Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Bellemou Messaoud

Date de création: 07-08-2012 04:25
Dernière mise à jour: 07-08-2012 04:25
Lu: 623 fois


CULTURE - MUSIQUE - BELLEMOU MESSAOUD

Le premier et le plus fameux des trompettistes algériens est né en 1928 au quartier Saint-Antoine d'Oran. Ce petit-fils du colonel Bendaoud (célèbre pour son fameux Arbi, Arbi wa laou houwa el colonel Bendaoud) est un des très rares musulmans inscrits au Conservatoire de musique . A l'indépendance, il découvre la trompette, un instrument qui n'était pas très à la mode chez les Algériens , d'ailleurs confinés, par la colonisation,  aux instruments les moins nobles comme le clairon, la grosse caisse et les cymbales. La trompette est donc adoptée  tardivement après  la guitare, la batterie, le piano et l'accordéon (selon Mohamed Kali, journaliste , Ain Témouchent)  .

En 1964, Henri Coutant, père du chahid Jean Coutant, fait profiter Messaoud de sa technique.

L'élève ne va pas se contenter d'être seulement de la fanfare. Il va animer les tribunes du stade et accompagner le CR Témouchent, le club fanion, dans ses déplacements à travers le pays. Il fera concurrence à la gheïta en entonnant des airs latino-américains, ibériques et jusqu'aux musiques de films.

Peu à peu , il reprend des airs dfe musique moderne algérienne, puis à son tour, en 1966, il initie Mouffok Boumediène (Mimi) , un cadet de la clique qu'il remarque pour ses dons d'instrumentiste.

C'est grâce à lui que la trompette est devenue un  instrument emblématique du raï. En associant , au départ, une "voix" ,celle de Bouteldja Belkacem, un des premiers grands raïmen, c'est le succès. Les autres ne feront que suivre.