Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Nouveaux médias - Agence Aps (2)

Date de création: 06-12-2011 10:46
Dernière mise à jour: 06-12-2011 10:47
Lu: 740 fois


 

 

Les sacs à dos  des  journalistes multimédia de l’agence LUSA au Portugal

 

Des sacs à dos, remplis d’équipements de reportage multimédias font partie de la panoplie des reporters de l’agence de presse  portugaise LUSA, dont tous ses journalistes sont encouragés à couvrir l’actualité en multimédia et à collecter l’information en texte, photo et vidéo.

Le sac contient, une petite caméra HD  qui prend aussi des photos, un trépied télescopique,3 micros, un magnétophone et une lampe ; le coût du kit tourne autour de 2000 Euros. Les journalistes  éditent eux mêmes leurs reportages vidéo, d’une durée d’une minute trente (1mn30) en utilisant un logiciel (Sony Vegas). Peu de temps après le lancement de l’expérience, l’agence arrivait en 2009 à produire une vingt  sujets  par jour avec un nombre de 45  sacs multimédias mis à la disposition de ses journalistes. Les sujets sont achetés  par les chaines de TV à Lisbonne et le reste dispatché sur les sites des 600 clients  dans les pays lusophones (Brésil, Angola).Les principales informations du jour sont couvertes en vidéo.

L’agence LUSA  compte 220 journalistes, sa création date de 1986.Elle a le statut de société à capitaux mixtes,  l’Etat portugais contrôle 50% de ses capitaux. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

III/ L’APS et le marché des nouveaux médias

 

1/Les étapes franchies en direction des nouveaux médias

 

A ce jour on peut considérer que l’APS a franchi un certain nombre d’étapes techniques pré- requises  en direction du marché des nouveaux médias, à travers notamment  l’informatisation de son système rédactionnel ( en 1994) et  la diffusion automatique des informations (1995).L’agence dispose aujourd’hui de trois sites internet (arabe , français , anglais) le pas décisif   ayant été accompli en 1998 avec le lancement du produit information on line.

L’établissement s’est également doté d’une plate forme de transmission par satellite .Le service photographie en cours de modernisation a été relancé en 1998, il compte 30 photographes.

Du point de vue infrastructure, le nouveau siège inauguré en décembre 2004, a permis à l’agence de disposer   de locaux  spacieux et adaptés ; en s’installant dans ce qu’on appelle un immeuble intelligent de dix étages l’APS   plantait ses marques d’entité moderne tournée vers l’avenir.

  Autre signe encourageant, un redéploiement commercial a pu être amorcé nous dit-on .Le nombre des abonnés   est passé de 50 à  240  incluant la connexion  de 123   représentations diplomatiques  et consulaires de l’Algérie et 43 journaux.

 Plus de 85%  de ses recettes proviendraient des subventions publiques ce qui assurerait  un budget annuel  qui tourne autour du Milliard  de Dinars,( pour avoir un ordre de grandeur cela représente moins de 5% du CA de l’AFP qui est 242 millions d’Euros dont 41%, soit 100 millions d’Euros, émanent des institutions publiques ; l’AFP emploie 2500 journalistes).

 

2/ Niveau atteint par les agences maghrébines

Etant à peu de chose prés, de la même taille (effectif de 200 à 300 journalistes) et d’une longévité équivalente ( 50 à 55 ans) les trois agences maghrébines ( APS, TAP et MAP) peuvent être valablement comparées entre elles en ce qui concerne le degré de  diversification de leurs produits et services et   leur accès au marché des nouveaux médias. Globalement le constat qui peut être fait de l’extérieur  ne révèle pas une grande différenciation.

On notera  toutefois  que la MAP, utilise une quatrième langue l’espagnol pour ses bulletins, qu’elle fournit des services par téléphone mobile et par mail. L’agence marocaine propose aussi à ces clients traditionnels  un certain nombre de bulletins et de synthèses  (bulletin quotidien économique et financier/ recueil d’articles de presse/ recueil mensuel des activités officielles) autant d’agrégations d’informations qui se prêtent à la segmentation des clientèles potentielles.

De son côté, la TAP se prévaut  d’une base de données en cours de constitution  et d’une photothèque riche de 500 000 clichés couvrant une période qui remonte  jusqu’à 1930.

L’APS pour sa part se distingue par le maillage  assez dense de son réseau de collecte d’information au niveau national ( 48 bureaux de wilayas et 4 directions régionales) et son option pour un projet multimédia.

 Les disparités reflètent avant tout, l’avance relative prise par les deux pays  voisins en matière  d’usages d’internet , et d’offre de contenus et de services   dans le domaine du « e-commerce » et « e-finance » ainsi que du téléphone mobile 3G.

 

3/Les nouvelles perspectives pour le multimédia en Algérie

 

En mars 2011, l’Algérie comptait 5 millions d’internautes (soit un taux de pénétration internet de13,6%), et le nombre  des  accès à haut débit  est estimé à 1, 8 million, celui des abonnés ADSL à 830 000 .

Dans le cadre du projet  « e Algérie 20013 », il est prévu de propulser les  chiffres  ci-dessus à : 69% d’internautes, 12% d’abonnés des accès large bande, et de porter le taux  de pénétration du PC à 28% et celui de la téléphonie mobile à 107% soit environ 40 millions d’abonnements .Pour ce dernier média la licence pour le 3 G est  annoncée depuis 2007, alors qu’on considère que c’est un facteur qui   a freiné l’expansion d’internet.

En matière d’infrastructures et d’équipements, il y beaucoup de chances pour que  l’ensemble des objectifs  seront concrétisés sur le terrain. Tel n’est pas encore le cas de l’industrie des contenus pour lesquels les déficits sont considérables.

Des perspectives de développement  aussi prometteuses se précisent en faveur du secteur de la presse audiovisuelle à la veille de son ouverture à l’investissement privé, où l’on s’attend  à la création de nouvelles chaines de télévisions et radios commerciales. Cinq projets de chaines  de télévision se trouvent dans les cartons au niveau du Service Public.

Les nouveaux créneaux  d’affaires

Pointer ces chiffres, c’est faire ressortir les opportunités d’investissement qui s’offrent à  l’APS  pour lancer de nouveaux produits et services sur le marché de l’internet et s’investir dans le métier d’agence de presse multimédia, ciblant en priorité autant  les sites web  numériques d’information  que ceux des médias traditionnels. La demande potentielle reste à faire révéler à commencer par la prospection  au niveau  des sites web publics  existants qui sont rarement actualisés et leur présentation étant parfois non conforme aux formats et à l’écriture  web.

Par ailleurs et connaissant maintenant l’engouement extraordinaire des Algériens ( les jeunes particulièrement) pour le téléphone portable, ce nouveau vecteur d’information , pourrait constituer pour l’APS en tant que grossiste ou de détaillant  fournisseur de contenus , un créneau d’affaire très porteur.

On pourrait par ailleurs s’attendre à ce que les éditeurs de journaux privés qui se professionnalisent davantage ainsi que les  futurs radiodiffuseurs  des chaines et stations commerciales et se soucient de la régulation du marché en  imposant à la profession de saines pratiques commerciales  et le respect des droits d ‘auteur y compris au bénéfice de l’agence. On peut s’attendre aussi en toute logique qu’ils refassent leurs comptes et redécouvrent  la place de l’agence  dans la chaine d’édition , en tant  que maillon indispensable  permettant le partage des charges entre les organes d’information, dont aucun d’entre eux ne pourrait supporter à lui seul les frais  d’un réseau très étendu de collecte de l’informations factuelles  sur l’actualité locale, nationale et internationale.

D’autres possibilités  sont à prospecter notamment en ce qui concerne l’information documentaire générale et  la vente d’archives destinées aux médias  ou bien aux institutions et aux entreprises, à partir de banques de données  et bulletins d’information  personnalisés selon le segment de clientèle ciblée. Un créneau en principe ouvert  étant donné le déficit patent en matière de  documentation institutionnelle, créneau pour lequel  l’Agence est bien placée de part son savoir faire et ses archives numérisées, à la seule condition d’assortir son offre d’une veille appropriée qui coïncide (du point de vue du thème et du format et du canal de diffusion)avec les besoins d’information spécifique à chaque segment de la clientèle potentielle.

4/Atouts et insuffisances de l’APS

Compte tenu de l’étendue et la rapidité des mutations intervenues dans son environnement professionnel marqué justement par  la propagation de ce qu’on appelle les nouveaux médias, l’APS fait face à une véritable gageure qui exige plus qu’une adaptation une refonte de l’entité avec de nouveaux métiers et de nouveaux concurrents et une nouvelle clientèle.

L’agence possède cependant des atouts importants .En premier il y  a  le savoir faire  capitalisé par ses journalistes et l’expérience accumulée au cours des cinquante dernières années. Ce savoir faire reste opérant par ce que son  métier de base , en l’occurrence l’information générale  ne change pas.

 L’agence peut aussi se prévaloir d’infrastructures et de structures modernes ainsi que de  la maitrise des nouvelles technologies, sous réserve peut être d’acquisitions de softwares supplémentaires .Elle jouit d’une implantation étendue et maintenant assez ancienne à travers les 48 wilayas du Pays et une présente modeste mais significative à l’étranger.  Elle a une histoire, en tant d’information de combat et de  résistance et en tant que  service public cela signifie des valeurs à illustrer, ce qui n’est pas le moindre des atouts, qu’il faut entretenir et enrichir.

 Quant aux  insuffisances de l’APS, il en est une des  plus difficiles à surmonter, elle réside dans l’absence d’une  culture d’entreprise  commerciale et la faiblesse de l’esprit d’initiative qui lui est attaché.

 L’agence nationale doit s’arracher aux habitudes du monopole et découvrir l’exercice d’un service public crédible dans le cadre de l’expression pluraliste et du marché concurrentiel. Réussir dans cette voie   lui permettra de se débarrasser de l’image d’une information monolithique, et de l’étiquette perfide d’agence officielle avec toutes les connotations qui lui ont été collées.

Plus que la formation idoine de son personnel aux nouvelles techniques et aux nouveaux métiers à intégrer , comme :

-l’écriture pour le web (hypertexte et référencement),

- le journalisme multimédia,

- l’infographie,

-la documentation, , l’expertise en matière de banque de données,

- la veille ,

 plus que  le perfectionnement de ces cadres  dans le management et le marketing , c’est l’adhésion aux changements et la motivation du personnel, qui devraient marquer la nouvelle  politique des ressources humaines.

IV/ Conclusions

1/Le nouveau contexte, exige un professionnalisme  plus poussé au niveau des agences de presse nationales. Allant de pair avec cette exigence, l’autonomie éditoriale est indispensable y compris  pour les agences de statut public, l’autonomie éditoriale n’excluant nullement son encadrement par des cahiers de charge clairs et une évaluation continue et rigoureuse de l’accomplissement des missions de service public par le biais de mécanismes et d’organes de régulation . 

2/ Les  nouveaux médias ne sonnent pas le glas des agences de presse. Les agences  peuvent se positionner dans le nouveau marché des médias .Actuellement le plus gros des informations diffusés sur internet par les médias numériques et par les médias  traditionnels est fourni par les agences de presse.

3/ Quand bien même, à lui seul un internaute  hollandais a pu créer à partir de Twitter,  sa propre agence d’information, le métier de journaliste reste incontournable quel que soit le développement des TIC .  En effet plus il y a d’informations plus on aura besoin de journalistes pour vérifier, trier, et mettre en perspective les informations. Le phénomène des réseaux sociaux tel que celui de twitter  n’y changera rien puisque les informations qui y sont échangées restent à vérifier et à certifier.           

4/ La démocratisation des sources d’information au plan international reste encore au stade de l’utopie. Des études de contenu effectuées (sur la période 2001-2006) sur des publications  anglo-saxonnes ont pu montrer que l’agenda des thèmes d’information internationale est en grande partie déterminé par les choix et les sélections effectuées  par les agences de presse  mondiales (AP/Reuters) et d’autres médias lourds de la même sphère (CNN).La conclusion à en tirer pour les états- nations est qu’ils doivent s’investir pour disposer de leurs  propres agences nationales .  

 

                                                                                                  REZIGUI Mazouz

 COMMUNICATION - ETUDES ET ANALYSES - NOUVEAUX MEDIAS - AGENCE APS (II / II)

 

 

 

50è anniversaire de l'APS: Colloque international - Alger, 27 et 28 novembre 2011

 Intervention de Maâzouz Rezigui sur l'Agence et les nouveaux médias. Extraits