Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Infos' diverses 2013

Date de création: 06-02-2013 15:05
Dernière mise à jour: 30-12-2013 15:58
Lu: 462 fois


ECONOMIE- INFOS' DIVERSES - INFOS' DIVERSES 2013

-Le Fonds de garantie des crédits des PME (FGAR) a accompagné , depuis 2006, jusqu'à fin janvier 2013, 800 PME avec une enveloppe de plus de 19 milliards de dinars pour la garantie des crédits accordés par les banques aux PME initiées

- 860 000 personnes ont été prises en charge par l'ADS depuis 2011 à mi-février. L'Afgence a aussi assuré la couverture de plus de 5 000 chantiers de travail inscrits au titre des travaux d'utilité publique à haute intensité de main d'oeuvre (TUPHIMO)

- L'ONS changé 9 fois de tutelle depuis 1963

- Le recul des investissements directs étrangers (IDE) en Algérie, en 2012, suit une tendance baissière des investissements dans le monde, a indiqué mercredi 26 juin 2013 à Alger. Kalotay Kalman, expert de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Les investissements directs étrangers (IDE) en Algérie ont atteint 1,484 milliard de dollars en 2012, contre 2,57 milliards de dollars en 2011, soit une baisse de 42%, selon les chiffres avancés par le responsable de la CNUCED, lors d’une conférence de presse animée à Alger. Ce recul suit la tendance baissière des IDE dans le monde qui ont chuté de 18% en 2012 pour atteindre 1.350 milliards de dollars, a précisé l’expert lors de la présentation du rapport annuel mondial 2013 sur l’investissement intitulé “les chaînes de valeur mondiales : l’investissement et le commerce au service du développement”.

- Selon le président de la CNPA, Nait Abdelaziz, "il faut 1,5 million d'entreprises pour satisfaire la demande nationale en matière d'emploi.....et le secteur privé assure 76,9% de l'emploi"

- Les investissements directs chinois en Afrique ont dépassé 15 milliards de dollars en 2012

- Selon l’étude publiée par Regus (fin août 2013), , les chefs d’entreprise et les jeunes générations parviennent mieux à atteindre l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. L’indice global calculé par Regus a cependant baissé de quatre points par rapport à l’an dernier, traduisant les fortes pressions subies par les entreprises. Cette étude, publiée pour la deuxième année consécutive par le fournisseur mondial d’espaces de travail Regus, recueille les avis de 26 000 professionnels de plus de 90 pays.  Parmi les résultats mondiaux auxquels sont parvenus les experts de Regus, il est surtout constaté que le score spécifique atteint par l’Afrique du Nord (113) est en retard de 7 points par rapport à la moyenne mondiale (120). Malgré ce chiffre, l’ambiance est plutôt positive sur le lieu de travail : 79 % des sondés déclarent apprécier leur travail plus qu’il y a un an. Contrairement à ce que l’on pense couramment, l’ancienne génération semble moins apte à jongler entre vie professionnelle et vie familiale. Globalement, les travailleurs plus jeunes apprécient plus leur travail que les baby-boomers (76 contre 64 %) et sont aussi plus satisfaits de leur niveau de productivité (81 contre 69 %). Thierry Vernet, directeur régional de Regus pour l’Afrique de l’Ouest et du Nord, commente ces chiffres en estimant que « les salariés heureux au travail sont à la fois plus productifs et moins susceptibles de quitter la société ». Et d’ajouter sur sa lancée : « Alors que le marché de l’emploi s’améliore, les chefs d’entreprise se rendent compte que pour attirer ou fidéliser leurs meilleures recrues, ils doivent essentiellement assouplir leurs politiques de travail, notamment diversifier leurs propositions de lieux de travail. C’est déjà le cas actuellement: nous constatons que notre réseau de centres locaux est utilisé quotidiennement par des personnes travaillant de manière flexible », estime le directeur régional de Regus pour l’Afrique de l’Ouest et du Nord. Les études menées précédemment par Regus ont montré que 72 % des professionnels pensent que travailler de manière flexible améliore leur productivité.

- L’Algérie est arrivée en 2013 en tête des pays d’Afrique à fort potentiel de développement économique et social, révèle une étude élaborée par la revue Jeune Afrique.
L’Algérie se positionne en tête du classement des 54 pays africains en termes d’efforts en matière de développement économique et social devant l’Egypte, l’Ile Maurice, la Libye ou encore l’Afrique du Sud, précise l’étude qui a pris en compte deux principaux facteurs à savoir le niveau de développement économique et social.
L’étude publiée dans l’édition hors-série n°35 de la revue relève "la montée en puissance" de l’Algérie, qui, grâce à l’exploitation de ses ressources naturelles a enregistré des performances économiques notables.