées et les troubles intérieurs "présentent un risque majeur aux perspectives de la croissance de la région MENA", en freinant, notamment, les investissements.

A ce propos, elle prévient que le conflit en Syrie est une "source notable d’instabilité" pour la région avec des retombées économiques négatives sur le Liban, la Jordanie et d’autres pays, et "qui peuvent s’intensifier si la crise politique s’aggravait en Syrie".

Par ailleurs, la persistance des tensions de la zone euro affecterait la majorité des pays de la région MENA, en raison de la place de l’Europe dans leur économie en tant que partenaire commercial et source de d’investissements, de tourisme et des envois de fonds de leurs émigrés, avise-t-elle.

Pour les pays exportateurs de pétrole, la BM prévient du risque d’une baisse des cours du brut si la crise financière de la zone euro et l’impasse budgétaire aux Etats-Unis s’aggravaient.

L’autre risque qui pourrait guetter la région MENA est une éventuelle nouvelle hausse des prix des denrées alimentaires dont la production, notamment du blé et du maïs, devrait rester faible en 2013, citant les prévisions du Département américain de l’Agriculture.

Dans ce sens, elle avance que la forte dépendance des pays MENA des importations de ces produits conjuguée au système de subvention des prix pourraient détériorer leur situation budgétaire.

Face à cet aléa, la BM recommande aux pays de la région de développer leur agriculture afin de réduire leur dépendance de l’importation alimentaire, soutenant que "c’est la seule clé pour juguler leur vulnérabilité à plus long terme" en matière agricole.

En ce qui concerne l’Afrique subsaharienne dont la croissance est restée robuste à 4,6 % en 2012, la BM table sur un taux de croissance évoluant en hausse continue de l’ordre de 4,9% en 2013, de 5,1% en 2014 et de 5,2% en 2015.

A l’échelle mondiale, le PIB devrait croître de 2,4% en 2013 (contre 2,3% en 2012), de 3,1% en 2014 et de 3,3% en 2015, une croissance tirée substantiellement par les pays en développement.

La zone euro reste la région la moins performante avec une croissance négative de -0,1% en 2013 (contre -0,4% en 2012) avant de remonter lentement à +0,9% en 2014 et à +1,4% en 2015.