Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Agrumiculture - Production nationale

Date de création: 03-08-2011 16:35
Dernière mise à jour: 08-07-2013 17:07
Lu: 2128 fois


AGRICULTURE - CULTURES - AGRUMICULTURE - PRODUCTION NATIONALE

- En 2011 (saison 2010 -2011) , la, production nationale (record) s'est étable à 11,63 millions de quintaux, en hausse de 41% par rapport à la récolte précédente (saison 2009-2010)

La récolte obtenue en 2011 est également en hausse de 17% par rapport aux objectifs des contrats de performance.

En termes de rendement, la campagne a enregistré une moyenne de 22 qx/ha, alors que l'objectif fixé dans le cadre des contrats de performance tablait sur un rendement de 20 qx/ha.

La campagne 2009/2010 a enregistré une production de 8,5 millions de qx, contre 7,8 millions de qx en 2008/2009 et 7,2 millions de qx en 2007/2008 (11 millions de quintaux en 2011)

La récolte obtenue durant la saison 2010/2011 est constituée de 74% d'oranges de différentes variétés, de 6% (ou 16% , chiffre à vérifier!!!!!) de clémentines, de 7,3% de citrons et de 4% de mandarines.

Ces performances sont attribuées aux conditions climatiques idéales (bonne pluviométrie et assez basses températures en hiver, d'où une bonne floraison printanière)...mais il y a, aussi, la conduite du verger. Les agriculteurs ont amélioré l'entretien de leurs vergers en remplaçant le viellles plantations improductives par de nouveaux plants. Il a , par ailleurs, le soutien de l'Etat à a filière, l'introduction de nouvelles techniques, de nouveles variétés, des  traitements plus maîtrisés....

L'agrumiculture en Algérie compte une quarantaine de variétés dont 70% sont constituées par 20 variétés d'orange, 15 variétés de clémentines et de mandarines, 5 variétés de citrons à dominante "4 saisons", et divers fruits dont le pomelo, une variété de pamplemousse, la très rare bergamote ou le kumkat

La culture des "citrus" est répartie sur l'ensemble des régions situées au nord de l'Atlas tellien et concerne 19 wilayas ainsi qu'au Sud, dans la wilaya de Ghardaia. Les citrus couvrent environ 65 000 hectares dont 53 000 hectares en production et 12 000 hectares de jeunes plantations.

Les variétés d'oranges cultivées en Algérie, notamment dans les plaines de la Mitidja, du Cheliff et de Mohammadia ( Wilaya de Mascara) sont assez nombreuses, mais aucune ne jouit d'une estime ausi grande que la "portugaise", demi-sanguine, fruit de qualité, dont la saison de vente s'échelonne du début de février à la fin avril. Les variétés précoces, Thomson et Washington Navel, venues des vergers de Californie, alimentent les marchés tant de la, Mitidja que ceux d'autres régions.

Quant à l'orange d'été, la "Valencia late", elle reste quelque peu en retrait et est peu cultivée

 

Notes: - Les principales wilayas agrumicoles sont Blida (15 809 ha), Chlef (5 777 ha), Alger (5 065 ha), Relizane (4 417 ha), Mascara (4 232 ha), Mostaganem ( 4 079 ha), Tipasa (3 725 ha)......

- Fin juillet 2011, a été créé, à Tipasa,  le premier Club des agrumiculteurs en Algérie (le premier Club des céréaliers est né à Constantine en 2004, et le premier Club des arboriculteuirs en 2010 à Blida)...avec pour objectif de "rejoindre le club des meilleurs agrumicoles du monde". 

- Selon des spécialistes ( janvier 2013), L’Algérie disposait d’une superficie de 45 000 ha en agrumes à l’indépendance. Certes, en 2011, la superficie en agrumes s’étalait sur 63 323 ha, en dépit de la disparition de très nombreux vergers qui faisaient partie du patrimoine agricole algérien. «A présent, seuls 55 000 ha sont productifs sur  63 323 ha. Le centre du pays compte 56% de cette surface d’agrumes, 30% se trouvent à l’est du pays, et 14% à l’Ouest. Néanmoins,  les bonnes pratiques utilisées dans les vergers par nos aînés dans le passé (qui n'existent plus) permettainet une production appréciable  . D’ailleurs, le goût des oranges algériennes était très apprécié»

Un autre expert veut  secouer les consciences des agrumiculteurs . «Les Marocains n’ont pas honte de déclarer publiquement que les agrumiculteurs algériens continuent à dormir, et eux, par contre, se préparent à affronter le marché mondial, car ils ont réussi à copier les Espagnols. Ils ont ‘‘volé’’ les techniques, tandis que chez nous, l’Etat soutient le secteur qui est pourvu d’atouts, tels que le soutien aux charges, le soleil, la qualité des sols agricoles algériens qui est reconnue par les experts internationaux, ce qui n’est pas le cas ailleurs dans le monde, où les agrumiculteurs paient toutes les charges.

Hélas, en dépit de tous ces avantages, qui ont permis à la production natiopnale d'être multi^pliée par 11 depuis 1962, les agrumiculteurs algériens continuent à traîner dans le bas du tableau»
Pour illustrer ses propos, l’intervenant déclare le rendement des agrumes à l’hectare au niveau de l’Algérie (100 à 150 qx), le Maroc (600 qx), l’Espagne (1000 qx).

 2013

 La production agrumicolea enregistré de bonnes performances durant la saison 2012/2013, selon un bilan des contrats de performances,  publié dimanche 8 juillet 2013, par le secteur de l’Agriculture et du développement rural. 

Pour la filière des agrumes, la production enregistrée lors des 9 mois de la saison actuelle (qui commence le 1octobre 2012) est estimé à 12,1 millions de quintaux contre 10,9 millions qx lors de la campagne précédente, au-dessus des objectifs des contrats de performances pour la saison actuelle.

"C’est la première fois que la production agrumicole atteint ce seuil", indique le directeur des statistiques agricoles au ministère, Hocine Abdelghafour lors de la réunion trimestrielle des cadres du secteur consacrée à l’évaluation des contrats de performances des 9 premiers mois de la saison agricole 2012/2013.

Les wilayas de Blida, de Mostaganem et de Relizane ont réalisé à elles seules 75% de la production nationale.

Le même bilan fait état d’une hausse de la production maraîchère qui a atteint 65,6 millions qx lors des trois trimestres de la saison contre un objectif global annuel de 90 millions qx.