Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Députés- Rémunérations

Date de création: 09-01-2013 06:40
Dernière mise à jour: 20-11-2013 16:49
Lu: 727 fois


ADMINISTRATION - ENQUETES ET REPORTAGES- DEPUTES- REMUNERATIONS

(Le Soir d’Algérie, Tarek Hafed, samedi 9 nov 2012-11-10. Extraits)

- Les membres de la Commission des finances adopteront, dimanche 10 novembre 2012, le budget de l’Assemblée populaire nationale pour l’exercice 2013. D’un total de 6 milliards 575 millions de dinars, il est assuré dans sa quasi-totalité par le budget de l’Etat à travers une enveloppe financière de 6 milliards 475 millions de dinars. La différence, soit très précisément 100 millions de dinars, provient de trois sources : le reliquat budgétisé avec 88 millions de dinars ; les recettes diverses — restaurant, produit d’impression et location d’un kiosque à journaux — à hauteur de 2,9 millions de dinars ; et enfin le chapitre «autres recettes» avec 9,05 millions de dinars.
3,8 milliards d’indemnités
Débarrassé du sceau «confidentiel» qui était apposé sur la page de garde, la version 2013 du projet de budget de l’APN révèle avec précision le barème des indemnités versées aux députés. Ainsi, l’indemnité principale de 453 élus s’élève à 294 595 DA par mois à laquelle il faut ajouter une indemnité complémentaire de 58 919 DA ainsi qu’une indemnité d’utilisation du téléphone de 5 000 DA. Ces parlementaires ont également droit au remboursement mensuel des frais de location (63 000 DA), des frais de secrétariat parlementaire (25 000 DA) et de 20 000 DA de frais de restauration. Au total, le député «lambda» touche un salaire de 466 514 DA. Pour leur part, les vice-présidents de l’APN, les présidents de commissions permanentes et les présidents de groupes parlementaires ont droit à une indemnité de responsabilité d’un montant de 58 919 DA par mois. Celle-ci s’élève à 44 189,25 DA pour les vice-présidents et les rapporteurs de commissions. Le barème appliqué aux huit députés représentant la communauté algérienne à l’étranger est sensiblement différent puisqu’il est calculé en… franc français. Une bizarrerie de l’administration parlementaire qui ne semble pas encore être sortie de l’ère «anteeuro ». Donc, chacun de ces parlementaires ouvre droit à une «indemnité spéciale» de 30 000 FF par mois qui, une fois convertie, produit un salaire de 721 080 DA. Il faut y ajouter une indemnité complémentaire de 38 000 DA par mois, 20 000 DA de frais de restauration et 63 000 DA de frais de location. Mais il y a un député qui sort du lot. Celui-ci n’est autre que le président de l’Assemblée populaire nationale qui jouit d’un traitement très confortable. Son indemnité principale — censée être confidentielle puisqu’ayant fait l’objet d’un «décret non publiable» — est calculée sur la base d’une valeur de 24 864 points indiciaires à raison de 19 DA par point. Son «salaire de base» est donc de 472 416 DA par mois. Ce n’est pas tout, le président a droit à une indemnité de représentation de 94 483,20 DA/mois et une indemnité de responsabilité de 307 070,40 DA/mois. Outre de multiples avantages, le président dispose d’une caisse dite de «frais spéciaux» d’un montant de 3,5 millions de dinars qui lui permet de «couvrir certaines dépenses spécifiques ». En 2013, le montant total des indemnités, remboursement de frais et autres charges sociales des 462 députés s’élèvera à 3 858 000 000 DA. On est loin du milliard et demi de dinars destiné à couvrir les salaires et les charges sociales des 820 fonctionnaires parlementaires.
Augmentations constantes
Pour ce qui est des dépenses de fonctionnement, l’APN prévoit de consacrer 128 millions de dinars à l’acquisition de véhicules. Au courant de l’année 2012, l’institution avait acheté 35 véhicules neufs pour un montant de prés de 112 millions de dinars. Le chapitre réparation et entretien du parc automobile sera doté de 66 millions de dinars pour l’achat de carburants, de lubrifiants, de pneumatique et de pièces de rechange. L’institution semble accorder un intérêt particulier au développement de son parc informatique. Ainsi, il est prévu d’acquérir 60 nouveaux micro-ordinateurs, quatre serveurs et des logiciels pour un montant de 33 millions de dinars. En 2012, l’achat de 100 PC, de 100 onduleurs et des solutions de «sécurisation du réseau informatique» et de «gestion de boîtes email» est revenu à plus de 43 millions de dinars. En matière de matériel et fournitures de bureau, la note devrait s’élever à 40 millions de dinars. Dans le registre restauration, cafétéria et réceptions, l’APN consacrera durant l’exercice prochain 104 millions de dinars. Notons enfin que le budget annuel de la Chambre basse du Parlement est en augmentation constante. De 3 milliards de dinars en 2005, il est passé à 4,7 milliards de dinars en 2010 puis 6,4 milliards de dinars en 2012.