Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mathématiques - Association Gehimab

Date de création: 07-01-2013 18:20
Dernière mise à jour: 07-01-2013 18:20
Lu: 513 fois


SCIENCES - RECHERCHE SCIENTIFIQUE- MATHEMATIQUES - ASSOCIATION GEHIMAB

L'association universitaire Gehimab (Groupe d'études et de recherches sur l'histoire des mathématiques à Bougie) a soufflé, samedi 15 décembre 2012 , sa 20e bougie, marquant une halte sur un itinéraire jalonné de recherches et d'activités scientifiques, dont la pertinence lui a valu une reconnaissance mondiale, selon des témoignages.

Citée dans des articles de presse dans des revues prestigieuses, à l'instar  du Cambridge journal, désignée chargée de mission spécifique auprès d'organismes, émissaire auprès d'une ombrelle de municipalités européennes, dont Valence (Espagne), Alghero (Italie), Bordeaux (France) et Portimao (Portugal), membre d'une foule  de jurys dans des concours nationaux (architecture, affaires religieuses, environnement,  etc.), l'association universitaire GEHIMAB ne laisse pas indifférent et force le respect.
À Béjaïa, elle reste l'association la plus en vue, étant engagée sur une multitude de registres, dont la quintessence reste entièrement dédiée à l'histoire et à la mémoire. S'étant consacrée, dès sa création, à l’histoire des mathématiques à Béjaïa, marquée, au 13e siècle, par le transfert des chiffres arabes en Europe, grâce à Léonardo Fibbonnaci, étudiant et résidant avec sa famille, dans la capitale des Hammadides, l'association s'est retrouvée vite débordée par l'abondance de sujets, l'obligeant ainsi à revoir complètement sa stratégie.
En quelques années, une foule de thèmes, de personnalités, d'événements,  absolument méconnus, ont été exhumés, remis au goût du jour et reconnectés entre eux, donnant à l'histoire du pays et de la région, une chronique appréhensible, cohérente, et surtout rétablie dans son déroulement. Des princes hammadites, à l'exil à Béjaïa du président portugais Manuel Teixeira Gomes, en 1936, tout a été fouillé, travaillé, réfléchi et restitué  au grand public, par le biais de récurrents colloques, séminaires ou de prosaïques séances d’information. Un travail de fourmi qui lui a valu, en 2006, une thèse de doctorat,  sur ses activités, à l'École des hautes études de Paris. Aussi, l'opportunité de cet anniversaire, par-delà la pause effectuée pour faire le point sur l'itinéraire parcouru et celui qui reste à faire, a constitué également une occasion pour rendre hommage et rappeler au souvenir de tous, ses nombreux adhérents disparus. Une quarantaine de ses membres, éparpillées autant en Algérie qu'à l'étranger  (Tunisie, France, Italie, Espagne), ont dû tirer leur révérence, non sans avoir contribué au rayonnement de l'association.
Chacun d'eux a eu droit à un hommage posthume, en présence de sa famille. Très sobre, la célébration de cet anniversaire a également donné lieu à la récompense des lauréats d'un concours artistique et de peinture, consacré à la reproduction des illustrations de l'archiduc d’Autriche, Louis de Habsbourg, effectuée lors de son séjour dans la région en 1897, le tout clôturé par le déroulement de la pièce théâtrale, Mashdaly zawawi fi Tilimsan, produite dans le cadre de "Tlemcen, capitale de la culture islamique".