Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Etudes et analyses -Secteur public-Production industrielle 2012 (janvier/septembre)

Date de création: 30-12-2012 15:39
Dernière mise à jour: 30-12-2012 15:42
Lu: 426 fois


INDUSTRIE – ETUDES ET ANALYSES-SECTEUR PUBLIC- PRODUCTION INDUSTRIELLE 2012 (JANVIER/SEPTEMBRE)

La production industrielle du secteur public national a enregistré durant les neuf premiers mois 2012, une croissance de 1,2% par rapport à la même période de 2011, confirmant ainsi la reprise entamée dès 2011 avec une augmentation modérée de 0,4%, indique-t-on auprès de l'Office national  des statistiques (ONS). L'indice des industries hors hydrocarbures, quant à lui, a atteint 4,6%, alors que les industries manufacturières persistent dans leur baisse avec -1,7%, précisent les derniers chiffres de l'Office. Cette croissance de l'indice général de la production industrielle du  secteur public (1,2%) à été tirée essentiellement par les «bonnes» performances  enregistrées par le secteur de l'énergie, qui demeure un secteur de performance avec un taux de croissance de 11,7% contre 8,2% durant l'année 2011, note l'ONS. Grâce à l'aide publique et une réorganisation des professionnels, le  secteur des cuirs et chaussures a enregistré aussi une bonne performance (12,4%)  durant cette période de référence, après avoir connu une baisse de 9,4% en 2011, due notamment à une concurrence déloyale et aux importations massives.
Cette amélioration est le fruit notamment d'une amélioration de la production  de la branche des «biens intermédiaires en cuir» avec une hausse de 22,8%. D'autres secteurs ont également participé à cette amélioration de la  production industrielle en général. Il s'agit de celui des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) avec également une hausse de 7,3%, avec un pic de 19% au 3e trimestre 2012. Cette tendance est le résultat des performances enregistrées par la plupart  des branches relevant du secteur, notamment la sidérurgie, avec 63,4%, la construction  de véhicules industriels (28,6%), le mobilier métallique (15,5%) et les biens métalliques (14,5%), ainsi que les biens d'équipement métalliques (3,8%). L'Office relève toutefois que d'autres secteurs industriels ont connu des baisses durant les neuf premiers mois 2012, les plus touchés étant  ceux des bois, liège et papier (-17,9%), des industries du textile (-11,4%), les hydrocarbures (-6%) et les mines et carrières (-5,7%). Le secteur des industries agroalimentaires, après une «bonne performance» enregistrée l'année écoulée (21%), a commencé à reculer à partir du début de l'année pour atteindre 4,8% durant les neuf premiers mois de 2012. Les industries des matériaux de construction ont également connu une  baisse de production de 4,8% durant la même période. A l'exception de l'industrie  du verre qui a grimpé de 14%, toutes les autres branches du secteur ont reculé. Il s'agit notamment des filières de fabrication des matériaux de construction et produits rouges (-16,3%), de fabrication des produits de cimenterie (-6,2%)  et de fabrication des liants hydrauliques (-3,9%)
Afin de remédier à cette situation, le plan d'action du gouvernement insiste  sur la nécessité de promouvoir le secteur industriel qui restera toujours le  moteur de l'économie nationale et le vecteur de son expansion, à travers le développement des capacités industrielles, la promotion de l'investissement et le parte- nariat, ainsi que le soutien aux PME. A cet effet, la nouvelle démarche du gouvernement renoue avec une politique  volontariste de développement industriel, afin de «sortir d'une situation sous-optimale conférant un statut rentier à notre économie», note le plan d'action gouvernemental, adopté par le Parlement.La production industrielle du secteur public national a enregistré durant les neuf premiers mois 2012, une croissance de 1,2% par rapport à la même période de 2011, confirmant ainsi la reprise entamée dès 2011 avec une augmentation modérée de 0,4%, indique-t-on auprès de l'Office national  des statistiques (ONS). L'indice des industries hors hydrocarbures, quant à lui, a atteint 4,6%, alors que les industries manufacturières persistent dans leur baisse avec -1,7%, précisent les derniers chiffres de l'Office. Cette croissance de l'indice général de la production industrielle du  secteur public (1,2%) à été tirée essentiellement par les «bonnes» performances  enregistrées par le secteur de l'énergie, qui demeure un secteur de performance avec un taux de croissance de 11,7% contre 8,2% durant l'année 2011, note l'ONS. Grâce à l'aide publique et une réorganisation des professionnels, le  secteur des cuirs et chaussures a enregistré aussi une bonne performance (12,4%)  durant cette période de référence, après avoir connu une baisse de 9,4% en 2011, due notamment à une concurrence déloyale et aux importations massives.
Cette amélioration est le fruit notamment d'une amélioration de la production  de la branche des «biens intermédiaires en cuir» avec une hausse de 22,8%. D'autres secteurs ont également participé à cette amélioration de la  production industrielle en général. Il s'agit de celui des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) avec également une hausse de 7,3%, avec un pic de 19% au 3e trimestre 2012. Cette tendance est le résultat des performances enregistrées par la plupart  des branches relevant du secteur, notamment la sidérurgie, avec 63,4%, la construction  de véhicules industriels (28,6%), le mobilier métallique (15,5%) et les biens métalliques (14,5%), ainsi que les biens d'équipement métalliques (3,8%). L'Office relève toutefois que d'autres secteurs industriels ont connu des baisses durant les neuf premiers mois 2012, les plus touchés étant  ceux des bois, liège et papier (-17,9%), des industries du textile (-11,4%), les hydrocarbures (-6%) et les mines et carrières (-5,7%). Le secteur des industries agroalimentaires, après une «bonne performance» enregistrée l'année écoulée (21%), a commencé à reculer à partir du début de l'année pour atteindre 4,8% durant les neuf premiers mois de 2012. Les industries des matériaux de construction ont également connu une  baisse de production de 4,8% durant la même période. A l'exception de l'industrie  du verre qui a grimpé de 14%, toutes les autres branches du secteur ont reculé. Il s'agit notamment des filières de fabrication des matériaux de construction et produits rouges (-16,3%), de fabrication des produits de cimenterie (-6,2%)  et de fabrication des liants hydrauliques (-3,9%)
Afin de remédier à cette situation, le plan d'action du gouvernement insiste  sur la nécessité de promouvoir le secteur industriel qui restera toujours le  moteur de l'économie nationale et le vecteur de son expansion, à travers le développement des capacités industrielles, la promotion de l'investissement et le parte- nariat, ainsi que le soutien aux PME. A cet effet, la nouvelle démarche du gouvernement renoue avec une politique  volontariste de développement industriel, afin de «sortir d'une situation sous-optimale conférant un statut rentier à notre économie», note le plan d'action gouvernemental, adopté par le Parlement.La production industrielle du secteur public national a enregistré durant les neuf premiers mois 2012, une croissance de 1,2% par rapport à la même période de 2011, confirmant ainsi la reprise entamée dès 2011 avec une augmentation modérée de 0,4%, indique-t-on auprès de l'Office national  des statistiques (ONS). L'indice des industries hors hydrocarbures, quant à lui, a atteint 4,6%, alors que les industries manufacturières persistent dans leur baisse avec -1,7%, précisent les derniers chiffres de l'Office. Cette croissance de l'indice général de la production industrielle du  secteur public (1,2%) à été tirée essentiellement par les «bonnes» performances  enregistrées par le secteur de l'énergie, qui demeure un secteur de performance avec un taux de croissance de 11,7% contre 8,2% durant l'année 2011, note l'ONS. Grâce à l'aide publique et une réorganisation des professionnels, le  secteur des cuirs et chaussures a enregistré aussi une bonne performance (12,4%)  durant cette période de référence, après avoir connu une baisse de 9,4% en 2011, due notamment à une concurrence déloyale et aux importations massives.
Cette amélioration est le fruit notamment d'une amélioration de la production  de la branche des «biens intermédiaires en cuir» avec une hausse de 22,8%. D'autres secteurs ont également participé à cette amélioration de la  production industrielle en général. Il s'agit de celui des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) avec également une hausse de 7,3%, avec un pic de 19% au 3e trimestre 2012. Cette tendance est le résultat des performances enregistrées par la plupart  des branches relevant du secteur, notamment la sidérurgie, avec 63,4%, la construction  de véhicules industriels (28,6%), le mobilier métallique (15,5%) et les biens métalliques (14,5%), ainsi que les biens d'équipement métalliques (3,8%). L'Office relève toutefois que d'autres secteurs industriels ont connu des baisses durant les neuf premiers mois 2012, les plus touchés étant  ceux des bois, liège et papier (-17,9%), des industries du textile (-11,4%), les hydrocarbures (-6%) et les mines et carrières (-5,7%). Le secteur des industries agroalimentaires, après une «bonne performance» enregistrée l'année écoulée (21%), a commencé à reculer à partir du début de l'année pour atteindre 4,8% durant les neuf premiers mois de 2012. Les industries des matériaux de construction ont également connu une  baisse de production de 4,8% durant la même période. A l'exception de l'industrie  du verre qui a grimpé de 14%, toutes les autres branches du secteur ont reculé. Il s'agit notamment des filières de fabrication des matériaux de construction et produits rouges (-16,3%), de fabrication des produits de cimenterie (-6,2%)  et de fabrication des liants hydrauliques (-3,9%)
Afin de remédier à cette situation, le plan d'action du gouvernement insiste  sur la nécessité de promouvoir le secteur industriel qui restera toujours le  moteur de l'économie nationale et le vecteur de son expansion, à travers le développement des capacités industrielles, la promotion de l'investissement et le parte- nariat, ainsi que le soutien aux PME. A cet effet, la nouvelle démarche du gouvernement renoue avec une politique  volontariste de développement industriel, afin de «sortir d'une situation sous-optimale conférant un statut rentier à notre économie», note le plan d'action gouvernemental, adopté par le Parlement