Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Production mondiale blé 2012

Date de création: 03-01-2013 07:06
Dernière mise à jour: 29-09-2013 16:22
Lu: 635 fois


ETRANGER - PRODUCTION MONDIALE BLE 2012

La production mondiale de blé devrait enregistrer en 2012 un recul plus important, par rapport à 2011, que celui qui avait été anticipé par la FAO en mars dernier, selon le dernier rapport trimestriel de l'agence (7 décembre 2012) . «La production mondiale de blé en 2012 devrait chuter de 3,6 % par rapport  à 2011, et s’établir à 675 millions de tonnes, les plus fortes baisses étant prévues en Ukraine, suivie du Kazakhstan, de la Chine, du Maroc et de l’Union  européenne (UE)», est-il précisé dans le rapport.           
Ce fléchissement coïncide avec les perspectives d’une légère réduction  de l’utilisation totale de blé durant la campagne de commercialisation 2012/13,  a-t-on expliqué. «Cette situation fait suite à une expansion significative de l’utilisation de blé durant la campagne 2011/2012, principalement due à une croissance exceptionnelle de la demande fourragère. Toutefois, compte tenu de la hausse prévue de l’offre de céréales secondaires lors de la prochaine campagne, l’utilisation fourragère de blé pourrait retomber à des niveaux plus proches des niveaux habituels», a indiqué la FAO. Néanmoins, après une forte reconstitution des réserves au cours de cette campagne, les stocks de blé devraient se contracter de 6,5 % durant la prochaine  campagne, et s’établir à 183 millions de tonnes, a-t-on estimé. «La baisse pourrait s’accentuer si l’utilisation totale de blé devait  augmenter plutôt que reculer, comme les prévisions actuelles l’indiquent. Ces  perspectives se reflètent également dans le rapport stocks-utilisation, qui, en dépit d’une baisse prévue par rapport au niveau élevé de cette campagne, pourrait rester encore à un niveau relativement confortable», est-il souligné  dans le rapport. Le commerce mondial de blé en 2012/13 devrait se contracter d’environ  1,7%, après une croissance de presque 8,7% en 2011/12, en raison d’un affaiblissement de la demande d’importation, en particulier de blé fourrager, a expliqué la  FAO.
«En conséquence, la pression à la hausse sur les prix pourrait diminuer, en dépit de la baisse prévue de la production mondiale de blé», est-il relevé  dans le rapport. L’abondance des disponibilités destinées à l’exportation «pourrait également  peser» sur les marchés mondiaux, et laisse penser que, sauf en cas de chocs majeurs  et imprévus de l’offre dans les prochains mois, les prix internationaux devraient s’établir en moyen-ne à des niveaux inférieurs à ceux de 2011/2012, selon la même  source.

______________________________________________________________

EN ALGERIE, la récolte de céréales de 2012  s’est avérée être la deuxième plus élevée jamais enregistrée, après celle de 2009, malgré une période inhabituelle de neige en février et les températures froides dans certaines régions, , a relevé la FAO dans le  rapport trimestriel sur la sécurité alimentaire par pays. Citant les estimations officielles préliminaires qui prévoyaient une récolte céréalière encore plus élevée d’environ de 5,6 à 5,8 millions de tonnes, le rapport a rappelé «les préoccupations» émises alors quant à « la capacité de stockage suffisante pour la grande moisson ». Les estimations les plus récentes indiquent toutefois qu’il a été enregistré « une légère baisse » de la production de 5,3 millions de tonnes en 2012, soit quelque 25% de plus qu’en 2011, a-t-on souligné. « La production de blé et d’orge a augmenté l’an dernier de plus d’un quart, grâce aux pluies suffisantes, à la disponibilité en temps voulu des semences et aux incitations financières pour les agriculteurs comme les prêts sans intérêt, au soutien aux intrants agricoles, à la location de matériel, et au programme de Renouveau rural visant à revitaliser les régions rurales du pays », a-t-on souligné. D’autre part, le rapport a relevé « les températures élevées déclenchant des incendies de forêt qui ont entraîné des pertes pour le secteur de l’horticulture, où plus de 64.000 hectares d’arbres fruitiers ont été détruits ». En outre, plus de 4.000 hectares de céréales (une fraction de la superficie totale de plus de 3 millions d’hectares plantés) ont été détruits par les incendies en juin et juillet derniers, a-t-on rappelé. A la faveur de cette production record, les importations de blé devraient diminuer par rapport à l’année dernière, a-t-on estimé.