Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Twitter

Date de création: 23-11-2012 06:52
Dernière mise à jour: 23-11-2012 06:52
Lu: 376 fois


INFORMATIQUE – INTERNET - TWITTER

(Article d'El Watan, Kael Benelkadi, :lercredi 21 novembre 2012)

Si Facebook semble être utilisé et apprécié notamment par les jeunes, ce n’est pas le cas de Twitter qui reste non utilisé par les officiels algériens.

Alors que le nombre d’utilisateurs algériens sur Facebook frise les 4 millions, soit plus de 60% des connectés à l’Internet, celui de Twitter, si l’on croit le site A world of tweets  qui permet de suivre en temps réel l’activité des tweets dans le monde, l’Algérie n’y répertorie que quelque 3000 utilisateurs (dont près de 30% inactifs), soit 0% de tweet par rapport aux autres pays de la planète.

Les Algériens, à hauteur de 55% se connectent pour utiliser Facebook, dont plus des 2/3 y restent connectés plus de 30 minutes par jour selon un sondage de WebDialna.  

Le succès de Facebook est sa simplicité de mise en œuvre et d’utilisation. Le nombre important d’utilisateurs augmente énormément la chance de trouver de la famille et des amis pour des échanges. Les autres raisons qui justifient la désaffection de Twitter sont son caractère pseudo-professionnel, son interface plutôt spartiate et peu conviviale, la limitation à 140 caractères, qui oblige l’utilisateur à optimiser son message, à faire de la gymnastique pour réduire le nombre de caractères sans être capable de poster directement des messages audiovisuels. Enfin, il reste l’impression qu’il donne d’être ouvert à tout vent et donc avec très peu de maîtrise sur la confidentialité des informations que l’on tweete.

L’introduction de la langue arabe dans le système Twitter est une réalité depuis mars 2012, elle a permis a plusieurs pays arabes, tels que l’Arabie saoudite et l’Egypte d’être en tête des pays arabes et de voir figurer Ryad comme la dixième ville la plus active dans les échanges diplomatiques à travers Twitter.

Selon  Ali Kahlane, président de l’Association algérienne des fournisseurs de services internet (Aafsi)  «parmi les 264 comptes officiels des chefs d’Etat et de gouvernement dans 125 pays, le président de la République algérienne n’y figure pas, car il ne dispose pas de compte Twitter. Dans le e-Diplomacy hub, un baromètre de la diplomatie numérique sur le Web, qui établit un classement toutes les 24 heures des politiques et autres acteurs influents dans le monde, le classement du 1er novembre 2012 ne fait figurer aucun officiel algérien (Présidence, ministres ou autres)». Barack Obama compte 17 millions d’abonnés (Followers) occupant la 1re place, suivis de Hugo Chavez (Venezuela) avec 3 millions, David Cameron (Royaume-Uni) avec 2 millions,  Recep Tayyip Erdogan (Turquie) avec 1,5 million d’abonnés et François Hollande (France) avec 1 million d’abonnés. Il ya une sorte  de  "réticence officielle ou abstention maladive à communiquer et à échanger est déjà de mise dans toutes les administrations, il n’y a qu’à visiter les sites Web dont le contenu le plus mis à jour sont les CV de ministres et le compte-rendu de leurs visites dans les wilayas. Toutes les autres informations, pourtant les plus utiles aux citoyens et au développement du pays, passent à la trappe».
( Exrtaits d'un article d'El Watan, signé Kamel Benelkadi, mercredi 21 novembre 2012)