Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Campagne agricole 2012

Date de création: 09-10-2012 15:55
Dernière mise à jour: 09-10-2012 15:56
Lu: 698 fois



AGRICULTURE - BILAN  - CAMPAGNE AGRICOLE 2012


La valeur de la production agricole nationale est estimée à 2 211 milliards de dinars en 2012 contre 1 600 milliards de dinars en 2011. Ce qui fait dire aux cadres du ministère de l’Agriculture que la contribution du secteur au produit intérieur brut (Pib) devrait être encore considérable. Pendant les 4 dernières années, la croissance moyenne annuelle réalisée par le secteur est évaluée à 13,75%.
De l’ensemble de cette production, 42% sont l’œuvre des plaines et du littoral et 22,3% émanent des Hauts-Plateaux. Le Sud et les zones montagneuses ont contribué respectivement pour 18,3% et 16,5%. Ces statistiques confirment que la carte agricole commence à changer progressivement. Autre constat, c’est la marge de progression qui reste encore large et importante, que ce soit pour les agriculteurs, les exploitations et les zones naturelles par rapport aux surfaces irriguées. Le département a pour objectif d’irriguer quelque 1,6 million d’hectares d’ici 2014. Une telle prévision permettra, selon le ministre, de sécuriser 75% de la production nationale et de réduire les déficits qui risqueraient d’intervenir. Face à de tels enjeux, le ministère a pris d’ores et déjà ses dispositions.
La problématique de la pomme de terre, dont une éventuelle insuffisance de l’offre durant les trois semaines du mois de novembre, a été anticipée. Cela s’explique par le fait que des quantités inconnues du tubercule ont été stockées. “S’il y a des stocks que nous maîtrisons nous-mêmes, d’autres en revanche sont effectivement constitués mais nous échappent. En termes plus clairs, nous ne disposons pas de statistiques sur les quantités emmagasinées par certains agriculteurs”, indiquera le ministre au cours de la réunion d’évaluation des contrats de performance des wilayas, tenue hier au siège du ministère.
Une importation d’appoint a été décidée par la tutelle afin de contenir les méfaits de ce problème sur le marché national. La seule condition exigée : la totalité des opérations d’importation ne devrait pas dépasser les 2% de la production nationale. Or, dès l’annonce de cette information, une action de déstockage a été aussitôt déclenchée. Des quantités importantes de pomme de terre ont été placées sur le marché. Les quinze importateurs, qui se sont manifestés, en ont été certainement dissuadés. Et les quotas qu’ils importeront ou qu’ils ont déjà importés ne dépasseraient pas, affirmera le ministre, 0,3% de la production locale. Une chose est certaine, une telle situation favorable sera gérée par les responsables du secteur de manière aisée jusqu’à l’entrée en production nouvelle vers la fin du mois de novembre. Les résultats de l’évaluation indiquent que la production enregistrée en 2011-2012 est de l’ordre de 42,2 millions de quintaux contre 38,49 millions de quintaux en 2011, 32 millions de quintaux en 2010 et 26,7 millions de quintaux en 2009. La wilaya d’El-Oued a produit, à elle seule, 11 millions de quintaux, suivie d’Aïn Defla avec 5,6 millions de quintaux et Mascara près de 4 millions de quintaux. La production céréalière est arrêtée définitivement à 51,2 millions de quintaux contre 42,45 millions de quintaux durant la campagne précédente et un objectif de 46,7%. Le lait est produit à raison de 3 milliards de litres contre un objectif de 2,92 milliards de litres.
La collecte est passée de 510 millions de litres en 2010-2011 à près de 688 millions de litres en 2011-2012. Abordant le foncier agricole et la mise en valeur des terres par concession, Rachid Benaïssa soulignera que plus de 208 000 dossiers ont été déposés dont 200 000 déjà étudiés. Environ 40 000 devront être complétés. Ces derniers devront être achevés d’ici au 31 décembre 2012.
Les propriétaires des 160 000 dossiers restants ont signé les cahiers des charges conformément à la loi en vigueur. Ceux-ci peuvent effectuer des démarches pour l’obtention des crédits en attendant que leurs actes soient établis. À ce propos, l’on dénombre plus de 30 000 exploitants qui ont obtenu des actes de propriété. Une chose est sûre, la loi a fixé le 10 août 2013 comme date limite de la remise de tous les actes.