Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Histoire de la radiotélévison algérienne (II/III)

Date de création: 06-11-2012 19:56
Dernière mise à jour: 06-11-2012 20:07
Lu: 4399 fois


COMMUNICATION- ETUDES ET ANALYSES - HISTOIRE DE LA RADIOTELEVISION ALGERIENNE (II/III)

 

HISTOIRE DE LA RADIOTELEVISON ALGERIENNE

 

Par Badr’Edine Mili (octobre-novembre 2012),membre du staff dirigeant de la RTA dans les années 60-70, ancien directeur de l’Audiovisuel au ministère de la Communication et de la Culture, ancien Directeur Général de l’APS ( Algérie Presse Service) °°°

                                                             

 

3- Un melting-pot de générations et d’obédiences

A cette époque, et jusqu’au années 80, on croisait sur le parvis de ce siège qui rivalisait de hauteur et d’élégance avec le Cassiopée , la Résidence Shell , l’Aéro- Habitat et l’Algéria, plusieurs générations d’artistes , de journalistes ,de techniciens , d’hommes de programmes, d’hommes de lettres, d’animateurs et d’administrateurs, de toutes obédiences , qui avaient fait leur carrière à la RTF et aux ELAK ou après et qui ne savaient pas encore qu’ils revêtiront , dans un futur proche, l’étoffe de personnages  que l’Histoire contemporaine de leur pays retiendra longtemps.

 

Il y avait là :

 

- Les chanteurs El Hadj M’ Hamed El ANKA, El Hadj MENOUAR, Fadela DZIRIA, Dahmane El HARRACHI, Rabah DERIASSA, Khelifi AHMED, Ahmed WAHBI, Mohamed Tahar EL FERGANI, Abdelmoumene BENTOBBAL,El Hadj BENSARI, Blaoui El HOUARI, El Hadj EL GHAFOUR, Abdelhamid ABABSA, Ahmed SERRI, Abdelkrim DALI, HSISSEN, El ANKIS, Abderrahmane AZIZ, DJAMILA, Djilali AIN TADLESS, Amar EL AACHAB,  Kamel HAMMADI, Akli YAHIATENE, Maazouz BOUAADJADJ, El Hadj SOUKI, CHERIFA, Abdelkader BENDAAMACHE et les nouveaux venus, NADIA, Mohamed LAMARI, NORA, SELOUA, Samy AL DJAZAIRI, Abdelkader CHAOU, El Hadi RADJEB, Saliha SAGHIRA, Hamdi BENNANI, GUERROUABI,  Amar EZZAHI, Boualem CHAKER, Abdelkader CHERCHEM,  EL GHAZI…

 

-Les chefs d’orchestre et musiciens : FAKHARDJI, Mustapha SKANDRANI, Haroun RACHID, Abdelouahab SALIM, Merzak  BOUDJEMIA, Cherif KORTEBY, Abdellah KRIOU, Noubli FADEL,  le compositeur de musique de cinéma Ahmed MALEK, MOKHTARI, le virtuose du violon, MOH SEGHIR Laama  le maître du banjo,  PAPOU, le percussionniste hors pair, Mahfoud DJELMANI, l’admirable opérateur de synthé et SAAD, l’inimitable joueur de gasba…

 

 

-Les comédiens : Abdelhalim RAIS, Larbi ZEKKAL, Mahieddine BACHTARZI, Chikh NOURREDDINE, ROUICHED,  Allal EL MOUHIB, Mustapha KATEB, Mohamed KECHROUD,Hassen AL HASSANI, Sid Ali FERNANDEL, KELTOUM, ABOU EL HASSEN, Sid Ali KOUIRET, HADJ Abderrahmane, Chafia BOUDRAA, Yahia BENMABROUK, Othmane ARIOUET,  YASMINA, Azzedine MEDJOUBI, BOUHERAOUA, SISSANI, Djaafer BECK, MENGUELLATI,  Mohamed et Said HILMI,  BACHDJERRAH, Abdelkader ALLOULA, Arezki NEBTI, BIYOUNA, Hamza FEGHOULI,  Boumediene SIRAT, Farida SABOUNDJI, NOURIA, Fatiha BERBER, Bahia RACHEDI, Kaci TIZI OUZOU, Ahmed KADRI, HDIDOUANE, BENZERARI, Abennour CHELLOUCHE, Allaoua ZERMANI, Mohamed KERBOUZ,  Slimane BENAISSA, Mustapha EL – ANKA, Ouardia HAMITOUCHE, Rachid FARES, ARSLANE , Nawel ZAATAR …

 

- Les réalisateurs : Mustapha BADIE, Moussa HADDAD,  BENDEDOUCHE, Abdelaziz TOLBI, Lamine MERBAH, Benamor BAKHTI , Mohamed IFTICENE, FOUGHALI , Hadj RAHIM , Salim BENELKADI , Noureddine TIFOURA, Djamel FEZZAZ,  Mohamed OUKACI, Mohamed HAZOURLI,  Amar MOHSEN, Azzeddine MEDDOUR,  Bachir BELHADJ, Said OULMI, Fateh AYADI, OULD-HOCINE …

 

-Les journalistes : Baya HOCINE, Slimane KHELIFA MAHDJOUB,  Tahar BENAICHA, Harat BENDJEDDOU, Mohamed BOUMEDIENI, Brahim BELBAHRI, Mohand- Said OUSAID, Abdelkayoum BOUKAABACHE, Ziad BOUNAB, Cherif HARBI, Hamid BOUDJAKDJI, El Hachemi SOUAMI, Mahmoud MAIDAT, Sid Ali NESSAKH, Abderrazek ZOUAOUI, Ali LAOUFI, Mohamed BOUSSALHAM, Brahim BENMESSAOUD, Abdellah BENYEKHLEF, Abdelkader BENKACI, Fatima KECHROUD, Hassen KHAOUA, Abdelkader ABDELAADHIM, BESSAI, AMOKRANE, Salah DIB, Ahmed FADLI, Ali MERROUCHE, Mohamed RAHMANI, Mohamed SBAA, Mustapha BENNABI, Rachid BOUMEDIENE, Mohamed MELAIKA, Ahmed BENYAKOUB, Mohamed BOUAZZARA, Leila BOUKLI, Farida ABAHRI, Cherif BEKKA, Abderahmane AMARNI, Kamel BENDISSARI, Malek BENHASSINE, Ali HABIB, Noureddine RAHMOUNE, Baya EL HACHEMI, Noureddine INOGHUI, Sid ALI HATTABI , Ahmed Brahim BRAHIMI, Antar DAOUD, BOUHAFS, Abdelouahab BENHASSEN, Mouloud CHIKAOUI, Ahmed CHAREF, Hamza TEDJINI, Hanifa BELAZOUG, Nouara DJAAFAR, Mohamed Cherif ZEROUALA, Farouk BELAGHA, Hachemi HANTAZ, Abdelkader HAMANI, Ben Youcef OUADIA, Nacereddine EL ASSIMI, Ahmed WAHID, Rachid GRABA, Abderazzek MEBARKI, Ahmed ISSAD, Laid BELAROUS, Messaoud LADRAA, Tarek BOUCEBSI, , Smain KENANE, Mustapha HAMMOUR, BOUDOUKHA Ali -Bey, Mohamed LOUBER, Abderrahmane TOUIMER, Rachid AINOUZ, Mohamed ABASSA, Mohamed SAIDANI, Kheireddine AMEYAR, Abdelmadjid MERDACI, Lazhar KOURDE, BOUNOURA, MILET, Abdennour ZANOUNI,  Khaled NEZZARI, Fatima AIT KACI, Chafik MESBAH, Azzeddine BOUKERDOUS, HAMDI BACHA, Kamel BOUGUERRA, Ali CHIHEB, Mohamed BOUGHERARA, Malika SAFER, Amar YEBKA, Khaled BOUKAABACHE, Khaled ZIARI, Madjid BEY, OULD ROUIS Abou- Samir,  Fethi SAIDI, Chaabane LOUNAKEL, Abdelkader LEULMI, Nourreddine BOUZIANE, Ali BOUDJAATIT, Djamel NEZZAR, Amina DEBBACHE, Yamina ZERROUK, Meriem BACHTOUBDJI, Mohamed CHELOUCHE, Youcef  AIT TAHAR, Naima LEFKIR, Fella HACENE, Aicha SAIDI, Nacera CHERID, Farida BEKKOUCHE, Laid ZOGHLAMI, Rachida TOUAZI, Nacera MEDJADEL , Mokhtar MAHER, Ali ATEF, Mouloud BELABDI, Mohamed Tahar MALEK, Houria KHATIR, Mohamed SALLEH, Lakhdar HAMDA, BENDAIKHA, ZEGGAI, Ahmed IBRAHIM, Noureddine ADNANI, Smail AMOKRANE, Suleiman MELLALI, Ali GHERRAS, Naoui MEHIDI, Larbi KHIAR, Mohamed- Larbi LABIDI, Bacha BOUKHALFA, Said LAMRANI, MESSEKHER, Rabie DAAS, Mohamed MERZOUGUI, Abdelkader CHENIOUNI, Mohamed AOUADI, Abdelmalek SAYEH, Fares KHALDI, Lyes BOUHIRED, Chadli BOUFEROUA, Fayçal HAFFAF, Moussa BELABAS, Salah GUOUAMI, Abdellah MAKHLOUF, Aicha BELHELFAOUI, Fayçal ABERRAHIM, OUADAHI,  Kamel ZIDI, Mohamed BERRAZOUANE, BOULENOUAR, Rachid ANIK, Mohamed BELAAICHIA, Dr Abderahmane CHERIET, Mohamed GUETTAF, M’Hamed GUERTAL, MAHDI, Rachid DJEBBOUR, Serradj – Eddine BERBAR, Abdelkader TEBBARI, Mohamed HARB, Fethi LASSEL, Boualem HASSINA, Said AMER, Brahim ZEGHOUDA, Boulenouar BAKKAR, Mustapha BERKOUK, Mohamed AOUITIA, Mokhtar MAHDJOUB,  Toufik TISKRAT, KAIDI, Chiheb BENCHIKH EL- HOCINE, MEROUANE, Tahar BEDIAR,Tahar NAA, Sofiane BOULEKNATAR, Mohamed LAGHA, Mohamed BOUCENNA, John WIWARD, Abderahmane KHODJA, Yousria TABANI, Ali OUYAHIA, Belkacem BOURIM, Sofia ZAOUCHE, Boutheina CHERIET, Mustapha ABDESSADOK, KALAFATE, Belaid LAMOUTI, BENGUESMIA, AZZOUZ, Mohamed HANOU, Toufik SOLTANE, Malika SOLTANE, MEDDAD, MOAKI, LASKRI…

 

-  Les compositeurs, poètes et hommes de programmes : Abdelmadjid MEZIANE, Abdellah CHERIET, Amar AZZOUZ, , Kaddour MHAMSADJI, Aboul- Kacem KHEMMAR, Omar El BERNAOUI, Slimane DJOUADI, Mahboub BATI , Lakhdar ESSAIHI, Mustapha ABADA, Bachir KHALDOUN, Zoheir ABDELLATIF, Laid ORIF, Ahmed BOUCENNA, Ali MADANI, Amor BOUZID, Mokhtar HAIDER, Fatima OULD KHISSAL, Samira BENSAID,  Mohamed BOUZIDI, Azzeddine MIHOUBI, SANHADRI, Fadela MERABET, Samir BENCHERIFA, Fatima LOUGHI, Abdelhafid El ASSIMI, Boualem AZZIBI, BOUBNIDER, Tahar SAYEH, Kadri SEGHIR, Djamel, BERRABAH, Mustapha KHELIFI, Mustaha SAYEH,  Djamel –Eddine BAGHDADI, Ahmed BRAHIMI, Farid TOUALBI, Noureddine TOUALBI, Nacer- Eddine BAGHDADI, SABRI, OUSSEDDIK, Djamel KHOUIDMI, Abdelhamid BELHADDAD, Mme LASSEL, SAIM El HADJ, Lamia MADANI, AIT- LAMARA …

 

-  Les animateurs et animatrices : SAMIA, la mythique présentatrice du très populaire

«  Beit – Essaid », « le Foyer Heureux »,  Amina BELOUIZDAD, Fatiha MERABTINE, Nacera MEZHOUD,Leila BERRABAH, Leila BOUTALEB, Leila DERRADJI, Khali KOUIDER, Aziz FARES, Ahlem MOSTAGHANEMI, CHAFIA, Nadia BENDAHMANE, Zahira YAHI, Naima MADJER, Hayet ALI- LEMOUIS, Mebrouka BOUSSAHA, Djamel BENAMARA, Lila , Ali BENKEROU, Malika LAFER, IBTISSAM,…

 

-Les prédicateurs : Cheikh Ahmed HAMANI, Cheikh Salah ESSEDIK, Cheikh Ali CHENTIR, Cheikh Mohamed KETTOU, Cheikh Abderrahmane El DJILLALI, …

 

- Les cadres de l’administration et de l’action internationale : Mahmoud EL DJILLALI, MADANI, Rabie HMIMI, Saadane AYADI, Mustapha KADIK, Mme Fahila GANI, Lyes BELARIBI, Abdelkader BEY,Youcef SAYEH , Ahmed DJABRI,  Mohamed SAID, Mohamed ABBAS, Boudjemaa HATEM, Nachida MEJDOUB, Said BOUCHOUAREB, Mme Fatima BOULEMTAFES, Mme Leila HOUAS, Mme Meriem ABADA, Ali BERNOU, Mme Fatima SAADAOUI, Leila ALI-LEMUOIS, Hassina FEKKAR, Meriem TCHAMBAZ, Salima AMMOUR, Fatima BELHAMRI, Nabila MOULAY, Toufik BOUANANI, Djamel HADDOUCHE, Ferhat MELLAL, Rafika IBAOUENE, Hakim BEN BELLA, Hamida BEZAOUCHA .…

 

Sans oublier les infatigables et volontaires soutiens de la logistique restés dans les annales de l’Etablissement et qui ont pour nom : OMAR le régisseur,  Djamel AMGHAR, SALLAMI, MIDJEK, Amokrane MEDJAHED, REZZIG,  Kamel BOUKERCHA, Abdelkader MOKHTARI, le booliste, les documentalistes  Mokhtar BOUREGHDA et Mme OUSSEDIK, Abdelkader BENAIDJA, Abdelhamid BENCHABI, Abdelhamid RIHI, Boualem CHEMLAL,Mme ABBAS, Mme Zakia Guettouche, Mme Amina SOUKER, Mme Lila Farida LAKHDARI, Salima HABBACHE,  M’GUELLATI, Mohamed MELLAL, Ayachi ALLOU et ZOUBIRI, l’homme qui ramenait, à bras le corps, chaque jour, à 4 heures du matin, de l’imprimerie d’El Moudjahid , pendant 20 ans, des quintaux de journaux  pour les besoins de l’entreprise et des revues de presse….

 

L’analyse sociologique des sources géographiques et culturelles de ce métissage, particulièrement riche en enseignements, révélera que les 7 grandes souches originelles,  autour desquelles se stratifieront les apports ultérieurs, furent, bien sur,  la France, avant l’indépendance, puis, la région de Oued Souf, celle du Grand Sud, celle de la Grande et de la Petite Kabylie, avec, en pole position, Azzefoun, celle du Chellif et, dans les années 30, celle du Proche Orient, plus précisément le Liban et la Syrie, une source de recrutement  curieuse qui gagnerait à être étudiée, de même que l’implantation dans les différentes structures de l’Etablissement de lignées familiales et tribales dynastiques, d’une surprenante longévité. Et, pour être plus complet , il convient de souligner la forte syndicalisation des collectifs des travailleurs qui a constitué , surtout dans les années 70, un important moyen de pression, ce qui entraîna, pour la contrecarrer, l’installation, par les pouvoirs publics, d’une cellule du FLN puis , l’apparition, dans la foulée, de tribunes clandestines représentatives des différents courants politiques traversant la société.

 

4-L’age d’or

 

A l’inverse du Président Ahmed Ben Bella, qui ne prêta  pas une attention soutenue aux médias audiovisuels, probablement, en raison d’une certaine hiérarchie des priorités d’alors, mais,  aussi, du faible maillage, en ces années là, du territoire par leur réseau et encore, parce que peu d’Algériens étaient équipés de postes de télévision, une technologie qui n’avait fait son apparition dans le pays que 6 ans avant l’indépendance, le Président Houari Boumediene leur manifesta un tout autre intérêt.

 

Plus visionnaire, homme de communication, malgré ses apparences spartiates, et intéressé par détenir un instrument qui l’aiderait , à la fois, à mobiliser l’opinion autour des «  taches d’édification socialiste », et à porter la voix de l’Algérie, partout dans le monde , notamment, dans les sphères géopolitiques qu’il considérait comme la profondeur stratégique du pays, à savoir, le Maghreb, l’Afrique, le Proche- Orient et, dans une moindre mesure, l’Amérique Latine, il inscrivit le développement de la RTA , dans son programme , comme un objectif vital.

 

C’est pourquoi, il encouragea l’intégration de toutes les ressources humaines, dans son projet, sans discrimination,  par rapport à leur positionnement politique passé face au colonialisme – était -ce la bonne décision ? – et dota l’entreprise, dans le cadre du pré- plan triennal puis dans les plans quadriennaux qui suivirent , d’un ensemble de moyens financiers et matériels qui la transfigurèrent , du tout au tout ; d’abord, dans le domaine de la transmission du signal, avec l’installation de puissants émetteurs et réémetteurs et l’inauguration du DOMSAT, le satellite domestique desservant le Sahara, économisant, comme aux Etats-Unis, en URSS et au Canada, de très coûteux investissements , en moyens terrestres , par ailleurs, difficiles à maintenir ; ensuite dans le domaine du reportage, de la production, de l’éducation et de la formation, faisant appliquer, à la lettre, le triptyque «  informer, former et divertir » , le socle du service public formulé par un strict et paternaliste cahier de charges , dicté par le gouvernement , à l’exclusion de toute expression libre de la société.

 

L’effort porta, également, sur la modernisation de l’outil bientôt colorisé par le biais du procédé allemand PAL, préféré au SECAM français pour d’évidentes raisons politiques, au moment ou la France de Giscard d’Estaing appuyait, clairement, les convoitises territoriales du Maroc sur le Sahara Occidental, en l’armant puissamment, en vue d’un éventuel conflit.

 

Une seule omission et de taille : alors qu’un nouvel immeuble fut construit en 1972, à l’initiative de Abderrehmane CHERIET, et , étrangement, dépourvu d’infrastructures techniques de production, d’enregistrement et de diffusion appropriées et, ce , à proximité du siège central , les studios légués par la RTF demeurèrent, à cause de cela, en l’état,  et survivront jusqu’à nos jours, largement, dépassés par la technique et les besoins.

 

A cette réserve prés, la RTA fut entourée de tant d’égards qu’elle se transforma en un véritable parti politique de masses, le FLN, complètement, éclipsé, n’ayant plus que le titre

 d’«Appareil » dirigé par un Kaid Ahmed qui connaissait bien la Maison pour y avoir donné, le colt bien en vue, sa première conférence de presse internationale, du haut de la scène de son odéon, un certain 19 Juin 1965 .

 

L’établissement n’avait plus rien à voir avec celui hérité en 1962. Ses trois stations de télévision, d’Alger, d’Oran et de Constantine étaient unifiées en un puissant réseau national, sa chaîne hertzienne comptait plus de 3200 kms , les stations de Djbel Lakhel , M’ Cid et Ain N’ Sour rayonnaient sur l’ensemble des wilayate,  traquant les moindres zones d’ombre.

 

Sur un autre registre , Mustapha Badie, avec de faibles moyens, mais une conviction d’artiste militant, réalisait «  El –Hariq » , le premier feuilleton de son histoire, adapté des romans de Mohamed Dib ; les jeunes loups du «  Cinéma El Djedid» , surnommés ,ainsi, en référence au «  Cinéma Novo » brésilien et à ses films- culte «  Dieu Noir et Diable Blanc » et «  O Congaceiro » , sortaient,  de leur chapeau de magiciens , «  Les spoliateurs » , «  Noua » ,

 «  Les marchands de rêves » , «  Ettarfa » ,  des œuvres anticonformistes qui secouèrent la léthargie de l’environnement ambiant .

 

Il n’y en avait plus  que pour Tamezguida, Belghimouze, El- Kennar, Tessala- El- Merdja, El- Abadla, Djorf- Ettourba, les villages socialistes et les barrages aux noms arrachés au temps figé. Les complexes industriels d’ El Hadjar , de Constantine, de Ain Smara, de Draa –Ben- Khedda, de Sidi- Bel- Abbes, d’Arzew et de Mostaganem naissaient dans les étuves du  Plan de Abdellah Khodja , commentés , en long et en large, par les reporters qui sillonnaient le pays, de jour comme de nuit, pour informer sur la mise en œuvre des programmes régionaux de développement , assistant, même, aux Conseils des ministres tenus dans les chefs- lieux de wilaya transformés, à chaque fois,  en capitale du pays 

 

Puis vint la Chaîne IV de la radio, un programme international en anglais, en français, en arabe et en espagnol, diffusé en ondes courtes et en ondes longues, en direction de l’Europe, du Proche Orient, de l’Amérique Latine, parallèlement au programme des « Radio des mouvements de libération» , « Les Voix » de la Palestine, du Polisario, de la Résistance Chilienne, et du MPAIAC , le Mouvement pour la libération des Iles Canaries de Me Cubillo  qui avaient été accueillis et formés par Sadek Kitouni, le soutien connu des causes des pays du Tiers monde et ami de Nelson Mandela ,auprès duquel il représenta l’Algérie, en qualité d’ambassadeur en République Sud Africaine, dans les années 90.

 

La chaîne III se distinguait par la liberté de ton de ses commentaires politiques,  tolérés par un Président soucieux de montrer, à l’extérieur, une vitrine moins uniforme qu’il n’y paraissait et il arrivait, souvent, aux occupants des lieux de se faire saluer, au détour d’un de ses couloirs labyrinthiques par Amilcar CABRAL , Agostinho Neto, Samora Machel, Oliver Tambo, Sam Nujoma, Abu Iyad , Mohamed Lamine, Oueld- Essalek et ses ondes véhiculaient les messages révolutionnaires de Mahmoud Darwich , Cheikh Imam , Fouad Nedjm, Marcel Khalifa, Warda, Myriam Makeba, Joan Baez, Bob Dylan, Jane Fonda qui glorifiaient Ghassan Kanafani , Kamel Nasser, Kamel Adouane, Mustapha -El –Ouali, N’Guyen Van Troy,

N’ Guyen Thi Binh , Le Duc Tho, Martin Luther King , Angela Davis , Carvalho , Goncalvés, Ben Barka , Curiel, Carlos, Abdelfattah Ismail , Khaled Baghdache , Khaled Mahdjoub, Bader- Meinhoff , Eldrige Cleaver , Timothy Leary et Carmichael.

 

Membre du Conseil d’Administration de l’UER, l’Union des Radio-Télévisions Européennes,   avec mandat électif , classée au dixième rang des radios- télévisions méditerranéennes, disposant d’un bureau à Paris dirigé par Zidi,  sollicitée pour contribuer à l’encadrement des sommets des pays non alignés et à l’installation de services similaires dans les pays africains, très active à l’URTNA, l’ASBU, l’URTI, et à l’Organisation des Radios et Télévisions des pays non alignés ( ORDNA) dont elle fut co- fondatrice, à Sarajevo , en 1977 , la RTA défendit , avec succès à la CAMR , la Conférence administrative de radiocommunications de 1979 , les droits des pays non alignés à accéder , équitablement, au partage du spectre de fréquences , une ressource naturelle. Elle y arracha, de haute lutte, à l’injuste principe « premier arrivé, premier servi » des Occidentaux, un plan de fréquences qui lui valut la considération de nombreux  Etats. Faute d’extension et après le renvoi, aux calendes grecques, du projet de 2 eme chaîne TV , parrainée par Abderrahmane Laghouati , le sien demeura en jachère , détourné , à ses frontières, par les pays voisins, Maroc et Libye en tête.

 

C’était l’époque de la chorale, des opérettes et des chants patriotiques avec Mohamed Boulifa,  Said Sayah, Mohamed Adjaimia, Aida Kechroud , et d’ « Alhan Oua Chabab » de Maati Bachir et ses révélations , Zoulikha, Rachid Mounir, Nadia Ben Youcef , Nardjess, Youcef Toufik, Youcef Boukhantache, Teldja, et , plus tard, Fella Ababsa , Zakia Mohamed , Yamina, Katchou etc.

 

Ce fut aussi celle de «  Maghrebvision » qui familiarisa les Algériens avec Abdelouahab Doukali, Abdelhadi Belkhayat, Chikha El Hamdaouia, Ahmed Hamza et le théâtre du marocain Tayeb Seddiki , avant que ne vienne le temps des crises avec «  Maghreb- Echououb » , la réponse algérienne à «  Minbar El Hakaiek » de la RTM de Tanger. Des moments fastes et d’autres plus tristes avec le crash de l’avion qui transportait les journalistes accompagnant la délégation présidentielle au Vietnam . Ils avaient pour nom : Salah Dib, Abderrahmane Kahouadji, Mahmoud Maidat, Mustapha Kaboub, Abdelkader Bouhmia, Mohamed Bekai, Laaredj Boutrif, Rabah Haned , Sebti Moaki.

 

Et puis d’un coup, tout s’arrêta. La disparition prématurée du Président Houari Boumediene sonna le glas de cette RTA -là , celle qu’il dit , un jour , classer en seconde position, après la Défense nationale, en s’adressant «  aux gens de la RTT »  qu’il aimait égratigner , ainsi, allusion faite à la place prépondérante occupée par les responsables , en majorité, originaires de Tébessa ou ayant fait leurs premières classes dans le journalisme, à Tunis.

 

°°° Pour toute information complémentaire ou toute reproduction commerciale, contacter l’auteur :  badmili@yahoo.fr