Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Sondage d'opinion 2012- Jeunesse

Date de création: 06-10-2012 21:05
Dernière mise à jour: 19-11-2012 19:15
Lu: 345 fois


VIE POLITIQUE – ETUDES ET ANALYSES – SONDAGE D’OPINION 2012 – JEUNESSE

Sondage sur les jeunes et la politique réalisé à l’occasion des législatives du 10 mai dernier par l’association Rassemblement action jeunesse (RAJ) avec l’aide de l’institut Ecotechnics (Extraits) .

L’étude (dont des résultats ont été publiés par la presse jeudi 4 octobre 2012) , a concerné un échantillon représentatif de 1200 jeunes venus d’une trentaine de wilayas.

 La marge d’erreur de ce sondage, selon Saïd Ighilahriz, directeur d’Ecotechnics qui avait réalisé une étude sur les législatives (étude publiée par El Watan), n’est que de 2 à 3%. En effet, les résultats rendus publics lors d’une conférence de presse, animée mercredi 3 octobre 2012, à Alger, constituent une véritable douche froide pour les députés qui viennent juste d’entamer leur travail à l’APN. Les jeunes, selon le document du RAJ, ne leur font pas confiance.

«39% des jeunes sondés n’attendent rien du Parlement, 31% en attendent l’amélioration des conditions de vie, 12% la résolution du problème du chômage, le changement ou l’accomplissement des promesses des députés, 4% l’accomplissement des promesses des députés et 4% ne savent pas», relève l’étude. Le bilan de l’Assemblée précédente n’a pas été également à la hauteur des attentes. «53% des jeunes pensent que le bilan de la précédente Assemblée est très peu satisfaisant, 19% pensent qu’il est (le bilan)  peu satisfaisant, 8% le jugent satisfaisant et 20% ne savent pas», expliquent ceux qui ont réalisé le rapport. En revanche, les jeunes se disent conscients de l’utilité du Parlement en tant qu’institution. Effectivement, 20% des sondés pensent qu’il est très utile pour le pays et la société, et 40% estiment qu’il est utile. Seuls 16% affirment le contraire. 10% d’entre eux n’arrivent pas à avoir une position en déclarant que le Parlement «n’est ni utile ni inutile» et 14% n’ont pas d’opinion.  

Les jeunes n’ont pas également une bonne image des partis. La majorité d’entre eux (58,3%) ont «une vision négative ou très négative des formations politiques», contre seulement 17,8% des jeunes qui estiment qu’elles sont très positives ou positives. Ce constat fait dire au président du RAJ que le «pouvoir algérien a pu installer un climat de non-confiance entre le gouvernant et le gouverné». S’agissant du comportement des jeunes lors des dernières législatives, le sondage révèle que 38,9% des jeunes ont voté. Et sur cette proportion, la majorité (29%) ont opté pour le FLN, 23,8% ont glissé un bulletin nul et 6,4% ont voté pour les indépendants. Le RND et le FFS arrivent derrière avec respectivement 5,8% et 5,3%. «Selon leurs déclarations, les jeunes n’ont pas majoritairement l’habitude de voter : 36% seulement aux présidentielles, 30% aux législatives et 27% aux municipales», note le même document.

Ce sondage fait ressortir aussi les raisons ayant amené les jeunes à voter ou à boycotter les joutes électorales. Ainsi 29,8% des personnes sondées disent avoir voté par devoir et parce qu’il s’agit d’un droit, 16,4% par espoir de changement, 12,9% étaient motivées par le cachet apposé sur la carte de vote, 11,4% parce qu’un membre de leur famille, un ami ou un proche était candidat aux élections, 8,2% pour répondre à l’appel du Président à participer aux législatives, 6,8% sans raison spéciale et 14,5% n’ont pas donné de motif. Les «boycotteurs» avancent pour leur part des raisons multiples. Ils parlent notamment du manque de confiance en les députés, du fait de croire que les élections n’apporteront pas de changement et du manque d’intérêt pour la politique. 

Les jeunes s’intéressent aux activités du mouvement associatif. Mais ils sont très peu ceux qui s’engagent dans des associations. «Très peu de jeunes adhèrent aux associations (4,7%) et beaucoup moins aux partis politiques (1,7%) ou aux syndicats (1,5%)», relève un sondage réalisé par l’association Rassemblement action jeunesse (RAJ), dont les résultats ont été rendus publics hier.

Contrairement aux partis politiques, le mouvement associatif ne suscite pas la méfiance chez les jeunes. «Malgré la faible adhésion aux organisations, leurs actions suscitent plutôt un sentiment de satisfaction auprès des jeunes, ce qui n’est pas le cas des syndicats et encore moins des partis politiques, car 51,5% des jeunes interrogés estiment que l’action des associations est très positive ou positive, contre seulement 24% qui pensent le contraire (négative ou très négative)», lit-on dans ce document. L’enquête du RAJ note aussi que les jeunes participent en nombre aux activités des associations.

«Au cours de ces 12 derniers mois, 16,1% disent avoir participé à une activité d’une association, parti politique ou syndicat. Cette participation, qui reste du moins appréciable, s’explique par le fait que la période pendant laquelle ont été interrogés les jeunes coïncidait avec les élections», explique-t-on dans le même document. Comme pour les partis, les jeunes n’aiment pas trop les syndicats (36%), contre 31,8% qui les apprécient.